AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez|

Whenever you need me, I'll be by your side. (Castiel & Eden)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Eden McDougall

❝Bestial Empathy.❞


Inscrit(e) depuis le : 28/05/2014
Messages : 4056
Multicomptes : Drumë (le seul, l'unique), Kaleb (le bisounours, le gentil) & Kieran (Le tonton, le calme)
Ressemble à : Toby Regbo
Crédits : Cedrick (avatar), tumblr (gifs), code sign : Crackle Bones
Âge : 24 ~ Statut civil : Princesse débousolée d'un joueur de ukulélé.
Profession/études : Comédien dans une petite troupe de théâtre.
Quartier : Queens
Capacité : Empathie animale (connexion émotionnelle à double sens).

MessageSujet: Whenever you need me, I'll be by your side. (Castiel & Eden) Mer 4 Nov 2015 - 1:48

Vivre avec Nathaniel, Eden n'y arrivait plus vraiment. C'était étrange, mais il sentait que rien ne serait jamais plus comme avant. Il n'était plus le même. Nate aussi. C'était peut-être lui qui se faisait des idées, mais... Non, quelque chose s'était brisé. Vraiment brisé entre eux. Et ce constat était insoutenable. Alors, il avait eu besoin de s'éloigner à nouveau. Quelques heures. Puis, il avait ressenti le besoin de dormir ailleurs que dans ce lit qu'il n'arrivait plus à voir comme le sien. Mais plutôt celui d'un autre Eden. Dans une autre vie. Il avait l'impression d'être devenu un autre. Il avait alors appelé Castiel pour passer quelques jours avec lui. Mais en même temps, il ne pouvait pas laisser son frère seul alors, il faisait un peu des allers-retours entre le studio de son ami et la maison familial. Pas ce qui était le plus reposant, mais il se ménageait lui tout en préservant son frère. Bref. Son ami eut la bonne idée de lui préter un double de clefs, ce qui leur évitait de devoir se synchroniser sur les heures d'arrivée et de sortie.

Il se retrouvait donc cette nuit-là à dormir chez Castiel. Cassio l'avait évidemment suivi. Impossible de se débarrasser de ce pot de colle. Il y en avait un autre qui lui manquait. Pluton, le furet de Lys. Il lui manquait. Comme Ulysse. Enfin, Lys lui manquait sûrement plus que l'animal. Et ce, malgré leur relation incertaine et le mal qu'elle lui faisait. Il avait voulu retourner le voir, mais il n'était jamais arrivé jusqu'au coin de rue où l'italien avait l'habitude de jouer. A croire qu'il ne pouvait pas tirer de leçon de ses précédentes erreurs. Il préférait repousser les explications, faire semblant que tout allait bien en prenant ses distances alors qu'au fond, il ne savait pas ce qui se passait dans sa foutue caboche. C'était définitivement trop compliqué de s'approcher des autres. Aussi près. De s'attacher. De risquer de se faire encore plus d'illusions. Ressasser tout cela l'empêchait de dormir. Il se releva, préparant une tisane. Il sortit même promener Cassio qui fut ravi de cette insomnie. Et revint dans l'appartement de son ami. Il n'était pas plus chez lui que chez Nate. Ou que chez Lys. Il s'apercevait qu'il ne pourrait pas continuer longtemps à vivre au dépens des autres. Il devait se reprendre en main. Et arrêter d'abuser de la gentillesse des autres. Vraiment.

En attendant, il prépara une autre tasse, ayant vérifié sur le frigo les horaires de son ami. Il ne devrait pas tarder. Et en même temps, c'était déjà une heure tardive pour finir son service. Il se dit même qu'il pouvait peut-être lui préparer quelques petits trucs à grignoter. Il prépara une salade de fruits rudimentaires avec ce qu'il avait acheté un peu plus tôt dans la journée, et attendit. Il finit par aller s'asseoir dans un fauteuil. Il trouvait ça étrange que le blond tarde autant. Qu'est-ce qu'il faisait ? Et si il lui était arrivé quelque chose ? Il dut faire beaucoup d'efforts pour que son anxiété ne contamine pas les animaux présents dans le studio. Il finit par s'assoupir à force de tant de contrôle. Mais le bruit de la porte le réveilla en sursaut. Il se précipita vers son ami. Et resta un moment stupéfait.

« Castiel.... Qu'est-ce qui s'est passé ? »demanda-t-il inquiet.

Il semblait tellement... dévasté ? Il attrapa la main de son ami et l'entraîna vers le canapé, restant à côté de lui.

« Tu veux m'en parler ?... Castiel... Je suis là... »murmura-t-il rassurant, prêt à serrer son ami dans ses bras s'il craquait.

Qu'est-ce qui pouvait le mettre dans un tel état ? Il s'était fait agressé ?

_________________

Where are you now ? Another dream. The monster's running wild inside of me. I'm faded, I'm faded. So lost, I'm faded... Under the bright but faded lights. You've set my heart on fire. Where are you now?

   (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Castiel Sainte-Croix

❝Mon pouvoir? Mon inconscience. ❞


Inscrit(e) depuis le : 16/02/2015
Messages : 6375
Multicomptes : Lys, Junya et Leonard
Ressemble à : Jamie Campbell Bower
Crédits : Asp
Âge : 24 ~ Statut civil : célibataire
Profession/études : Etudiant en journalisme et réceptionniste de nuit dans un hôtel
Quartier : Queens
Capacité : Emprunt de don (en éveil)

MessageSujet: Re: Whenever you need me, I'll be by your side. (Castiel & Eden) Mer 4 Nov 2015 - 17:48


Peut-être qu’il aurait mieux fait de ne pas retenir Drumë. Le laisser lui passer devant comme un vulgaire inconnu, répondre « merci » à son « bon courage » et en rester là. Il en aurait été incapable, bien sûr. Et pourtant, peut-être qu’il se serait moins senti au bout du gouffre, vidé de toute volonté, toute énergie vitale, tout… Et finalement heureux de l’avoir croisé malgré tout le mal qu’il lui faisait. Il ne savait plus trop quoi penser. Il n’avait même plus l’énergie de penser. Machinalement, le blondinet s’engouffra dans le métro et en ressortit près de chez lui. Il fit quelques pas et s’arrêta au premier bar qu’il croisa. Il n’avait pas envie de rentrer tout de suite. A quoi bon ? Eden devait dormir, il avait besoin de repos et il n’avait pas envie de lui imposer sa présence. Encore moins ses pleurs. Il s’assit au comptoir et se commanda un verre de vodka. Même le bar était familier. Avec nostalgie, il repensa à cette fois où ils avaient tabassé des connards qui les avaient insultés. Enfin Drumë les avait tabassé, lui il n’avait fait que frapper sur ceux à terre et se défendre. C’était ici. Il sourit avec nostalgie en repensant à cette soirée-là. Il fallait être tombé vraiment bas pour regretter cette baston. Mais il s’était senti si fier d’être avec lui… Il n’y avait qu’eux deux. Il s’en fichait du reste du monde.

Cette nuit-là, il n’y avait plus rien. Juste un mec, seul, à l’autre bout du bar. Les traits tirés, l’air usé par les années. Est-ce qu’il avait l’air aussi mal, aussi triste ? Ça lui donnait envie de pleurer. Sans conviction, il vida un peu vite son verre de vodka, sentit ses yeux piquer et les larmes monter. Il posa l’argent sur le comptoir et reparti. Il erra un moment avant de rentrer, attendant que ses larmes sèchent à nouveau. Il n’avait envie de rien mais la fatigue avait fini par gagner du terrain et son quartier n’était pas des plus agréables pour les promenades nocturnes. La lumière qui filtrait sous la porte le surprit alors qu’il montait les dernières marches. Eden était-il encore réveillé ? Ou déjà révéillé ? Il ne savait plus trop quelle heure il pouvait-être. Ou avait-il oublié de l’éteindre. Il tenta de tourner la clé sans bruit dans la serrure et poussa la porte, sursautant en se retrouvant presque face à Eden. Il semblait effrayé lui aussi.

« Rien, il ne s’est rien passé… »

Tenta-t-il, le visage bas, malgré sa gorge serrée et les larmes qui menaçaient de couler à tout moment. Il ôta ses chaussures et se laissa entraîner jusqu’à s’affaler sur le canapé. Il sourit un peu en voyant Bitume se rapprocher d’eux et monter sur le canapé. Etrangement, il s’était plutôt bien fait à la présence d’un nouvel animal par ici. Il plongea sa main dans le pelage de son chat.

« T’en fais pas Eden, y’a rien, j’ai juste traîné un peu en sortant … »

Commença-t-il, la gorge serrée et la voix tremblante. Il passa sa main sur son visage, tentant de masquer les premières larmes. Mais à quoi bon faire semblant ? De toute façon, il devait avoir une tronche de zombie. Qui pouvait-il duper en disant que tout allait bien ?

« J’ai… j’ai revu Olympe…par hasard… il était là à… à l’hôtel… »

Cette fois-ci, les larmes coulèrent sans retenue. Le blondinet se recroquevilla et plongea son visage dans ses bras. Il ne pouvait pas dire la vérité. Il ne pouvait que la suggérer. Et ça n’en était que plus difficile.

« Accompagné. Un autre homme… »

Finit-il par souffler avant de repartir en sanglots. Tout ce qu’il avait tenté de retenir en présence de Drumë et après se relâchait alors que ses larmes coulaient. Il fouilla sa poche pour en sortir un kleenex et se moucher. Il n’avait même pas pensé à demander à Eden ce qu’il faisait là. Pourquoi est-ce qu’il était réveillé. Ce qui… merde. En plus d’être un mauvais amant, il était un ami minable. Et cette pensée le fit pleurer de plus belle.

« Désolé…  t’imposer ça… »

Articula-t-il péniblement en levant les yeux vers lui, le visage rougi.


_________________

What the hell am I doing here ?


When you were here before, Couldn't look you in the eye, You're just like an angel, Your skin makes me cry, You float like a feather, In a beautiful world, I wish I was special.
But I'm a creep, I'm a weirdo, What the hell am I doing here? I don't belong here.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eden McDougall

❝Bestial Empathy.❞


Inscrit(e) depuis le : 28/05/2014
Messages : 4056
Multicomptes : Drumë (le seul, l'unique), Kaleb (le bisounours, le gentil) & Kieran (Le tonton, le calme)
Ressemble à : Toby Regbo
Crédits : Cedrick (avatar), tumblr (gifs), code sign : Crackle Bones
Âge : 24 ~ Statut civil : Princesse débousolée d'un joueur de ukulélé.
Profession/études : Comédien dans une petite troupe de théâtre.
Quartier : Queens
Capacité : Empathie animale (connexion émotionnelle à double sens).

MessageSujet: Re: Whenever you need me, I'll be by your side. (Castiel & Eden) Mer 4 Nov 2015 - 20:50

Son ami était tellement bouleversé. Eden pouvait le sentir en le regardant. Peut-être qu'il avait trop d'empathie pour lui, mais... Mais sa détresse était si visible. Il l'observait silencieux. Il ne voulait pas en parler ? Il ne dit rien. Parfois, plutôt que de questionner, il valait mieux laisser les autres parler. Il sentait que c'était ce genre de moment. Et il ne se trompait hélas pas. Il resta d'abord immobile. L'écoutant perturbé par son état. Non. C'était pas possible. Pourquoi fallait-il que cela arrive à Castiel ? Il avait compris que son idylle avec l'autre blond était finie, mais ça... Il se tortilla un peu pour passer un bras autour des épaules de Castiel, caressant son bras, attentif.

« Castiel... Je suis désolé... » murmura-t-il un peu maladroit.

Comment aurait-il pu trouver les bons mots ? Il savait ce que ça faisait que d'être trahi. Réellement trahi. Pas cette histoire avec Malroy dont il n'avait jamais vraiment été amoureux. Non. Ce que Castiel devait vivre devait plutôt se rapprocher de l'effet que les secrets de Nate lui avait fait. Sans doute oui. Et il savait que face à un tel choc et une telle détresse, les mots n'avaient pas vraiment de prise. Il reserra son étreinte sur son ami, l'attirant un peu plus contre lui, se contorsionnant pour que la position soit agréable et rassurante pour Castiel, même si pour ça il devait se ruiner le dos quelques temps. Il caressa doucement ses cheveux.

« Ne t'excuse pas, Castiel... Je suis au contraire heureux d'être là... Sur l'épaule de qui aurais tu pleuré si je n'avais pas été là ? Hein... Et Bitume ne compte pas... » chuchota-t-il doucement.

Il continua à caresser doucement ses cheveux, cherchant à l'apaiser. Cassio s'était levé et s'était approché d'eux pour coller son museau sous la main libre de Castiel, l'incitant à le caresser. Velux ne tarda pas non plus à arriver sur l'épaule de son maître. Zut. Son don devait s'être à nouveau ouvert. Tant pis. Ce n'était pas si grave si ce n'était que ça. Il serra un peu plus fort son ami contre lui. Cherchant les bons mots.

« Je... » Il se stoppa. « Je sais pas vraiment ce qui s'est passé entre vous... Mais je sais que tu l'aimais vraiment. Comme tu as sans doute jamais aimé. Seulement... Parfois... Ce sont les personnes qu'on croit le plus aimer qui nous détruisent. Et... Les perdre s'avère parfois être une bonne chose... » Il se mordit la lèvre. Pourquoi les mots semblaient-ils si maladroits une fois dits ? « Il faut juste du temps pour s'apercevoir de ça... » Il eut un léger soupir. « Mon premier petit-ami... Il a fallu des semaines pour que je réussisse à le quitter alors qu'il me frappait depuis des mois... Je l'aimais alors, je pouvais pas le laisser partir... Olympe... Je pense qu'il te fait autant de mal. Tourner la page, ce sera dur, mais... Mais si tu n'essaies pas, tu vas te détruire toi. Si tu ne peux pas le sauver, ne sombre pas avec lui, Castiel... S'il te plaît... »

Sa voix s'était faite plus faible au fur et à mesure de ses paroles, et légèrement tremblante. Il ne voulait pas que son ami se fasse autant de mal. Il méritait d'être heureux, de trouver quelqu'un de vraiment bien. Et puis, cet Olympe... Il était comme Nate et lui, non ? Est-ce qu'il n'était pas dangereux ? Quel pouvait être son don ? C'était à cause de son don que Nate l'avait ramené chez eux, non ? Est-ce que Castiel savait pour ça ? Est-ce que Castiel était aussi comme eux ? Il ne s'était jamais posé la question jusque là...

« Tu sais que beaucoup de gens tiennent à toi... Il n'y a pas que lui, Castiel. Et je suis sûr qu'il y a forcément quelqu'un qui pourra te rendre encore plus heureux... »

Il y a toujours quelqu'un, non ? L'erreur, c'est de croire que le premier amour est forcément celui qui doit durer pour la vie...

« Et il y a des personnes encore plus surprenantes et étonnantes que lui... Des tas de personnes qui pourront illuminer ta vie autrement. »

Et il pesait ses mots en disant ça... Oh oui, tellement de personnes surprenantes...

_________________

Where are you now ? Another dream. The monster's running wild inside of me. I'm faded, I'm faded. So lost, I'm faded... Under the bright but faded lights. You've set my heart on fire. Where are you now?

   (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Castiel Sainte-Croix

❝Mon pouvoir? Mon inconscience. ❞


Inscrit(e) depuis le : 16/02/2015
Messages : 6375
Multicomptes : Lys, Junya et Leonard
Ressemble à : Jamie Campbell Bower
Crédits : Asp
Âge : 24 ~ Statut civil : célibataire
Profession/études : Etudiant en journalisme et réceptionniste de nuit dans un hôtel
Quartier : Queens
Capacité : Emprunt de don (en éveil)

MessageSujet: Re: Whenever you need me, I'll be by your side. (Castiel & Eden) Dim 8 Nov 2015 - 15:05


Sans la moindre résistance, Castiel laissa son ami l’attirer contre lui, se blottissant de lui-même un peu plus dans ses bras. Il parvint à rire un peu entre deux sanglots. Eden ne croyait pas si bien dire. Bitume était son fidèle compagnon de réconfort et il n’était pas rare qu’il se montre collant lorsque ça n’allait pas. Il était terriblement attaché à ce chat, malgré ses oreilles à moitié coupées et les touffes de poils qui lui manquaient. Le chien qu’Eden avait recueilli vint à ses côtés et il caressa sa tête par réflexe. Velux ne tarda pas à les rejoindre en sautillant. A croire qu’ils sentaient tous qu’il avait besoin de réconfort.

« Il n’y a pas que Bitume on dirait ! »

Dit-il, plaisantant à moitié même si le cœur n’y était pas trop. Il sentit ses larmes couler sur ses joues, s’écraser contre son bras alors qu’Eden tentait de le réconforter. Ses mots ne faisaient que mettre en exergue les vérités qu’il ne voulait pas entendre. Ses sanglots s’intensifièrent. Il s’en voulait d’imposer ça à Eden alors que son ami avait traversé de sales périodes lui aussi. Il s’en voulait de raviver des souvenirs en lui. Le blondinet se crispa en l’entendant parler de son premier petit ami. Il ne savait pas. Il ignorait ce qui s’était passé. Ils ne se connaissaient peut-être même pas encore. Il se sentit d’autant plus désolé pour lui. Drumë ne lui avait jamais fait de mal … physiquement. Lui l’avait frappé une fois et cette idée le hantait encore. Mais il n’y avait pas que la douleur physique. Et il savait qu’il lui avait déjà fait beaucoup de mal par d’autres façons. Eden avait probablement raison. Mais la raison... tout le monde savait bien que ça allait toujours à l'encontre des sentiments amoureux, ou l'inverse. Lui-même savait depuis longtemps que sa relation avec Drumë n'était pas raisonnable. Mais il l'aimait, au diable la raison. Il ne savait pas comment il pourrait tourner la page. Il ne savait même pas si c’était possible.

« Je suis désolé Eden, je ne savais pas… »

Il se serra un peu plus contre Eden et passa ses bras autour de lui.

« Mais… je ne sais pas comment… je l’aime vraiment  …avec lui c’était… différent… j’étais vraiment amoureux.. Je sais qu’il m’a fait du mal mais… j’aimerais y croire. »

C’était peut-être cliché, c’était probablement ce que tout le monde disait mais il y croyait, sincèrement. Avec lui, c’était différent. Il avait l’impression que tout était possible. Enfin il en avait eu l’impression … avant que Drumë ne chasse tout ça par quelques mots acerbes. Il s’en voulait d’y croire encore.

« Je sais que ça paraît stupide. Je dois être stupide pour ne pas vouloir tourner la page et me faire du mal… il a déjà quelqu’un d’autre dans sa vie, à quoi bon… »

Il ferma les yeux en soupirant et leva la main pour gratouiller la tête de Velux qui était descendu sur son coude. Il n’avait pas prononcé le nom de Malroy. Inutile d’en dire plus, inutile aussi de raviver autre chose chez son ami. Il savait qu’il lui avait fait du mal, lui aussi. Il espérait qu’Eden avait su tourner la page, lui. Sa gorge se serra et ses larmes coulèrent à nouveau. Pourquoi tout le monde cherchait à le caser avec quelqu’un d’autre ?

« Je n’ai pas envie… je n’ai pas envie de quelqu’un d’autre là. »

Ravalant sa salive, il tenta de sécher un peu ses larmes. Il ne voulait plus être amoureux. Si c’était pour être aussi mal, ça n’en valait pas le coup. Il préférait encore être seul, imiter ceux qu’il avait toujours trouvé tristes à mourir, noyer sa solitude dans des relations sans avenir. Ca faisait trop mal d’être repoussé. Tristement, il sourit à nouveau. Drumë était surprenant, bien plus qu’Eden ne pouvait l’imaginer… à moins qu’il sache ? Aux dernières nouvelles, ils se connaissaient tous les deux, même si Castiel ne savait pas exactement comment. Est-ce que c’était ce qu’Eden voulait insinuer par-là ? Ou n’était-ce que le fruit de son imagination ?

« Merci Eden… dommage que tu sois mon ami, c'et de toi que je devrais être amoureux... je suis sûr que toi tu saurais illuminer n’importe quelle vie ! Je sais que tu ne ferais pas de mal, toi… »

Il bougea un peu pour se redresser, prenant garde de n’écraser aucun des animaux qui les entouraient. Il se colla un peu plus contre Eden. Il le pensait sincèrement. Eden était un ami proche et il l’aimait beaucoup mais… pas de cette façon-là. A moins qu’il se trompe, il en allait de même pour lui. Et c’était dommage, il aurait probablement été heureux avec quelqu’un comme lui, doux, attentionné, fidèle, jovial. Il serait bien chanceux, celui qui aurait son cœur. Séchant ses larmes, il se redressa à nouveau et laissa Bitume venir sur ses genoux. Il plongea ses deux mains dans son pelage, le grattouillant sous le ventre et sur les joues.

« D’ailleurs, tu ne m’as rien dit… il y a quelqu’un dans ta vie ? »

Demanda-t-il pour changer un peu de sujet, curieux. Il espérait sincèrement, sans la moindre jalousie, qu’Eden était plus chanceux que lui en amour. En même temps, ça n'était pas difficile ...


_________________

What the hell am I doing here ?


When you were here before, Couldn't look you in the eye, You're just like an angel, Your skin makes me cry, You float like a feather, In a beautiful world, I wish I was special.
But I'm a creep, I'm a weirdo, What the hell am I doing here? I don't belong here.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eden McDougall

❝Bestial Empathy.❞


Inscrit(e) depuis le : 28/05/2014
Messages : 4056
Multicomptes : Drumë (le seul, l'unique), Kaleb (le bisounours, le gentil) & Kieran (Le tonton, le calme)
Ressemble à : Toby Regbo
Crédits : Cedrick (avatar), tumblr (gifs), code sign : Crackle Bones
Âge : 24 ~ Statut civil : Princesse débousolée d'un joueur de ukulélé.
Profession/études : Comédien dans une petite troupe de théâtre.
Quartier : Queens
Capacité : Empathie animale (connexion émotionnelle à double sens).

MessageSujet: Re: Whenever you need me, I'll be by your side. (Castiel & Eden) Dim 15 Nov 2015 - 1:53

Eden secoua doucement la tête. Il ne parlait de son passé que parce qu'il sentait que Castiel avait besoin de savoir qu'il pouvait comprendre, qu'ils avaient une similarité dans leur individualité. Il avait passé le cap de ce qu'il avait vécu. Il avait réussi à tourner la page. Péniblement. On pouvait même dire que ça avait été un vrai parcours du combattant que de dépasser ses appréhensions face aux contacts physiques. Et aussi étrange que cela puisse paraître, il devait remercier Malroy pour ça. Il frotta un peu le dos de son ami, le tenant tout contre lui. Ils devaient avoir l'air bien, tous pelotonnés les uns contre les autres, là, sur le canapé.

« C'est du passé, Castiel... Et t'y es pour rien. T'as pas à t'excuser. » murmura-t-il doucement. « Et je sais, ce que ça fait... Mais croire en quelqu'un, parfois, ce n'est pas suffisant... »

Il savait cela mieux qu'un autre sans doute. Pas fichu de s'attacher à la bonne personne. Il avait beau y croire, chaque relation semblait vouée à un nouvel échec. Vraiment, c'était déprimant. Pourtant, ce n'était pas faute de propositions qu'il choisissait toujours le mauvais numéro. Non, c'était juste qu'il devait aimer les cas désespérés, les paumés. Castiel semblait avoir un peu le même profil non ? Cet Olympe semblait si... instable, cruel, et littéralement paumé. Du moins, c'était ce que le blondinet avait déduit de tous les témoignages qu'il avait eu. Il serra un peu sa main dans le dos de Castiel. Même si son ami avait eu le tact de ne pas nommer Malroy, il savait. Il savait que c'était mieux pour cet Olympe, sans doute aussi pour l'asiatique.

« Je sais... Peut-être que... Que c'est mieux comme ça ? Je... Je sais pas si ça peut te rassurer, mais... Malroy, il tient sincèrement à Olympe... Pas de la même façon que toi... Mais... »

Il s'arrêta... Est-ce que c'était la chose à dire ? Il n'en savait trop rien. Il aurait été rassuré à la place de Castiel de savoir son amant en sûreté. Même si cela impliquait qu'un autre soit à l'origine de sa sécurité émotionnelle. Et lui-même était presque heureux que l'asiatique ait une attache réelle. Il aurait préféré quelques mois plus tôt être à la place d'Olympe mais maintenant qu'il savait pour son don, il n'en était pas certain. Il ne voulait pas de quelqu'un qui puisse fouiller dans ses émotions. Non. Il ne pouvait pas le supporter à long terme. Il ferma les yeux.

« On est pas obligé de trouver quelqu'un d'autre... »chuchota-t-il doucement. « Mais peut-être que tu en auras envie... Un jour... Il te faut sans doute du temps... »

En fait, il en était même sûr qu'il fallait surtout du temps à son ami pour lâcher prise, ouvrir les yeux et aller de l'avant. Accepter la fin d'une relation, ce n'était jamais simple. Surtout pas quand la fin s'avère violente et impromptue.

Eden eut un petit rire en entendant la déclaration de son ami. Il le voyait vraiment comme ça ? Il se trompait sur son compte. Il n'illuminait pas grand chose ces derniers temps. Si tant est qu'il ait illuminé quoi que ce soit. Ses doigts remontèrent caresser les cheveux de son ami.

« Tu serais pas forcément gagnant, Castiel, je ne suis pas aussi bon amant que ce que tu sembles décrire. Et j'ai déjà fait beaucoup de mal à des gens que j'aimais... Je suis pas un ange, tu sais... »

Même si au premier abord, beaucoup le croyait angélique, il n'était qu'un humain comme les autres. Avec ses crises de jalousie. Ses erreurs. Ses maladresse. Sa lâcheté légendaire. Il laissa son ami s'installer comme il le voulait, le laissant un peu souffler alors que ses animaux le réconfortait aussi. Et... La question le laissa silencieux quelques longues secondes. Il finit par se racler la gorge pour se donner une contenance.

« Je... Je crois pas... Enfin.... Disons que je pensais qu'il y avait quelqu'un mais pour ce quelqu'un en question, je crois que c'est pas tout à fait le cas... » Il eut un soupir. « C'est de ma faute... Je suis jamais très clair... Et au début, c'était juste un ami... Et au fur et à mesure... Je sais pas... Enfin... Dans tous les cas, il n'y a pas que moi dans sa vie et... J'arrive plus à vivre avec ça... Et je suis pas foutu de lui parler non plus... »

Il haussa les épaules, grattant la tête de Cassio.

« Tu vois, j'illumine pas grand chose à part ma stupidité... »

_________________

Where are you now ? Another dream. The monster's running wild inside of me. I'm faded, I'm faded. So lost, I'm faded... Under the bright but faded lights. You've set my heart on fire. Where are you now?

   (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Castiel Sainte-Croix

❝Mon pouvoir? Mon inconscience. ❞


Inscrit(e) depuis le : 16/02/2015
Messages : 6375
Multicomptes : Lys, Junya et Leonard
Ressemble à : Jamie Campbell Bower
Crédits : Asp
Âge : 24 ~ Statut civil : célibataire
Profession/études : Etudiant en journalisme et réceptionniste de nuit dans un hôtel
Quartier : Queens
Capacité : Emprunt de don (en éveil)

MessageSujet: Re: Whenever you need me, I'll be by your side. (Castiel & Eden) Dim 15 Nov 2015 - 23:17


Aux mots d’Eden, Castiel du se retenir de ne pas pleurer plus encore. Non, ça ne le rassurait pas. Enfin si. Il l’avait même dit un peu plus tôt à Drumë pour se prendre en retour des méchancetés dans la tronche. En y repensant, les larmes venaient à nouveau. Oui, il l’avait pensé. Il s’était dit que s’il ne pouvait pas être à ses côtés, il préférait que ça soit Malroy que… que… que quelqu’un d’autre ou personne. Mais… autant qu’elle le rassurait, il haïssait cette idée. Il n’avait pas envie de savoir Drumë dans les bras de ce connard. Il n’avait pas envie de penser à tout ce qu’il ne pouvait pas lui apporter, lui. Ni de savoir que Drumë le préférait, l’autre, malgré tout ce qu’ils avaient vécu tous les deux. Enfin il en avait l’impression.  Qu’il le préférait au point qu’il n’avait pas pu s’empêcher de le voir alors qu’ils étaient heureux…. Merde. Est-ce qu’il était si nul qu’il était incapable de rendre quelqu’un pleinement heureux ? Il s’en voulait de ne pas vouloir que Drumë soit heureux aux bras de Malroy. Pas tout de suite. Il aurait aimé que la fin de cette relation l’attriste aussi.

« Ouais... il y tient mieux que moi faut croire… »

Souffla-t-il, le regard baissé. Qu’est-ce qui clochait chez lui ? Il savait qu’il ne faisait pas le poids face à Malroy, ni pour le physique, ni pour l’aura, ni pour… rien. Mais … il aurait aimé avoir le droit de croire au bonheur lui aussi. Et pas avec quelqu’un d’autre. Ravalant ses pleurs, il hocha la tête. Eden avait probablement raison, il lui faudrait du temps. Et ça finirait par arriver, sans doute. Mais il avait du mal à y croire pour l’instant. Il sourit en entendant Eden. Ils étaient peut-être un peu pareils là-dessus. Lui non plus ne se considérait pas comme un ange, loin de là, en dépit de ce qu’on avait pu lui dire.

« Toi au moins tu ne trompes pas ceux que tu aimes, si ? »

Il essuya ses yeux et fouilla dans sa poche pour en sortir un mouchoir et se moucher bruyamment. Ce n’était même pas ce qui le peinait le plus. Ça en faisait partie mais … c’était un ensemble de choses. Surtout, c’était d’avoir été rejeté de façon si brutale alors qu’il l’aimait. Il fronça les sourcils en voyant que sa question gênait Eden. Quel idiot il faisait. Il regrettait déjà son indélicatesse, écoutant Eden avec attention. Est-ce que c’était l’homme avec qui il avait surpris Eden chez Olympe ? La question lui brûlait les lèvres mais il n’en dit rien, pour ne pas faire encore plus de maladresses. Sa main glissa sur l’épaule de son ami et il le serra fort contre lui.

« S’il te fait du mal et s’il n’est pas capable de voir que t’es quelqu’un de bien, il n’en vaut pas la peine… »

Dit-il en haussant les épaules, caressant le bras d’Eden. Il avait conscience que ce qu’il disait n’était peut-être pas très réconfortant mais il le pensait sincèrement. Surtout s’il s’agissait du type qu’ils avaient surpris chez Olympe, il ne l’aimait pas du tout. En même temps, il se sentait un peu désolé pour Eden. Il pensait sincèrement, et malgré ce que ce dernier disait, qu’Eden était quelqu’un de chouette et qu’il ne pouvait que rendre heureux celui ou celle qu’il aimerait. Il secoua la tête en entendant le blondinet se dévaloriser.

« Tu lui en parleras quand tu trouveras le courage… l’envie.. ou quand la situation se présentera. Et si ce n’est pas lui, je suis sûr que tu trouveras quelqu’un d’autre dont tu illumineras la vie ! Ça n’a rien de stupide..  »

Pris d’un élan de courage après avoir tenté de réconforter son ami, Castiel se redressa et alla chercher deux verres. Il fouilla dans le frigo et en sortit deux bières avant de demander à son coloc ce qu’il souhaitait boire.

« Tu sais quoi ? On n’a qu’à faire le même pacte que ce qu’ils font toujours dans les séries… si on n’a personne à trente ans, on se marie ! Ou on… sort ensemble déjà, le mariage c’est peut-être un peu précoce. »

Il rit et ramena les verres à table. Niveau stupidité, lui aussi savait en sortir des bonnes. Il tendit son verre à Eden et prit le sien, laissant Bitume s’installer à ses côtés à nouveau.

« Toi et moi… on ferait pâlir d’envie Olympe et Malroy, j’en suis sûr ! »

Lâcha-t-il avec un sourire en trinquant, avant de se rendre compte qu’à force, Eden allait peut-être croire qu’il lui faisait des avances. Ce qui n’était absolument pas le cas, il considérait Eden comme un très bon ami et c’était très bien comme ça !  


_________________

What the hell am I doing here ?


When you were here before, Couldn't look you in the eye, You're just like an angel, Your skin makes me cry, You float like a feather, In a beautiful world, I wish I was special.
But I'm a creep, I'm a weirdo, What the hell am I doing here? I don't belong here.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eden McDougall

❝Bestial Empathy.❞


Inscrit(e) depuis le : 28/05/2014
Messages : 4056
Multicomptes : Drumë (le seul, l'unique), Kaleb (le bisounours, le gentil) & Kieran (Le tonton, le calme)
Ressemble à : Toby Regbo
Crédits : Cedrick (avatar), tumblr (gifs), code sign : Crackle Bones
Âge : 24 ~ Statut civil : Princesse débousolée d'un joueur de ukulélé.
Profession/études : Comédien dans une petite troupe de théâtre.
Quartier : Queens
Capacité : Empathie animale (connexion émotionnelle à double sens).

MessageSujet: Re: Whenever you need me, I'll be by your side. (Castiel & Eden) Ven 20 Nov 2015 - 22:14

Bon... Peut-être que parler de Malroy ainsi n'avait pas été une bonne idée. Bravo Eden, pour remonter le moral de tes amis, tu es un champion... Il se mordillait la lèvre. Il ne voyait vraiment pas comment se rattraper. Peut-être que oui. Peut-être que Malroy tenait mieux à Olympe que son ami. Peut-être qu'à trop l'aimer, Castiel l'avait fait fuir. Peut-être qu'il y avait autre chose. Peut-être que ça avait à voir avec le don qu'Eden suspectait chez Olympe. Mais cela les dépassait Castiel et lui. Oui, ces histoires de dons dépassaient Eden. Alors, il pouvait comprendre qu'on fuit face à ses responsabilités amoureuses. N'était-il pas lui-même en train de décamper face à l'attachement grandissant qu'il avait pour Lys ? Fuyant aussi ses propres erreurs... Et la question de Castiel lui fit avoir un temps de silence avant de river son regard vers son ami.

« Tu considères que c'est tromper si on est pas dans une relation officielle ? » demanda-t-il un peu honteux. « Parce que si oui... Je vais te décevoir... »

Il se décevait sans doute aussi. Mais avait-il à avoir honte ? Lys ne s'était pas gêné non plus pour aller voir ailleurs, et façon très visible. Il eut un soupir fatigué. Il s'en voulait, il lui n voulait, mais au final, il savait que c'était juste lui qui s'était fait des idées au fil des semaines passées à vivre à ses côtés. A se croire plus important que la terre entière aux yeux de Lys. Quel con égocentrique il faisait !

« Je... Je crois que je me fais surtout du mal tout seul... Il peut pas comprendre... Si je dis rien... Et.... » Il eut un soupir. « Peut-être oui... Mais... J'espérai juste être la bonne personne pour lui... Parce qu'il mérite plus qu'un autre qu'on illumine sa vie... »

Il se mordilla la lèvre. Peut-être que c'était mieux qu'Ulysse trouve le bonheur dans les bras d'un autre après tout. Peut-être qu'ils n'étaient pas fait pour plus que ce qu'ils avaient déjà vécu. Peut-être qu'il s'était juste trompé. Il observa son ami se lever un peu absent, caressant la tête de Cassio encore à portée de main. Il accepta la bière avec un sourire. Et s'amusa de la proposition de Castiel. Il rigola un peu mais tendit la main vers Castiel pour sceller le pacte.

« D'acc ! Mais t'as raison le mariage, ce serait un peu trop d'un coup... Faut qu'on se ménage un peu ! »

Il prit son verre et but une gorgée de bière. Et sourit à l'affirmation de Castiel... S'il ne le connaissait pas, il aurait presque pris tout ça pour de la drague, mais non, c'était Castiel !

« Olympe, j'en sais rien, mais Malroy ? Deux beaux blonds comme nous ? Il en serait malade... » ricana-t-il en imaginant la tête du japonais.

Il exagérait sans doute son côté fétichiste, mais peut-être pas tant que ça... Il reposa son verre sur la table basse, pris par le délire de ces idées un peu stupides.

« Dis, Castiel, ça te dirait pas qu'on fasse notre voyage de noce maintenant ? Franchement, ce serait dommage d'attendre nos trente ans, non ? »

Il avait beau sourire, il le pensait vraiment. N'avaient-ils pas besoin tous les deux de voir du pays pour oublier leurs soucis ? Sans doute que son frère n'approuverait pas avec son don tout jeune mais... Il n'était pas fait pour être complètement responsable...

_________________

Where are you now ? Another dream. The monster's running wild inside of me. I'm faded, I'm faded. So lost, I'm faded... Under the bright but faded lights. You've set my heart on fire. Where are you now?

   (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Castiel Sainte-Croix

❝Mon pouvoir? Mon inconscience. ❞


Inscrit(e) depuis le : 16/02/2015
Messages : 6375
Multicomptes : Lys, Junya et Leonard
Ressemble à : Jamie Campbell Bower
Crédits : Asp
Âge : 24 ~ Statut civil : célibataire
Profession/études : Etudiant en journalisme et réceptionniste de nuit dans un hôtel
Quartier : Queens
Capacité : Emprunt de don (en éveil)

MessageSujet: Re: Whenever you need me, I'll be by your side. (Castiel & Eden) Dim 22 Nov 2015 - 18:19



« Je ne sais pas, je... »  

Il fronça les sourcils. Une relation non officielle... est-ce qu'il vivait hors du temps au point de ne pas en comprendre le concept ? A moins qu’il parle de relation hors mariage ? Mais c’était un peu poussé… Castiel hésita un moment avant de demander, tout doucement.

« Mais c'est quoi pour toi, une relation pas officielle ? »

Eden allait peut-être le prendre pour un crétin ignard mais... honnêtement, il avait du mal à en saisir l'idée et encore plus l'intérêt. Pour lui, les choses avaient toujours été claires. Il faut dire qu'il s'était toujours un peu étalé sur ses sentiments. Et "un peu" était un bel euphémisme. Lorsqu’il pensait du bien d’une personne et particulièrement lorsqu’il l’aimait, cela lui semblait important de le dire. Quoi qu’il en soit, il peinait à imaginer Eden tromper quelqu’un ouvertement mais.. peut-être se faisait-il une mauvaise image de son ami, peut-être était-il encore plus seul qu’il le pensait à ne pas concevoir de coucher avec quelqu’un d’autre lorsqu’il était en couple. Etait-il trop exclusif ? Il fit la moue en regardant Eden. On ne l’empêcherait pas de penser que ce type-là, s’il s’agissait bien de celui auquel il pensait, il ne méritait pas quelqu’un comme Eden. Au fond de lui, il espérait qu’Eden n’était pas cette bonne personne… tout comme il espérait que son ami ne verrait plus Yuichiro. Ces deux-là ne le méritaient pas.

« Il fait peut-être partie de ceux qui sont imperméables aux sous-entendus… s’il ne te laisse pas l’illuminer, sa vie, ça n’en vaut pas la peine. »

Il le serra fort contre lui avant de se lever histoire de chercher de quoi boire et de changer de ton. Ses larmes avaient bel et bien séché et il ne souhaitait pas plus longtemps s’apitoyer sur son sort. Il savait que sa peine reviendrait bien vite, il n’était pas prêt de faire une croix sur son histoire avec Drumë mais… pour l’instant, il devait profiter de l’instant présent. Il sourit en voyant qu’Eden acceptait son pacte et serra sa main de bon cœur avant de boire une gorgée comme pour sceller le tout.

« Laisse tomber le mariage ouais. Les petits fours et tout, c’est que des ennuis, on n’a pas besoin de ça pour rendre Malroy jaloux ! »

Même s’il n’était pas certain d’encore faire envie à Malroy, après ce qui s’était passé récemment… et puis Eden devait clairement être plus attirant que lui. Mais qu’importe, il n’avait pas envie de voir les choses sous un mauvais angle et but une nouvelle gorgée de bière a cette idée, avant de reposer son verre et de regarder Eden, surpris.

« Un voyage de noces pour un mariage hors d’actualité ? » Il fit un peu la moue. « Mmm… c’est vrai que ça serait dommage d’attendre mais… »

Il marqua une pause, le temps de réfléchir un peu. Eden était-il sérieux dans sa proposition ? Ca faisait longtemps qu’il n’avait plus voyagé et ce n’était pas l’envie qui manquait. Mais… vu son compte en banque, c’était tout sauf raisonnable.

« Un voyage de noces, en général, ça s’organise avec l’argent reçu du mariage non ? Et du non-mariage, du coup, ça va être plus compliqué… »

Commença-t-il, pensif, surpris de s’imaginer déjà en train de voyager aux quatre coins du monde.

« C’est quoi, ton endroit rêvé pour un voyage de noces ? »

Demanda-t-il, amusé, plutôt que de prendre la mesure de ce qu’il proposait. Ils pouvaient bien rêver un peu avant de retomber sur leurs pieds, non ? Il reprit son verre de bière à la main et en prit une gorgée.

« Moi, je crois que ça serait en Europe, quelque part… je n’ai jamais visité l’Asie non plus mais je crois que ça me ferait trop penser à … tu sais qui.. » Ouais, l’art de résumer tout un continent à un seul mec. Mais bon, dans sa tête, c’était comme ça…

« Mais t’y étais déjà en Europe toi, non ? Ça risquerait de t’ennuyer..  »

Ça, c’était embêtant. Eden rêvait sans doute de quelque chose de bien plus exotique. Pourvu que ça ne soit pas l’Asie qui le fasse rêver…


_________________

What the hell am I doing here ?


When you were here before, Couldn't look you in the eye, You're just like an angel, Your skin makes me cry, You float like a feather, In a beautiful world, I wish I was special.
But I'm a creep, I'm a weirdo, What the hell am I doing here? I don't belong here.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eden McDougall

❝Bestial Empathy.❞


Inscrit(e) depuis le : 28/05/2014
Messages : 4056
Multicomptes : Drumë (le seul, l'unique), Kaleb (le bisounours, le gentil) & Kieran (Le tonton, le calme)
Ressemble à : Toby Regbo
Crédits : Cedrick (avatar), tumblr (gifs), code sign : Crackle Bones
Âge : 24 ~ Statut civil : Princesse débousolée d'un joueur de ukulélé.
Profession/études : Comédien dans une petite troupe de théâtre.
Quartier : Queens
Capacité : Empathie animale (connexion émotionnelle à double sens).

MessageSujet: Re: Whenever you need me, I'll be by your side. (Castiel & Eden) Mer 2 Déc 2015 - 22:50

Eden riva un regard un peu étonné vers Castiel. Une relation non-officielle, ça ne sonnait clair dans sa tête... Peut-être que son ami était encore plus innocent que ce qu'il paraissait. Il se mordilla un peu les lèvres. Comment expliquer sans passer pour un obscène personnage ? Lui-même ne se trouvait pas très classy sur ce qu'il avait fait. Mais pourquoi Malroy et Lys avaient-ils le même pouvoir d'attraction sur lui aussi ? Et pourquoi arrivaient-ils en même temps ? Et tous les deux en clamant qu'ils n'attendaient rien... Pourquoi lui avait attendu des choses ? Il eut un soupir.

« Disons que... Qu'il m'avait fait comprendre qu'il ne comptait pas se mettre en couple... Mais... Je sais pas... On était tellement proches et toujours ensemble... A force, je l'avais presque oublié que rien ne nous attachait l'un à l'autre. Aucun accord, aucun engagement. Tu vois ? »

Maintenant qu'il expliquait la situation, ça sonnait vraiment comme un plan pourri. Vraiment pourri. Ce n'était pas si étonnant qu'il aille émotionnellement dans le mur avec ce genre d'idée. Il eut un soupir.

« En fait, je suis vraiment con... Les sentiments finissent toujours par me rattraper... » souffla-t-il blasé.

Un comble pour le blondinet qui s'était juré qu'on ne l'y reprendrait plus à souffrir de ses sentiments. En fait, il avait l'impression que c'était lui qui ne valait pas la peine qu'on réchauffe son cœur. Peut-être que c'était lui qui avait un soucis. Peut-être qu'il choisissait à dessein les mecs le plus instables. Pour n'avoir aucune chance de bonheur. Peut-être que c'était plus simple de se lamenter que de se donner une chance.

Il préférait penser à autre chose en sirotant cette bière qui atteindrait beaucoup trop vite ses facultés vu sa fatigue. Il sourit, acquiesçant aux questions de l'autre blond. Il était tout à fait sérieux. Il rigola aux questions pécunières de Castiel.

« J'ai de l'argent de côté ! Considère que c'est ma dote ! Vu que tu me loges et que tu me nourris régulièrement en plus... »

Il réfléchit quelques secondes à la question de Castiel. Un endroit qui le fasse rêver ? L'Islande peut-être ? Ou l'Italie ? L'Espagne ? L'Afrique ? Il y avait tellement d'endroits qui le faisait rêver à force d'avoir trop lu sans quitter sa chambre. Il passa un doigt sur ses lèvres, pensif. Il rigola un peu à l'explication sur l'Asie.

« J'espère pour l'Asie qu'elle ne se résume pas qu'à lui... Sinon, c'est franchement triste... Mais l'Asie est pas sur ma tête de liste ! L'Europe aussi est en tête chez moi ! » Il secoua négativement la tête. « Tu sais, j'ai pas passé tant de temps que ça en Europe, et j'ai vu qu'une partie de l'Irlande, un peu Londres aussi... Mais j'aimerai bien voir la France... Ou l'Italie... »

Aller en Italie... Pour oublier un italien. Pas franchement la meilleure logique. Mais bon... De toutes façons, Lys devait être autant italien que lui irlandais... Et puis, zut, tous les meilleurs classiques du théâtre se passaient en Italie !

« J'adorerai voir Venise, pas toi ? Et Verone ! » Il pouffa. « Désolé, j'ai trop lu de pièces de théâtre qui se passe en Italie, ça doit m'influencer... »

_________________

Where are you now ? Another dream. The monster's running wild inside of me. I'm faded, I'm faded. So lost, I'm faded... Under the bright but faded lights. You've set my heart on fire. Where are you now?

   (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Castiel Sainte-Croix

❝Mon pouvoir? Mon inconscience. ❞


Inscrit(e) depuis le : 16/02/2015
Messages : 6375
Multicomptes : Lys, Junya et Leonard
Ressemble à : Jamie Campbell Bower
Crédits : Asp
Âge : 24 ~ Statut civil : célibataire
Profession/études : Etudiant en journalisme et réceptionniste de nuit dans un hôtel
Quartier : Queens
Capacité : Emprunt de don (en éveil)

MessageSujet: Re: Whenever you need me, I'll be by your side. (Castiel & Eden) Sam 12 Déc 2015 - 22:18


Le blondinet fit un peu la moue et serra Eden contre lui un peu plus. Non, il ne voyait pas tout à fait. Enfin disons qu’il aurait été incapable d’être à sa place, de se retrouver dans une situation comme ça, du moins c’était ce qu’il pensait. Lui, il avait besoin de se sentir engagé, il s’étalait sur ses sentiments, il aurait été incapable de vivre une relation de non-dits qui l’aurait probablement fait souffrir. Il n’avait pas attendu très longtemps avant de dire à Drumë qu’il l’aimait… même si c’était son copain qui lui avait dit en premier. Mais quelque chose de non exclusif.. non… il n’y avait qu’à penser à la façon dont il avait souffert en apprenant que Drumë avait fréquenté Yuichiro alors qu’ils étaient ensemble pour savoir que ça n’était pas pour lui. Mais à bien y penser, sa relation l’avait sacrément fait souffrir aussi. Il ne savait pas trop ce qui était le pire. A croire qu’ils étaient tous les deux aussi malchanceux l’un que l’autre en amour. Il rit un peu à la conclusion d’Eden.

« Alors on est deux… les miens finissent toujours piétinés. Les sentiments, c’est vraiment de la merde. »

Conclut-il. Il n’était pas mécontent de penser à autre chose en buvant un peu de bière. Cette idée de voyage de noces inattendu le faisait rêver, même si ça lui semblait totalement improbable. Il releva un peu le regard vers Eden alors que ce dernier proposait… il se proposait de le payer ?

« Woh.. hé, le loyer, ça vaut pas le billet de voyage hein ! »

Mais Eden avait l’air sérieux, étonnamment sérieux. A ses yeux, hors de question de le laisser tout payer. Eden ne devait pas avoir des tas d’argent de côté. Mais s’il l’aidait un peu… alors peut-être que cette folie, ils pouvaient se la permettre. Et il ferait des heures supp’ à l’hôtel au retour pour rembourser tout ça, après tout, ses journées étaient loin d’être trop pleines.

A son grand étonnement, les choix d’Eden convergeaient vers les siens. Il n’aurait pas parié sur l’Europe comme destination de choix pour le blondinet mais était bien content qu’ils s’accordent là-dessus. En réalité, lui il n’avait pas d’idée précise de destination. Il y a quelques semaines encore, la Suède lui aurait vendu du rêve. Il avait vraiment envie de visiter les pays du nord de l’Europe, sans doute ses origines québécoises qui s’y retrouvaient un peu. Mais l’Europe du sud lui parlait bien aussi.

« La France ET l’Italie, soyons fous ? »


Demanda-t-il en souriant un peu alors que le blondinet s’emballait.

« Verone ? Romeo et Juliette ? Et Venise… tu veux vraiment qu’on passe pour un couple, c’est ça ? Il manque la promenade en amoureux sur les bords de Seine et on y est… »

Il sourit en s’imaginant avec Eden dans une gondole, menés par un mec chantant un truc d’amour en italien… même pas peur des clichés. Et franchement, ça lui venait du rêve !

« C’est le truc le plus cliché du monde mais j’adorerais aussi. Manger des pates, faire un tour en gondole, prendre une glace… faut qu’on soit clichés à fond pour notre voyage de noces ! »

Le blondinet n’attendit pas plus pour aller chercher son ordinateur portable et le ramener sur la table basse. C’était bien beau de rêver mais ça devait avoir un prix tout ça… et il était temps de se renseigner non ? Sur les hôtels, les vols, les endroits à voir,…

« On y va ? Vraiment ? »

Demanda-t-il, le sourire aux lèvres, alors qu’il commençait déjà à chercher des hébergements à Venise. Rien que les photos qui sortaient sur google, les canaux et l’architecture de la renaissance, ça lui vendait du rêve.


_________________

What the hell am I doing here ?


When you were here before, Couldn't look you in the eye, You're just like an angel, Your skin makes me cry, You float like a feather, In a beautiful world, I wish I was special.
But I'm a creep, I'm a weirdo, What the hell am I doing here? I don't belong here.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eden McDougall

❝Bestial Empathy.❞


Inscrit(e) depuis le : 28/05/2014
Messages : 4056
Multicomptes : Drumë (le seul, l'unique), Kaleb (le bisounours, le gentil) & Kieran (Le tonton, le calme)
Ressemble à : Toby Regbo
Crédits : Cedrick (avatar), tumblr (gifs), code sign : Crackle Bones
Âge : 24 ~ Statut civil : Princesse débousolée d'un joueur de ukulélé.
Profession/études : Comédien dans une petite troupe de théâtre.
Quartier : Queens
Capacité : Empathie animale (connexion émotionnelle à double sens).

MessageSujet: Re: Whenever you need me, I'll be by your side. (Castiel & Eden) Dim 20 Déc 2015 - 21:08

Castiel n'était pas encore habitué aux crises d'excentrisme du comédien. Parce que s'il avait été plus habitué, il n'aurait pas été surpris de ses excès, de sa façon de s'en fichtre de donner deux fois plus que le prix du loyer à Castiel. Il ne donnait de toutes façons pas pour le remercier juste du matériel, mais aussi pour tout le reste qu'il était impossible de quantifier. Castiel lui faisait du bien en étant toujours là quand il allait pas trop bien. C'était lui qui l'avait reboosté un peu après Malroy. C'était lui qui était là en cet instant. En somme, Castiel, c'était un peu comme son antidépresseur, et il n'y avait pas de contre-indication ni d'effets secondaires. C'était plutôt chouette, non ?

« Mais ta présence n'a pas de prix ! »répondit-il au tac au tac avec son air inflexible et têtu.

Eden ne put s'empêcher de sourire comme un gamin. La France ET l'Italie ? N'y avait-il pas des étoiles qui venaient d'apparaître dans les yeux de l'irlandais ? Il savait que ces deux pays étaient une mine d'or pour un amoureux du théâtre ? Bon, l'Angleterre aussi, mais son côté irlandais lui faisait un peu moins aimer le pays de la Reine.

« Les... Les deux ? » demanda-t-il avec un air naïf et surpris et affreusement mignon à son ami.

Il s'imaginait déjà sur la tour Eiffel, ou à aller à la Bastille, ou... Oh mon dieu, le Louvres aussi ! Ahhh ! Ils n'auraient jamais le temps de tout voir ? A moins d'y rester plus que quelques jours.. Et malheureusement, il ne pouvait pas partir très longtemps. Est-ce qu'il ne valait pas mieux se concentrer sur un endroit plutôt que d'être frustré ? Il ne savait pas trop... Il n'avait jamais plannfié de voyage... En fait, il réalisait qu'il n'était plus vraiment parti depuis des années. Hormis quelques week-end avec Nate, avec des amis de lycée, mais... En fait, très peu souvent. Il n'était plus parti aussi loin depuis le décès de ses parents.

« Mais on aura jamais le temps de faire le tour de tous les clichés en une ou deux semaines... Tu crois pas ? Enfin... ça me paraît compliqué... »

Il sourit en voyant l'autre attraper son ordinateur. Ils allaient vraiment le faire alors ? Il sourit. Ils étaient vraiment très fort pour s'entraîner l'un et l'autre sur la piste des idées les plus folles. Ceci dit, quand il repensait à leur rencontre il trouvait toujours cela très improbable alors... Il regarda l'écran du blond.

« Oui, on le fait ! »confirma-t-il, charmé par les images. « Attends, c'est quand même fabuleux que ma première mort à l'écran serve à financer notre lune de miel clichée ! »

D'ailleurs, il ne lui tardait pas vraiment la diffusion de ça. Il ne fallait surtout pas que son frère voit ça. Lui-même avait eu du mal à voir le montage final. C'était vraiment trop violent et réaliste dans le rendu. Et vu leur actualité, Eden n'avait vraiment pas envie que Nate voit ce qui pourrait possiblement lui arriver si l'Unit l'attrapait. Vraiment pas... Il regardait les prix et...

« Stop ! Là ! Regarde ! Le billet est vraiment pas cher ! » Il fit mine de réfléchir. « Pour le logement, tu crois pas qu'on peut trouver quelque chose comme une chambre de bonne ? Ou une auberge de jeunesse ? »

Parce que son budget n'était pas extensible.... Et puis, un hôtel, c'était un peu impersonnel, non ?

_________________

Where are you now ? Another dream. The monster's running wild inside of me. I'm faded, I'm faded. So lost, I'm faded... Under the bright but faded lights. You've set my heart on fire. Where are you now?

   (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Castiel Sainte-Croix

❝Mon pouvoir? Mon inconscience. ❞


Inscrit(e) depuis le : 16/02/2015
Messages : 6375
Multicomptes : Lys, Junya et Leonard
Ressemble à : Jamie Campbell Bower
Crédits : Asp
Âge : 24 ~ Statut civil : célibataire
Profession/études : Etudiant en journalisme et réceptionniste de nuit dans un hôtel
Quartier : Queens
Capacité : Emprunt de don (en éveil)

MessageSujet: Re: Whenever you need me, I'll be by your side. (Castiel & Eden) Jeu 24 Déc 2015 - 17:44

La France ET l'Italie, ça faisait probablement trop en si peu de temps... Probablement. Mais en meme temps, l'idée était si tentante et ils savaient tous deux qu'ils ne retourneraient pas de sitot en Europe, non ? Et puis s'ils optimisaient... trois jour l'un, trois jours l'autre, c'était peut-etre jouable ? En tout cas, ça lui mettait des étoiles dans les yeux et Eden avait l'air au moins aussi enthousiaste que lui.

"On le fait. On va y arriver ! Et j'ai hate de voir ta fameuse mort à l'écran. Enfin... pas que je... je préfère te voir vivant mais... J'espère qu'elle sera plus convaincante que celle de Marion Cotillard !"

Ne put-il s'empecher de lancer en lui donnant un petit coup d'épaule amical. Les recherches furent plus faciles qu'il ne l'aurait pensé. Le billet montré par Eden était effectivement très peu cher. Il partait tard mais au moins, ils n'arriveraient pas trop tard le lendemain.

"T'as raison. On va regarder les auberges..."

Dit-il en tapant la recherche sur son ordinateur.

"Eh... si on a de la chance... tu crois qu'il faut qu'on dise qu'on est en lune de miel ?"

Demanda-t-il, malicieux en le regardant. Il avait déjà entendu que parfois, ça permettait d'avoir de meilleures places dans l'avion ou de plus belles chambres. Et à ses yeux, il n'était plus à ça près. Il ne serait pas vraiment gené que les gens s'imaginent des choses. Meme si Eden était son ami et qu'il ne pouvait pas imaginer un instant etre en couple avec lui, ça l'amuserait plus qu'autre chose que les autres se l'imaginent. Enfin... ils n'y étaient pas encore... Du moins le pensait-il lorsqu'ils réservèrent billets et hébergements divers et variés, entre auberges et canapés chez l'habitant.

Les jours filèrent plus rapidement qu'il ne l'aurait imaginé. Ils avaient eu des billets de dernière minute à un tarif très intéressant et le jour du départ était arrivé à toute vitesse. Il avait tout juste eu le temps de poser quelques jours de congé et de boucler sa valise à l'arrache, espérant qu'il n'oubliait rien d'essentiel. Au pire, ils pourraient toujours acheter sur place, ils allaient dans des endroits civilisés, non ?

"Alors, cher futur mari, etes vous pret ?"

Demanda-t-il en français, tout sourire, lorsqu'Eden grimpa dans le taxi qu'ils avaient commandé pour l'aéroport. L'idée de ce voyage lui avait redonné le sourire et il espérait que ça allait durer. Il n'avait meme pas eu le temps de faire des recherches sur ce qu'il y avait à voir. Enfin, à Paris, les choses à voir, ça ne devait pas manquer.

"J'espère que tu as eu le temps de faire quelques recherches, moi c'est le néant... Mais j'ai ramené des provisions pour la route, regarde, tadaaa !"

Il sortit un énorme paquet de bonbons de son sac, le sourire aux lèvres, et le tendit à Eden pour qu'il se serve. Passer dans un magasin de bonbons pour faire des provisions, ça faisait partie des préparatifs indispensables au voyage... Enfin ça l'était lorsqu'ils étaient gamins et qu'ils partaient à Quebec pour Noel. Et dans sa tete, c'était resté lié, un paquet de bonbons pour la route, rien de tel. Meme si la route allait etre un peu plus longue que celle de Quebec.

"T'as tout ? Passeport, slip de rechange, tenue de soirée ?"

Il fouilla encore dans son sac pour en sortir un écrin et l'ouvrit pour dévoiler deux anneaux. Il se pencha vers Eden et chuchota.

"J'ai acheté ça en promo, trois fois rien. Notre parfait alibi pour passer pour des amoureux en lune de miel ! Bon, par contre y'en a une pour femme, c'était un kit, on alternera si tu veux ! "

Ouais, il avait peut-etre oublié des choses nécessaires mais pour les conneries indispensables, on pouvait compter sur lui.

_________________

What the hell am I doing here ?


When you were here before, Couldn't look you in the eye, You're just like an angel, Your skin makes me cry, You float like a feather, In a beautiful world, I wish I was special.
But I'm a creep, I'm a weirdo, What the hell am I doing here? I don't belong here.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eden McDougall

❝Bestial Empathy.❞


Inscrit(e) depuis le : 28/05/2014
Messages : 4056
Multicomptes : Drumë (le seul, l'unique), Kaleb (le bisounours, le gentil) & Kieran (Le tonton, le calme)
Ressemble à : Toby Regbo
Crédits : Cedrick (avatar), tumblr (gifs), code sign : Crackle Bones
Âge : 24 ~ Statut civil : Princesse débousolée d'un joueur de ukulélé.
Profession/études : Comédien dans une petite troupe de théâtre.
Quartier : Queens
Capacité : Empathie animale (connexion émotionnelle à double sens).

MessageSujet: Re: Whenever you need me, I'll be by your side. (Castiel & Eden) Lun 28 Déc 2015 - 18:43

« Mais chéri, bien sûr qu'on doit le dire ! On est tellement heureux, faut bien qu'on le crie sur tous les toits... »répondit-il tout aussi malicieux.

Et puis, les jours avaient filé. Entre petits jobs d'appoint, préparatifs et garde de Cassio -qui avait content de rester à Manhattan malgré l'appréhension du blondinet en le laissant à Ian-, le temps avait paru incroyablement court. Il n'avait pas eu le temps de penser à sa tristesse. Pas le temps de réaliser l'absence d'Ulysse. C'était plutôt positif. En un sens. Et puis, voir l'Europe lui mettait du baume au cœur. Il avait rassuré Nathaniel. Promettant d'appeler chaque jour. De faire attention. Et de pas quitter Castiel d'une semelle aussi. De pas utiliser son don. Et tout un tas de choses. Il avait serré très fort son grand-frère dans ses bras. Il revendrait en un morceau et sans avoir fait de bêtises.

Il avait préparé un sac assez compact, privilégiant l'efficacité à la quantité. Au pire, il laverait ses slips en route et les ferait sécher dans les douches ! Même pas peur ! Il était sûr d'avoir l'essentiel. Et surtout l'envie de partir, de voyager, de laisser ses problèmes ici et de partir très loin là-bas. Il grimpa dans le taxi après avoir chargé son sac à dos -acceptable pour les avions, il avait vérifié- dans le coffre. Il sourit à la question de Castiel, ne comprenant pas tout.

« Je... Beaucoup... Aimer la France et Paris ! » répondit-il sans vraiment trop savoir ce qu'il baragouinait.

Il avait appris l'espagnol à l'école, et il s'était entraîné à prononcer quelques basiques en italien, mais pour le français, il comptait sur Castiel. Il salua le conducteur qui les regardait un peu bizarrement. Et riva à nouveau son regard vers son ami. Il eut un rire en voyant les bonbons. Grand dieu, ce grand beau blond était absolument parfait. Il piocha une sucrerie et eut un grand sourire enfantin.

« T'es génial, tu le sais ça ? »

Il piocha encore d'autres bonbons. Lui, il avait pensé à quelques gâteaux. Et des rations de survie à base de galettes de riz dans son sac de voyage. C'était plus pragmatique. Il sourit à sa question.

« Slips, je crois que j'ai... Passeport, oui... Tenue de soirée... Hm, tu m'as vraiment bien regardé ? Tu me vois habillé en pingouin ? » Il rigola. « Je préfère le charme bohème, la chemise à fleur, le jean habillé... Bref. Si je me fais refuser l'entrée d'un bal, ça te permettra de trouver quelqu'un pour me tromper, chéri. »

Il lui fit un petit clin d'oeil. Il regarda suspicieux ce que faisait son ami. Et eut un cri de surprise qui fit encore se retourner le conducteur. Il s'excusa et regarda Castiel et le serra dans ses bras. C'était mieux de vrais fiançailles... Parce qu'il n'y avait pas toutes les responsabilités derrière. Il pouffa de rire en l'entendant expliquer le soucis des anneaux. Il attrapa l'anneau le plus petit. Il n'avait pas des mains très massive, ça devrait aller.... Il l'enfila à son doigt et le montra à Castiel.

« Non, ça ira, regarde ! » Il essaya d'enlever l'anneau pour lui montrer que c'était parfaitement à sa taille mais il n'arriva pas à passer la première phallange. Il eut un petit rire. « Je crois qu'en plus ton cadeau veut pas me lâcher... Merci, chéri... »

Il l'embrassa sur la joue. C'était pas très crédible pour un couple ça.... Au pire... Ils s'étaient déjà embrassé à leur rencontre, ils pouvaient bien recommencer pour jouer la comédie. Tant que ce n'était que ça ! Ils ne tardèrent pas à arriver, et Eden fut le premier à quitter la voiture, pas mécontent de sortir de cet engin de mort. Mais bon, il avait pris des calmants pour le trajet alors ses angoisses étaient un peu en veilleuse. Ils enregistrèrent sans trop de mal les bagages, et finalement, après l'attente inévitable se retrouvèrent dans l'avion en classe économique. Eden attrapa le bras de son ami, et laissa sa tête reposer sur son épaule.

« Je crois que j'aurai pas pu rêver mieux pour ma lune de miel, chéri... » murmura-t-il amusé. « Et ne t'en fais pas, j'ai repéré des choses pour le voyage ! Et j'ai même appris un peu d'italien ! »

_________________

Where are you now ? Another dream. The monster's running wild inside of me. I'm faded, I'm faded. So lost, I'm faded... Under the bright but faded lights. You've set my heart on fire. Where are you now?

   (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Castiel Sainte-Croix

❝Mon pouvoir? Mon inconscience. ❞


Inscrit(e) depuis le : 16/02/2015
Messages : 6375
Multicomptes : Lys, Junya et Leonard
Ressemble à : Jamie Campbell Bower
Crédits : Asp
Âge : 24 ~ Statut civil : célibataire
Profession/études : Etudiant en journalisme et réceptionniste de nuit dans un hôtel
Quartier : Queens
Capacité : Emprunt de don (en éveil)

MessageSujet: Re: Whenever you need me, I'll be by your side. (Castiel & Eden) Mar 29 Déc 2015 - 0:06

Connaissant l'amour d'Eden pour les sucreries, Castiel était pratiquement certain que ses provisions pour la route lui plairaient mais son enthousiasme débordant restait un réel plaisir. A son tour il piocha dans le grand sachet et en engloutit deux d'un coup avant de pouffer lorsqu'Eden évoqua la tenue de soirée. Il se souvenait de ses affreuses chemises à fleur qui plaisaient tant à son ami. Ca l'avait toujours amusé.

"Je te parle pas d'etre habillé en pingouin, juste d'etre un peu classe, tes chemises à fleur feront sensation, j'en suis sur ! Qui sait, peut-etre qu'on rencontrera le grand amour là bas ? Le charme français ou italien, ça doit faire des ravages !"

Lança-t-il, guilleret, avant de se souvenir que l'autre taré qu'Eden avait fréquenté pendant un temps était italien. Ou peut-etre espagnol, il ne savait plus trop. Mais ça n'avait pas d'importance, il avait déjà rebondi sur autre chose. Et une nouvelle fois, fut agréablement surpris de la réaction d'Eden face à ses alliances de pacotille. C'était toujours un peu délicat, meme avec un bon ami et il n'était pas certain de la façon dont son idée serait accueillie. Après tout, meme s'il n'y avait pas d'ambiguité entre eux et qu'ils avaient décidé de partir en lune de miel... il ne savait jamais trop. Mais c'était une grande satisfaction de voir que pour Eden comme pour lui, rien n'était jamais trop. A son tour, il passa la plus grande alliance à son doigt et secoua un peu les doigts, pas peu fier de son idée. Avant de pouffer en voyant que son compagnon de voyage n'arrivait plus à retirer la sienne.

"Faut croire que notre union est scellé ... Tire pas trop sur l'alliance mon chou, tu risquerais d'arracher le diamant !"

Il vit à travers le rétroviseur le chauffeur de taxi rire un peu. Il faut dire qu'ils devaient donner un sacré spectacle avec leurs idées. Ca n'était pas à lui qu'ils feraient le coup de la lune de miel. Mais de toute façon, on n'avait jamais vu des taxis faire des remises pour ça. Il rit de plus belle lorsqu'Eden l'embrassa sur la joue. Ils formaient probablement le couple le plus crédible du coin.

Le taxi les déposa devant l'aéroport et Castiel remarqua à peine que son ami se jetait en dehors. Il paya la course et s'en suivit l'inévitable enregistrement des bagages, attente, embarquement, attente, décollage et longue attente. La dernière ligne droite avant de toucher le sol européen. Le blondinet n'avait pas pris l'avion depuis des années et il était loin d'etre rassuré en avion. Il n'avait pas pu s'empecher d'attraper la main d'Eden au décollage. Mais tout s'était bien passé malgré ses craintes.

"Je crois qu'aucune lune de miel ne pourra égaler la notre... Ton futur mari a intéret à se montrer à la hauteur !"

Il pouffa et laissa Eden s'appuyer contre lui.

"Et moi un peu de français... Je compte sur toi pour nous guider alors ! Mais je ne doute pas que ça sera inoubliable !"

Ils plaisantèrent un peu avant que l'hotesse ne vienne leur apporter des boissons et un amuse bouche. Castiel n'hésita pas longtemps avant d'opter pour la petite bouteille de champagne. Leur budget était loin d'etre illimité mais une lune de miel, ça se fetait non ?

"A ce beau mariage, mon amour !"

Dit-il alors qu'ils trinquaient dans des flutes en plastique. Le voyage passa rapidement, entre films, repas et discussions légères. Il n'eut meme pas vraiment le temps de dormir que déjà ils atterrissaient. Il avait un peu perdu le fil des heures mais lorsqu'ils touchèrent le sol, le soleil venait de se lever. A peine déçu de ne pas avoir aperçu la tour Eiffel par le hublot, le blondinet se leva avec entrain et s'étira de tout son long avant de pouvoir enfin sortir de l'avion et se dégourdir les jambes. Ils étaient à Paris et il ne réalisait pas vraiment, meme s'il se sentait heureux comme jamais. A nouveau s'enchainèrent l'attente, la récupération des bagages, l'attente encore, les douanes pour que finalement ils débarquent dans le hall et se dirigent vers les trains qui menaient à la capitale.

"Pas trop fatigué ?"

Demanda-t-il en baillant à s'en décrocher la machoire. Il faisait beau et doux, la journée s'annonçait fatiguante mais aussi très belle. Il n'aurait pas pu rever de meilleur compagnon pour sa lune de miel.

"Tu as l'adresse de l'auberge ? Il me semble que c'est celle-là qui a bien voulu nous accorder une chambre privée pour notre voyage de noces !"

Et vu tout le sommeil qu'il lui manquait, il ne serait pas déçu de pouvoir dormir sur ses deux oreilles. Meme si ça impliquait d'etre dans le meme lit qu'Eden. Ils l'avaient déjà fait un bon paquet de fois et Castiel s'était habitué à ce que le blondinet s'accroche à lui pendant la nuit, il ne lui en tenait plus rigueur depuis longtemps.

_________________

What the hell am I doing here ?


When you were here before, Couldn't look you in the eye, You're just like an angel, Your skin makes me cry, You float like a feather, In a beautiful world, I wish I was special.
But I'm a creep, I'm a weirdo, What the hell am I doing here? I don't belong here.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eden McDougall

❝Bestial Empathy.❞


Inscrit(e) depuis le : 28/05/2014
Messages : 4056
Multicomptes : Drumë (le seul, l'unique), Kaleb (le bisounours, le gentil) & Kieran (Le tonton, le calme)
Ressemble à : Toby Regbo
Crédits : Cedrick (avatar), tumblr (gifs), code sign : Crackle Bones
Âge : 24 ~ Statut civil : Princesse débousolée d'un joueur de ukulélé.
Profession/études : Comédien dans une petite troupe de théâtre.
Quartier : Queens
Capacité : Empathie animale (connexion émotionnelle à double sens).

MessageSujet: Re: Whenever you need me, I'll be by your side. (Castiel & Eden) Mer 6 Jan 2016 - 0:40

Faire abstraction de la bourde faite dans le taxi par Castiel n'avait pas été simple. Sur le moment, il n'avait pas vraiment relevé. Mais dès que le silence se faisait entre lui et Castiel, l'évocation du charme italien revenait. Quelle idée d'aller dans un pays qui lui rappellerait chaque seconde qu'au fond, il aurait voulu prendre cet avion avec quelqu'un d'autre. Seulement... Ce n'était plus possible. Alors autant éviter d'y penser, et serrer la main de son ami pour oublier les chimères sentimentales. Il sourit doucement à Castiel.

« ça va mettre trop de pressions aux futurs prétendants, ils voudront jamais m'épouser quand ils sauront que tu es l'objectif à dépasser... » dit-il avec un sourire malicieux.

Ils allaient passer de bonnes vacances. Qu'importait pourquoi il partait. Lys devait rester à New York. Avec tous ses problèmes. Là, ils étaient juste deux amis assez débiles pour se faire passer pour de jeunes mariés dans l'espoir de gratter quelques réductions. C'était tellement mieux que d'être deux célibataires déprimés par leurs sentiments. Il avait noté quelques adresses, quelques monuments à voir absolument à Paris et à Venise, mais rien de très carré, Eden aimait aussi le hasard et l'imprévu. En revanche, il avait bien noté leurs lieux d'hébergement et les transports à prendre. Le métro parisien lui paraissait tellement anarchique... Et simple à la fois, c'était quelque peu paradoxal d'ailleurs.

Il fut surpris de voir Castiel leur payer du champagne... C'était totalement déraisonnable, donc absolument appréciable, et apprécié. Eden prit sa coupe en plastique et la fit taper contre celle de son ami.

« A nous, mon amour ! » lâcha-t-il joyeusement avant de boire une gorgée.

Eden se laissait porter par les conversations, il s'assoupit un peu devant un film, détendu par ses calmants, ne se réveillant que lorsque l'épaule de Castiel bougeait sous sa tête, en réalité, les heures filèrent sans qu'il ne les voie vraiment passer. Il regretta presque en arrivant de ne pas avoir plus dormi... Il s'étira longuement quand l'avion fut au sol, mais vite, l'euphorie d'être dans la ville la plus romantique et romanesque et passionnante du monde le fit sortir de sa léthargie. Enfin, il restait encore à attendre, attendre, et attendre, mais cela fait... Il exultait de joie. Vraiment. Même si l'aéroport n'avait rien de très exotique.

« Fatigué ? A Paris ? Jamaiiis ! Si je pouvais, je ferai quatre jours de nuit blanches pour rendre hommage à tous les poètes qui sont passés dans cette ville ! Mais ce serait pas raisonnable ! »

Il rigola un peu. Il indiqua à Castiel quel train ils devaient prendre, après avoir acheté leurs tickets et tout ça. Assis dans le train, le blondinet fouilla dans son sac bandoulière pour en sortir son petit carnet de notes.

« Hmm, oui, tu as raison ! C'est cette auberge là ! »dit-il avec un sourire complice. « Faut vraiment qu'on soit crédible alors, chéri... »

Il réfléchit une seconde, et alla s'asseoir à côté de Castiel et sortit son téléphone. Son fond d'écran n'était pas du tout adapté à leur petit jeu. Et le diable est dans les détails. Il embrassa la joue de Castiel tout en prenant une photo. Directement mise en fond d'écran.

« Tu me laisses faire pour qu'on paraisse crédible ? De toutes façons, tu sais déjà que mes baisers sont absolument in-ou-bli-a-bles ! »

Il lui fit un clin d'oeil. Et lui prit la main pour qu'il le suive et qu'ils ne rate pas leur station. Il s'arrêta une seconde pour regarder le plan du quartier et trouva vite leur destination, entraînant Castiel dans son sillage, énergique malgré la fatigue. Il reprit sa main quelques mètres avant qu'ils soient à leur destination. Ils passèrent la porte des lieux. L'accueil était momentanément désert... Eden appuya sur la sonnette, puis se colla un peu plus contre son « mari ». Par contre, il laissait Castiel parler en français, hein... Lui, il se contenta de naïvement embrasser Castiel au coin des lèvres quand il devina l'arrivée de la réceptionniste. Le tour était joué !

_________________

Where are you now ? Another dream. The monster's running wild inside of me. I'm faded, I'm faded. So lost, I'm faded... Under the bright but faded lights. You've set my heart on fire. Where are you now?

   (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Whenever you need me, I'll be by your side. (Castiel & Eden)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORE THAN HUMANS :: Outside of New York :: Rest of the world-
Sauter vers: