AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez|

How does your past impact my present life ? (Alex&Gill)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Gilliane M. Ashcroft

❝Stay out, stay clear but stay close❞


Inscrit(e) depuis le : 07/03/2015
Messages : 1637
Multicomptes : Liv Caldwell
Ressemble à : Anne Hathaway
Crédits : BlueOrchid + tumblr
Âge : 35 ~ Statut civil : Veuve
Profession/études : Musicienne et chanteuse
Quartier : Brooklyn
Capacité : Psychométrie

MessageSujet: How does your past impact my present life ? (Alex&Gill) Lun 15 Fév 2016 - 21:49


Après plusieurs mois, quelques transactions avec des types un peu bizarres et plusieurs échecs, elle l'avait enfin retrouvé. Gilliane avait mis le temps, à la fois désireuse de le revoir et appréhendant ce moment puisque certaines questions allaient devoir être posées pouor lesquelles les réponses lui faisait un peu peur. Elle avait souhaité tout d'abord mettre au clair toute cette histoire avec sa sœur, chose qui avait mis pas mal de temps. Plus qu'elle ne l'aurait cru. De la même manière qu'elle ne s'était  pas attendue à ce que ça la perturbe autant. Et puis un événement tout à fait inattendu c'était produit pour Jersey et qui l'avait touché aussi. Mais qui avait eu pour effet d'activer un peu plus les recherches de Gilliane. Parce qu'une question restait en suspend et qui s'était imposée à elle presque immédiatement après sa rencontre avec l'homme. Quelle avait été la nature du lien entre sa mère et Alexander ?

Une question qui en entraînait une autre, bien plus actuelle et pour laquelle la réponse lui faisait un peu peur. Mais il lui semblait que le moment était bel et bien venu, en particulier après avoir vu l'état de sa mère lorsqu'elle était allée la voir pour les fêtes de fin d'année. La maladie la rongeait littéralement et la jeune femme redoutait à chaque instant l'appel de la prison pour lui annoncer une terrible nouvelle. Gilliane se sentant totalement impuissante, tentait de réduire cette sensation comme elle pouvait. Et tout ce qu'elle avait trouvé c'était d'avoir des réponses à ces questions auprès de ce docteur qui semblait avoir un don pour rester totalement incognito. Mais sa persévérance lui avait permis de le trouver dans un endroit, qui tout compte fait, lui ressemblait plutôt bien, un dispensaire. Elle se demandait même pourquoi elle n'avait pas commencé ses recherches par-là, au lieu d'embêter tout le monde.

Elle se présenta donc en fin de journée sur le lieu de travail de Mr Fieldslane. La jeune femme fut assez surprise du monde qu'il pouvait y avoir, n'ayant jamais réellement mis les pieds dans un tel établissement avant. Elle l'aperçut alors qu'il saluait un patient et qu'il en invitait un autre à le suivre. La musicienne choisit donc d'attendre que la journée de travail se termine, en espérant que tout ceci ne trainasse pas trop et s'installa dans un coin de la salle d'attente. Elle dû expliquer plusieurs fois qu'elle attendait quelqu'un pour ne pas devoir subir un examen et finalement, la salle se vida petit à petit jusqu'à ce qu'elle soit la dernière. L'attente n'avait pas été si longue, les bobos se soignant assez vite. La jeune femme se présenta donc à la porte du docteur, y glissant une tête un peu timide « Bonjour. » Commença-t-elle poliment, ne sachant pas si elle pouvait s'approcher d'avantage. « C'est Gilliane. Ashcroft. » Parce qu'au final, peut-être se souvenait-il pas vraiment d'elle. « Je peux entrer ? ».

_________________
Little by little you have to live it all in all your life

We the people fight for our existence, We don't claim to be perfect but we're free, We dream our, Dreams alone with no resistance, Faded like the stars we wish to be. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: How does your past impact my present life ? (Alex&Gill) Mer 17 Fév 2016 - 9:12


Arriver de bonne heure était la règle ici, enfin celle que je m'imposais personnellement les jours où j'officiais au Dispensaire.
Tout juste avais je le temps de prendre un café et de saluer l'équipe, enregistrant les noms des internes, infirmiers ou pompiers en stage qui venaient ici faire leurs première armes avant de passer à de plus grosses structures ou d'être mobilisés sur le terrain que les portes étaient ouvertes et que déjà la salle d'attente silencieuse se remplissait d'une foule hétéroclite et polyglotte. Mes connaissances des langues étaient parfois requise pour tel ou tel patient dont le dialecte auquel il revenait sous la pression de la douleur, était inconnu des autres, mais en général, notre petite équipe et ses bénévoles se débrouillaient très bien sans moi.
Et toute la journée, avec à peine une pause au moment d'un repas sur le pouce amené par le fast-food tout proche ou le chinois voisin, je voyais défiler devant moi les habitants de cette jungle urbaine et leurs souffrances. Parfois ce n'était qu'un petit bobo sans importance, d'autres, quelques plaies à recoudre ou un membre cassé à réparer. On avait préparé comme à l'accoutumé une énorme thermo de café hyper sucré, presque à la limite du sirop, dont je me délectais tasse après tasse au fil du temps. J'étais préposé aux plaies ouvertes en général, qu'elles aient affecté un adulte ou un enfant, parfois j'avais droit à un membre cassé ou on me demandais de venir chez un de mes confrères dans une autre stalle pour avis.
Le temps passait au fil des arrivées et des départs, lentement pour certains, rapidement pour d'autres. Parfois la salle d'attente ressemblait à une cours des miracles où se mêlaient éclopés et malades, et comme chaque fois que j'étais de service de jour, ce n'était qu'en fin de journée, lorsque les chaises se libéraient sans que personne ne vienne l'occuper qu'une sensation de lassitude commençait à envahir tout le monde.
Par habitude, je ne regardais que la première chaise près de la porte et invitais celui ou celle qui l'occupait à entrer dans le saint des saints. La règle était établie ainsi, tacitement, observée comme un prêche et enseignée par les plus anciens aux nouveaux arrivant. Quand ce siège se libérait, l'occupant de la voisine s'y installait et ainsi de suite, occasionnant un mouvement tel une vague silencieuse et soumise qu'un observateur ne pouvait ignorer.
Vint donc l'instant où enfin, le silence redevenait roi dans cette salle, où il n'y avait personne pour venir occuper à son tour cette chaise promise, et où je raccompagnais mon dernier patient remis au mieux de ses maux jusqu'à la porte de mon petit cabinet, la laissant entrouverte alors que j'allais me laver les mains au lavabos installé dans le coin, les essuyant ensuite à un torchon propre, le cinquième que j'utilisais aujourd'hui, pensant encore une fois que si comme mes confrères j'usais de papier jetable, j'aurais remplis au moins deux poubelles inutilement alors que ces linges faits de coton récolté dans nos champs américains serviraient encore et encore pendant des années.
Ma thermo était vide, ma journée bien remplie terminée, et j'entrevoyais déjà venir le moment d'une bonne cigarette et d'une bière, peut être agrémentée d'un bourbon. Que pouvais je espérer de mieux ? J'ôtais ma blouse blanche, immaculée au matin et quelque peu souillée maintenant, et  commençais à ranger mes affaires personnelles tout en finissant de remplir le codex où je couchais mes interventions. J'étais perdu dans mes pensées quand une voix m'en fit sortir et je levais le nez vers la porte d'où elle m'interpellait, regardant par dessus mes lunettes la personne dont seule la tête dépassait de l'embrasure.
Mon sang ne fit qu'un tour alors ... Des images du passé défilèrent en un éclair dans mon esprit avant que la raison et celle qui était là ne contredisent mes souvenirs lointains et confirment d'autres plus récents. J'avais senti le sang affluer dans mes joues puis repartir aussitôt alors que mon front se plissait puis qu'un sourire las mais franchement heureux ne vienne chasser toute inquiétude ou doute.
Gill ! Quelle surprise ! Mais oui, entrez, que puis je faire pour vous ? J'avais fait le tour de mon bureau et ouvrais en grand la porte en lui faisant un large mouvement afin de l'inviter à entrer. Que venait elle faire ici ? Avait elle un problème ? Elle ou sa mère ? En la faisant entrer je posais ma main sur son dos, manoeuvre instinctive adoptée avec tous mes patients qui me permettait de faire immédiatement un pré-diagnostique succinct. Elle ne semblait rien avoir de probant, peut être quelques bricoles anodines liées à son état de femme, sinon rien. Je refermais la porte derrière elle puis allais reprendre ma blouse et me ravisais, m'asseyant sur le bord du bureau en croisant les mains devant moi. Sa venue, même si elle m'enchantait et ravivait des souvenirs anciens de temps heureux m'inquiétait.
Que ce passe t il ? Votre mère ? Quelqu'un d'autre ? Asseyez vous ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Gilliane M. Ashcroft

❝Stay out, stay clear but stay close❞


Inscrit(e) depuis le : 07/03/2015
Messages : 1637
Multicomptes : Liv Caldwell
Ressemble à : Anne Hathaway
Crédits : BlueOrchid + tumblr
Âge : 35 ~ Statut civil : Veuve
Profession/études : Musicienne et chanteuse
Quartier : Brooklyn
Capacité : Psychométrie

MessageSujet: Re: How does your past impact my present life ? (Alex&Gill) Mer 24 Fév 2016 - 21:50


Il y eu un moment de flottement pendant lequel Gilliane resta dans l'entrebâillement de la porte en se demandant ce qu'il se passait dans la tête d'Alexander. Et puis, il sembla se reprendre pour l'inviter de manière tout à fait chaleureuse dans son cabinet. Il se rappelait donc d'elle. C'était déjà un bon point, elle n'aurait pas à passer par le moment gênant des nouvelles présentations en essayant de le convaincre qu'ils se connaissaient déjà. Ou qu'ils s'étaient déjà rencontrés, plus exactement. Parce qu'au final, elle ne le connaissait pas réellement. Mais le peu qu'elle savait semblait déjà bien énorme pour vouloir le revoir. Autre bon point, il semblait ravie de la voir. Leur première et dernière entrevue s'était finie de manière un peu précipitée, sans que la jeune femme n'en saisisse bien les raisons. Elle n'avait jamais eu l'impression que c'était à cause d'une maladresse qui aurait pu venir d'elle, mais la question était restée tout de même en suspens.

« Non, non, tout le monde va bien … » Répondit-elle machinalement à la question concernée de l'homme. « Enfin … » Parce que non, au final, tout le monde n'allait pas bien. « Ce n'est pas forcément pour ça que je suis venue. » Conclua-t-elle. Elle ne souhaitait pas parlé de ça maintenant mais plutôt se tenir à ce qu'elle avait prévue. Elle s'assit à son invitation sur l'une des chaises, lui faisant ainsi face. Elle n'aurait pas cru qu'elle se sentirait aussi mal à l'aise. « Et vous, vous allez bien ? » Autant commencé par les politesses d'usages, ça la détendra peut-être. « Je m'excuse de venir vous voir sur votre lieu de travail. J'ai eu un mal fou à vous retrouver ! » Avoua-t-elle en laissa échapper un léger rire alors qu'elle regardait autour d'elle. Et ça lui parut soudainement évident qu'elle ne pourrait pas se sentir détendue dans un tel endroit. C'était un cabinet de médecin, dans un dispensaire. L'histoire du lieu était saturé et pas que de bons souvenirs. Elle ajusta inconsciemment ses gants.

« Je souhaite discuter avec vous, de … plusieurs choses. » Elle grimaça, se rendant compte qu’elle restait un peu floue dans son explication. Et que formulé ainsi, ça n’avait  peut-être pas grand-chose d’engageant. « Notre première rencontre m’a laissé un peu sur ma faim, je dois avouer. » Et que ça avait engendré un nombre de questions dont le nombre avait augmenté après sa rencontre avec Jersey. « Peut-être devrions-nous sortir d’ici ? Je ne suis pas venue en tant que patiente et je ne suis pas venue voir un médecin. » Et accessoirement, elle n’était pas venue voir l’ensemble des patients qui étaient passés dans ce cabinet et qui à coup sûre, allait lui sauter à la figure si elle restait trop longtemps dans cette pièce.

_________________
Little by little you have to live it all in all your life

We the people fight for our existence, We don't claim to be perfect but we're free, We dream our, Dreams alone with no resistance, Faded like the stars we wish to be. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: How does your past impact my present life ? (Alex&Gill) Mar 1 Mar 2016 - 11:19


L'attitude de Gill était étrange, un peu comme celle de cette jeune fille tout à l'heure qui était venue consulter pour avoir une prescription de pilule contraceptive en dehors du contrôle de ses parents. Mes fesses calées sur le bord du bureau et mes mains agrippées nonchalamment sur le bord, je la scrutais essayant de deviner ce que me voulait bien cette jeune femme derrière cet embarras. Elle m'avoua m'avoir cherché, ce qui me parut étrange et singulier, qui avait-il de si important pour qu'elle veuille me revoir ? Nous nous étions rencontrés dans ce bar musical et avions pris un verre ensemble, enfin l'un à côté de l'autre. A près discussion il s'était avéré que la ressemblance avec une connaissance que j'avais eu longtemps auparavant n'était pas fortuite, elle était bien la fille de Sally Ashcroft, aussi jolie et tentatrice, les même yeux ... J'avais fuit sa présence ce jour là, l'alcool et les souvenirs doux-amers ne faisant pas bon ménage. Et la voilà aujourd'hui devant moi à nouveau qui me cherchait depuis et m'avait retrouvé ... Pourquoi ?
Je ne me cache pourtant pas ... Par contre, je n'ai pas fréquenté beaucoup les bars musicaux ces derniers temps ... Sinon il n'y a pas de mal, si je peux aider la fille de Sally d'une quelconque façon, ce sera avec plaisir ... Je remarquais à nouveau aujourd'hui qu'elle portait encore des gants et qu'elle avait ce tic, presque un toc, de les réajuster de temps à autres. Elle semblait mal à l'aise, jetant à la dérobée des regards presque craintifs autours d'elle. J'étais un peu fatigué, la vieillesse n'est pas l'amie du corps, surtout avec une journée de plus de 10h00 presque non stop à soigner les bobos du monde et à écouter les malheurs de la population de cette ville. Elle voulais discuter, de plusieurs choses ... Mon sourcil se leva sans mon consentement, et j'en avais repris à peine le contrôle qu'il se relevait encore. "Laissé sur sa faim"? J'essayais de me remémorer ce que j'avais bien pu dire ce jour là qui avait suscité autant de conjectures, au point qu'elle se mette en chasse pour me revoir. Une pensée à propos des Hunters traversa mon esprit fugacement que je rejetais aussitôt. Je me relevais lentement et fit le tour de mon bureau, me sentant presque soulagé d'avoir ce meuble maintenant entre nous. J'essayais de sourire, rassurant, mais mes zygomatiques en avaient eu leur compte toute la journée et refusaient d'obéir à mes injonctions. Elle voulais s'entretenir avec moi sur des sujets en dehors de ma profession donc. J'étais à la fois alarmé et curieux. Alarmé du fait de devoir peut être raviver des souvenirs d'un passé que j'avais plus ou moins enfouis dans les limbes, alarmé par ce que m'avait dis tantôt Ezia, curieux enfin de connaître ce qu'elle avait dans la tête, que ce soit bon ou mauvais.
De toute façon, ma journée est finie et je ne suis pas de service de nuit, il faut que je fuis très vite avant l'arrivée de la seconde équipe, sinon ils vont m'embaucher ... J'enfilais ma veste et chopais mon sac qui était déjà prêt m'attendant sagement dans son coin, le jetant en bandoulière sur mon épaule. Je fis le tour et ouvrais la porte de mon lieu de labeur en grand, l'invitant ainsi du geste à sortir avant de le faire de vive voix.
Allons y, je connais un petit pub pas loin où on peut boire une bonne bière tout en conspirant dans un coin sombre. La musique y est vieillotte, mais l'atmosphère est propice aux confidences. Je refermais derrière elle et la suivais vers la sortie, passant la tête dans le local des infirmières pour leur souhaiter une bonne fin de journée, elles attendaient la relève pour rentrer chez elles, puis une fois sur le trottoir je guidais Gill vers notre destination qui se trouvait à moins de 5 minutes de là. J'avais une faim de loup qui se réveilla dès lors que nous étions sur le pavé et pour la circonscrire, je sortais une lucky et l'allumais, j'avais tout juste le temps de la savourer avant que nous arrivions.
Je ne savais quoi dire, ne sachant où voulait en venir la jeune femme. Nous avions fait quelques pas déjà dans un silence qui me parut un peu lourd.
J'espère que vous n'avez pas soupé, je vous invite ... Proposais je entre deux bouffées.
Quelques cents mètres plus loin, nous entrions dans un de ces bars à l'atmosphère feutrée et nous nous installions dans un recoin comme je les aimais d'où on pouvait tout voir sans être vu et parler sans être écouté. Je commandais une bière rousse pression, spécialité des lieux et laissais Gill faire son propre choix.
Alors, qu'est ce qui vous tracasse autant ? En quoi puis je vous aider ? Murmurais je en me penchant vers elle dès que la serveuse eut tourné les talons ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Gilliane M. Ashcroft

❝Stay out, stay clear but stay close❞


Inscrit(e) depuis le : 07/03/2015
Messages : 1637
Multicomptes : Liv Caldwell
Ressemble à : Anne Hathaway
Crédits : BlueOrchid + tumblr
Âge : 35 ~ Statut civil : Veuve
Profession/études : Musicienne et chanteuse
Quartier : Brooklyn
Capacité : Psychométrie

MessageSujet: Re: How does your past impact my present life ? (Alex&Gill) Ven 4 Mar 2016 - 20:27


Alexander se montra disposé à l'écouter. Il ramassa donc ses affaires indiquant que de toute façon, son travail de la journée était terminé. Et à vrai dire, Gilliane n'avait pas vraiment eu la jugeote de penser qu'il pouvait effectivement travailler de nuit. Elle tombait donc plutôt bien dans l'emploi du temps du médecin. Elle passa de nouveau le pas de la porte à son invitation et sourit à la proposition d'aller se retrouver dans un pub. "J'aime la musique veillotte." Rétorqua-t-elle avec un léger sourire. A l'instar de l'homme, ça lui paraissait aussi être un endroit idéal pour la conversation qu'ils s'apprêtaient à avoir. Un lieu suffisamment calme et discret pour ne pas être dérangé. Et suffisamment populaire pour que les histoires de chacun soient noyées dans celles des autres évitant ainsi à Gilliane d'être un peu trop distraite par ce qu'elle pouvait capter.

Elle se laissa guider à travers quelques rues en silence. Elle faisait déjà le vide pour garder le relatif calme qu'elle avait retrouvé en sortant du dispensaire et qu'elle ne souhaitait pas perdre une fois dans le pub. "Avec plaisir." Répondit-elle à l'invitation à diner, plus par politesse que par réelle nécessité. Parce qu'elle n'avait absolument pas faim. L'établissement n'était heureusement pas loin et elle se retrouva dans une atmosphère qui lui était familier et qui contribuerait certainement à gérer son niveau d'appréhension plus facilement. Alexander commanda une bière et elle, hésita un instant. De l'alcool pour se désinhiber un peu ou garder l'esprit aussi clair que possible ? "Un thé glacé." Autant commencer prudemment. Elle eut tout de même droit à un regard blasé de la jeune serveuse. Le thé glacé n'était certainement pas la spécialité ni la boisson préférée des habitués.

Leur place prise, il était maintenant temps de passer aux choses sérieuses. Il avait déjà compris que quelque chose la tourmentait. Il faut dire qu'elle n'essayait pas de le cacher. Et même si elle avait voulu, elle n'aurait certainement pas pleinement réussi. Elle se dandina un peu sur son siège, ne sachant pas comment commencer. Ne pas trop tourner autour du pot, c'était l'objectif qu'elle s'était tout de même donné. "La dernière fois que l'on s'est vu, vous m'avez expliqué que vous aviez connu mes parents." Et les quelques indiscrétions qu'elle s'était permise le lui avait bien confirmé. "J'ai besoin de savoir ce qu'il en était vraiment …" Elle grimaça un peu, déçue de ne pas être parvenue à formuler d'un coup une phrase moins vague que celle qu'elle venait de sortir. " J'ai vu la réaction que vous avez eue en parlant de ma mère. Je vois bien la façon dont vous me regardez …" Il faut dire que Gilliane ressemblait physiquement beaucoup à sa mère. Ca en avait fait leur fierté à toutes les deux. "N'y voyez pas une curiosité malsaine. Ou une façon de vous mettre mal à l'aise. Je souhaite juste savoir … Il y avait-il plus ?"

_________________
Little by little you have to live it all in all your life

We the people fight for our existence, We don't claim to be perfect but we're free, We dream our, Dreams alone with no resistance, Faded like the stars we wish to be. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: How does your past impact my present life ? (Alex&Gill) Lun 7 Mar 2016 - 15:29


Je me demandais pourquoi Gill voulait cet entretient, pas pour mes beaux yeux, c'était une certitude, mais alors pourquoi ? Elle était artiste, musicienne, rien à voir ni à entrevoir entre nos deux mondes qu'un gouffre séparait et même plusieurs. La réponse ne se fit pas attendre, n'attendit même pas l'arrivée de nos commandes. L'attaque avait été directe, presque sans détours, avec juste ce petit coup de semonce. Pourquoi remuer aujourd'hui des choses qui se sont passées il y a longtemps maintenant et qui n'eurent aucune conséquences du fait de la raison qui avait gagné le match contre le coeur alors que la fidélité tant amoureuse qu'amicale l'avaient perdues ?
Vous lui ressemblez tellement ... Je regardais cette jeune femme, quasi réplique de sa mère lorsque je l'avais connue, et j'étais presque aussi embarrassé que si son père nous avait lui même surpris dans une situation qu'il aurait réprouvé ... La seule fois où nous nous étions rapproché un peu plus, cette seule fois qui finalement m'avait décidé à rompre toute relation avec mes deux plus chers amis ...
La serveuse me sauva un peu la mise en nous déposant nos boissons, mais dès qu'elle fut partie, je sus que la réponse ne pouvait être différée, édulcorée élaguée peut être, tout était suspendu à ce qu'elle savait ou croyait savoir ...
Comme je vous l'ai dit l'autre soir il me semble, j'ai aidé vos parents après qu'ils aient été agressés en les soignant ... Et ensuite nous avons sympathisé et nous nous sommes revus ... D'abord dans des lieux comme celui ci, ensuite dans un meublé qu'ils louaient en ville, et enfin ... J'ai coupé les ponts le jour où ils m'offraient les clefs de leur vraie vie, de la votre aussi ... C'était il y a longtemps, vous étiez déjà presque indépendante à l'époque ... Je n'arrêtais pas de tripoter et de faire tourner mon verre entre mes doigts pendant que je parlais. Avait elle rencontré sa mère depuis notre entrevue ? Qu'avait elle pu lui dire, lui révéler ? Qu'avais je le droit de lui avouer ? Qu'y avait il d'utile à cela ?
Je n'étais sans doute pas le meilleurs ami qu'il fallait pour Michael ... Ma voix n'était qu'un murmure et je vidais mon verre d'un trait derrière cet aveux. Pourtant j'avais résisté, nous nous entendions si bien ... Pourquoi vouloir remuer le passé ?
Quoi qu'aient fait vos parents, ils ont toujours eu le souci de votre sécurité et de votre bonheur, soyez en convaincue ... Si plus d'enfants avaient eu des parents comme les vôtres, le monde n'en tournerait peut être que mieux ... Je fis signe au gars derrière le comptoir de m'amener un "bis", j'allais en avoir besoin pour brouiller cette mémoire et me remettre de cette journée qui s'annonçait comme très loin d'être terminée ... L'alcool dans mon estomac faisait des siennes et manger devenait maintenant plus qu'une nécessité. Je profitais donc de l'attention du barman pour lui demander la carte par signes ... Tout pour faire diversion, tout pour éviter de croiser ces yeux qui m'en rappelaient d'autres, éviter des questions et des reproches encore quelques instants, juste le temps que mon second verre n'arrive et me donne le courage de répondre la vérité ou de mentir sans remords ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Gilliane M. Ashcroft

❝Stay out, stay clear but stay close❞


Inscrit(e) depuis le : 07/03/2015
Messages : 1637
Multicomptes : Liv Caldwell
Ressemble à : Anne Hathaway
Crédits : BlueOrchid + tumblr
Âge : 35 ~ Statut civil : Veuve
Profession/études : Musicienne et chanteuse
Quartier : Brooklyn
Capacité : Psychométrie

MessageSujet: Re: How does your past impact my present life ? (Alex&Gill) Jeu 10 Mar 2016 - 22:06


Le simple fait qu'Alexander montre des signes de nervosité indiquait à la jeune femme qu'il y avait bien eu quelque chose de plus entre ses parents et lui. Et elle comprit rapidement qu'il allait falloir de la patience pour lui faire dire quo que ce soit. Elle n'était pas non plus très à son aise, ce qui ne l'aidait en rien pour l'amener à dire ce qu'elle souhaitait savoir. La communication au sein de la famille Ashcroft n'avait jamais été leur grand talent. Tout était tu et aujourd'hui, elle était pratiquement incapable d'aborder des sujets purement factuels avec sa mère. Alors lorsqu'il s'agissait de parler de ses parents à un quasi inconnu et de leur relation plus ou moins ambiguë, ce n'était pas une mince affaire. De toute façon, de manière générale, il était certainement difficile pour tout enfant de parler de la vie d'adulte indépendant de ses propres parents, avec tout ce que cela comprend.

En attendant, le docteur ne semblait pas vouloir répondre à sa question. Ou peut-être qu'il ne la comprenait pas. Ou peut-être qu'il ne souhaitait pas la comprendre. Ou peut-être encore que c'était elle, qui ne la formulait pas comme il fallait. Elle n'arrivait pas non plus à poser la question, avec des mots clairs et directs. "D'accord. Tout ça, je le sais. Vous avez été amis, j'ai bien compris." Un ami dont elle n'avait absolument pas eu vent. Mais peut-être était-ce normal, après tout. Visiblement à cette époque, elle commençait à faire sa propre vie et ses études lui prenaient un temps fou. Il lui révélait pourtant avoir des doutes concernant sa sincérité avec son père. Encore un indice qui confirmait un peu plus ses doutes. Et qui au passage, augmentait sa dose de stress.

Il décida pourtant de détourner le sujet et de vanter les qualités parentales de ses géniteurs. Ce qui fait doucement rire la jeune femme. "Je ne crois pas que de laisser seul pendant des jours une petite fille ou avoir des activités criminelles crée un environnement très sécurisant …" Ils en avaient apparemment physiquement subt le prix. Etant leur fille, elle aurait pu servir de pression supplémentaire. En revanche, elle ne mettait absolument pas en doute l'amour qu'ils lui portaient. C'était certainement pour cette raison qu'elle leur pardonnait le choix de vie qu'ils avaient fait et les conséquences que cela avait engendrées. La musicienne regarda son verre, presque surprise qu'il soit déjà là. Elle n'avait pas vu la serveuse les déposer. Et elle fut d'autant plus surprise que celui d'Alexander soit déjà vide. La vérité était aussi horrible que ça ?

Le deuxième verre arriva et Gill se contenta de boire sa première gorgée. Le froid la fit frissonner mais lui fit du bien. "Ce n'est pas pour discuter de ma relation avec mes parents que je suis ici … Mais la relation que vous, vous aviez avec eux." Une manière de rappeler pourquoi ils étaient assis là, tous les deux, que cela soit agréable ou non. "Pourquoi avoir fui, ce soir-là ? Pourquoi avoir coupé les ponts aussi brutalement ? " C'était peut-être ça, son point d'entrée, pour pouvoir y voir plus claire dans ce qui le liait à sa mère, la ou les raisons qui l'avaient poussées à disparaitre ainsi. Presque aussi brutalement qu'il était apparu dans leur vie.

_________________
Little by little you have to live it all in all your life

We the people fight for our existence, We don't claim to be perfect but we're free, We dream our, Dreams alone with no resistance, Faded like the stars we wish to be. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: How does your past impact my present life ? (Alex&Gill) Lun 14 Mar 2016 - 13:01


J'entourais mon verre de mes mains comme on s'accroche à une bouée de sauvetage. Elle voulait savoir quoi au juste sur cette relation que j'avais quasiment tuée dans l'oeuf alors qu'elle prenait un tournant décisif ? Que pouvais je dire d'eux et de leurs activités de l'époque sans la froisser, sans détruire l'idée qu'elle se faisait d'eux. Bien sur ils la laissaient seule parfois, enfin encore est il qu'ils la confiaient à la garde d'une personne de confiance pendant les quelques jours nécessaires pour Sally de laisser son don génial pour la copie s'exprimer et réaliser la commande que Michael avait réussi à monnayer. Savait elle pour l'autre maison, l'autre atelier inondé de lumière où naissaient les jumelles parfaites d'oeuvres sans prix. On ne lui avait jamais parlé de moi, mais du troisième larron non plus, celui qui se chargeait avec son père de procéder à l'échange des toiles. Je portais ce verre à mes lèvres et en sirotais une gorgée, la regardant par dessus, évaluant et soupesant le bien fondé de la vérité. Se souvenait elle combien de temps et combien de fois son père les avait laissées seules, elle et sa mère, pour partir à la recherche de ses proies alors qu'ils n'avaient nul besoin de plus d'argent ? Combien de fois il était rentré en ayant dilapidé en une nuit leur gains qui auraient pu les faire vivre jusqu'à leur mort naturelle sans problème juste à cause de cette addiction au jeu ? Ou était ce simplement pour justifier une autre échange ? Un autre larcin encore plus énorme ?
Pouvait elle savoir ou imaginer la détresse de sa mère et qu'elle s'était réfugiée dans l'alcool bien des fois pour briser son envie de tout plaquer et de vivre sans cette peur chevillée au corps ? Combien de fois son amour pour Michael l'avait fait rester là et lui obéir en créant une nouvelle oeuvre. Et puis j'avais été là, un temps, avec eux et entre eux, jusqu'au jour où le destin faillit changer définitivement la donne ...
Et aujourd'hui j'avais à répondre à la fille de Sally sur ce qu'il s'était passé, ce à quoi j'avais assisté impuissant ...
Laissez un ivrogne en rémission seul dans une pièce avec une bouteille ... Murmurais je pour moi même avant de reposer mon verre et de la regarder droit dans les yeux.
Vous êtes assez grande pour pouvoir entendre la vérité, mais êtes vous assez forte pour l'écouter ? Pourquoi vouloir savoir ? Est ce que cela peut changer quoi que ce soit aujourd'hui pour vous ? Pour votre mère ? Pour moi ? Oui !Là était la vraie question, qu'est ce que ça apporterait de concret et de bon d'avoir cette connaissance ? A quoi bon ? Le passé est le passé non ?
Dites moi ce que vous savez et je comblerai les vides ensuite ... Sans masquer la vérité ... Que savez vous de vos parents ? De votre père ? De son métier et de ses activités ? Qu'est ce que cela vous apportera de savoir ?
Je ne savais pas si elle avait rencontré sa mère depuis notre rencontre et dans le cas où elle l'aurait vu, qu'avait elle bien pu lui raconter ?
Vous connaissez l'histoire de notre rencontre ... Il n'y a rien à ajouter sur cela. Ensuite, et bien nous nous sommes revus, plusieurs fois, je les ai même suivi un temps pendant leurs voyages. Quand Mick faisait ses affaires, Sally et moi écumions les galeries et les musées des jours entiers et nous nous retrouvions tous trois le soir pour des sorties mémorables, votre mère avec le plus beau sourire et le rire le plus éclatant que j'ai jamais connu à cette période là, et les pieds les plus insensibles aussi quand nous dansions ensemble dans les gargotes de la Nouvelle Orléans ... J'ai toujours été un piètre danseur ...
On nous apporta les menus et je commandais un veau marengo comme d'habitude avec une demi bouteille de Pinot noir de Bourgogne, un vin français dont j'avais fait venir une caisse spécialement et que le patron chouchoutait dans sa cave pour moi ...
Etes vous seulement au courant de l'existence de la seconde maison ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Gilliane M. Ashcroft

❝Stay out, stay clear but stay close❞


Inscrit(e) depuis le : 07/03/2015
Messages : 1637
Multicomptes : Liv Caldwell
Ressemble à : Anne Hathaway
Crédits : BlueOrchid + tumblr
Âge : 35 ~ Statut civil : Veuve
Profession/études : Musicienne et chanteuse
Quartier : Brooklyn
Capacité : Psychométrie

MessageSujet: Re: How does your past impact my present life ? (Alex&Gill) Dim 20 Mar 2016 - 21:35


Décidément, il ne souhaitait pas répondre à ses questions. Il la lui faisait même à l'envers en lui en posant d'autres. Même si elles étaient légitimes. La jeune femme se redressa et s'appuya contre le dossier de son siège en soupirant. Elle savait que la chose ne serait pas aisée, mais elle n'avait pas pensé qu'Alexander se montre aussi peu réceptif à ses questionnements. Elle mettait définitivement le doigt sur quelque chose d'important. Et le fait qu'il soit aussi réticent alimentait un peu plus sa peur de mettre à jour des histoires qu'elle ne se serait jamais imaginée. Et effectivement, elle devait peut-être réfléchir à ce que cela allait entrainer pour elle. Pour lui. Parce que pour l'instant, elle n'avait pensé qu'à une seule personne. « Je le fais pour personne que vous connaissez. Mais pour quelqu'un qui … » Quelqu'un qui quoi ? Qui ne demandait rien. Qui n'avait même conscience de ce qui pouvait se passer ce soir. Alors ferait-elle tout ça pour assouvir une fois de plus une curiosité malsaine ? Ou était-ce vraiment dans le but d'aider une demi-sœur perdue ?

En revanche, elle ne s'attendait pas qu'il esquive ses questions en abordant le passé douteux de ses parents. Sa question lui paraissait pourtant simple. Avait-il eu une relation avec sa mère ? Alors pourquoi elle ne parvenait pas à le formuler ainsi. Et pourquoi de son côté, il faisait tout pour parler d'autre chose que de ce qui l'intéressait réellement ? Même si les souvenirs qu'il commençait à partager avec elle, avaient de vagues airs de romance interdite. « J'étais là au procès. Je connais les activités de mes parents et ce qui les a conduits en prison. Et ce qui m'a permis d'y faire un court séjour aussi. » Dit-elle un peu sèchement. De quoi se mêlait-il au final ? Pourquoi lui parler des activités de ses parents ? C'était un sujet qui lui paraissait tellement à côté de ce pourquoi elle était venue !

« Je ne suis pas venue pour parler de ce qu'on fait ou pas fait mes parents. Je ne suis même pas venue parler d'eux. Je suis venue parler de vous. Vous et ma mère. Parce que manifestement, il a du se passer quelque chose. » Elle n'avait pas laissé de côté son ton sec et son visage qu'elle avait voulu jusqu'à présent avenant, s'était refermé. Elle ne put cependant contrôler une vague surprise à la mention de la seconde maison. Non, elle n'était pas au courant et peu importait ! Peu importait la vie qu'ils avaient vécue. Une vie qu'Alexander semblait lui jeter à la figure alors que ce n'est pas ça, qu'elle demandait. L'apparition de la serveuse lui permit de souffler un peu. La simple odeur de la soupe qu'elle avait commandée lui donnait presque la nausée. C'était pourtant la seule chose sur la carte qui lui avait paru le plus facile à avaler. Les choses ne tournaient pas vraiment comme elle l'espérait et elle ne s'attendait pas à devoir repenser à une époque dont elle n'avait visiblement même pas conscience.

« J'ai bien conscience que mes parents ont eu plusieurs vies. Je me suis faite à l'idée que je n'ai fait partie que d'une seule d'entre elles. Et j'ai accepté que les autres aient été consacrées à des choses plus ou moins avouables. J'ai parfois eu accès à des souvenirs qu'ils auraient préférés eux même oubliés. Alors ce n'est pas la révélation d'une relation extraconjugale qui va me déstabiliser aujourd'hui. » Cela faisait longtemps qu'elle avait fait la part des choses. Il y avait ses parents et il y avait Sally et Michael. Et elle était là pour connaitre un peu plus la vie de Sally, pas de sa mère. Ils avaient finalement bien fait leur boulot et tellement bien compartimenté leur vie que Gilliane avait fini par voir deux personnes distinctes dans ses géniteurs.

_________________
Little by little you have to live it all in all your life

We the people fight for our existence, We don't claim to be perfect but we're free, We dream our, Dreams alone with no resistance, Faded like the stars we wish to be. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: How does your past impact my present life ? (Alex&Gill) Lun 21 Mar 2016 - 12:42


Je la laissais parler, avais je le choix ? Son ton en disait long sur le cheminement de son esprit et ce qu'il s'y trouvait me concernait donc. Pourquoi cette colère contre moi ? Qu'avais je donc fait dans le passé qui pouvait me valoir ses foudres ?
Elle avait dit ne pas le faire pour quelqu'un que je connaissais donc pas pour elle même, la suite de ses propos me confirmaient qu'elle en savait autant sur eux que moi et même plus, qu'elle en avait souffert aussi et subit les conséquences. Quand elle avait laissé échapper avoir été en prison de leur faute, je laissais échapper un Désolé sincère qui se noya au milieu de sa diatribe.
C'est à moi qu'elle en voulait ici, aujourd'hui, ce soir, et qu'elle demandait des comptes, des explications ... Pourquoi ? Pourquoi après tant de temps ... Je ne comprenais pas ...
L'arrivée de nos commandes me permit une trêve bienvenue. Je la mettais à profit pour essayer de me souvenir, de deviner ce qui avait pu provoquer cette colère, ces interrogations ...
Quand on nous laissa seuls à nouveau, je bus la moitié de mon verre de vin après l'avoir humé pour me donner assez de courage pour lui répondre sans encore toucher à mon assiette. Je commençais à douter que je puisse jouir de ce plat ce soir.
Ce qui vous est arrivé était la plus grande crainte de Sally, ce dont elle voulait vous protéger ... Quand à savoir ce qu'il y a eu entre nous à l'époque ... Je tournais mon verre posé sur la table distraitement et nerveusement pesant le pour et le contre en regardant le liquide pourpre tournoyer contre les bords. Qu'elle importance y avait il à ce qu'elle sache ? Qu'elle pouvait en être les conséquences ? Je le vidais alors d'un trait et me plongeais dans ses yeux si semblables et si différents de ceux que j'avais aimés autrefois.
A cette époque, votre mère se sentait seule, délaissée, utilisée. Votre père la laissait pendant des semaines à la maison, l'autre maison, pour finir par revenir un jour accompagné par quelques sbires musclés qui les tabassèrent à cause de ses magouilles et de ses dettes de jeux. Nous nous sommes rencontrés alors et sans comprendre ni les uns ni les autres, nous sommes devenus amis, puis intimes. Pendant que votre père repartait pour ses mystérieuses affaires, votre mère et moi passions de long moments ensemble comme deux collégiens, en toute amitié ... Nous nous sommes sortis ensemble d'une longue période d'alcoolémie avancée, c'est ensemble que nous allions aux Alcooliques Anonymes.
Je me resservais un verre et en but encore une rasade silencieusement avant de prendre mes couverts et d'emboucher un morceau que je savourais songeur ...
Puis il y eut l'emprisonnement de Michael qui s'était fait choper à revendre un des faux peints par Sally sur commande ... Ils s'étaient disputés la veille de son arrestation, la sobriété aidant, les craintes pour cette vie qu'elle rêvait normale à réaliser ses propres oeuvres et à en vivre tout en rattrapant le temps perdu avec vous étaient revenues. Elle voulait tout arrêter, mais lui voulait toujours faire un dernier coup, une dernière fois, et il arrivait toujours à la convaincre au final ... Elle l'aimait ... Je bus une gorgée, cherchant les mots justes, mettant dans l'ordre ce qui était arrivé.
Cela faisait longtemps à ce moment là que nous faisions nos sorties à 3 ou à 2 suivant les disponibilités de chacun, nous étions trois larrons qui profitaient de la vie en ville, de jour comme de nuit ... Michael ne craignait rien pour son couple, il me savait honnête et intègre tout en devinant que Sally ne me laissait pas indifférent. Quand elle m'appela ce soir là, cela faisait 3 mois qu'elle n'avait pas touché à une goutte d'alcool et moi non plus... Quand j'ai entendu sa voix, je savais qu'elle avait replongé et que quelque chose était arrivé et j'ai pris le premier taxi pour la rejoindre. Et c'est comme ça que c'est arrivé ... Je baissais les yeux, sentant une légère chaleur envahir mes pommettes. De la culpabilité ? Non. Je n'avais pas profité de la situation, c'était venu comme ça, naturellement ... Mais comment expliquer ça à sa fille qui me jugeait aujourd'hui, des faucilles dans les yeux et la voix ...
En arrivant, j'ai trouvé la bouteille de vodka qui traînait sur le sol dans le couloir, puis l'autre de bourbon sur la table basse dans le salon à côté du canapé où elle était allongée, les yeux marqués par les larmes. Je l'ai emmenée aux toilettes et l'obligeais à régurgiter le maximum, puis je lui ai fait du café et je l'ai serré contre moi pour la réchauffer tout en l'obligeant à rester éveillée ... vers 23h00 je l'ai portée jusqu'à sa chambre et je l'ai mise au lit tout habillée ... Elle me demanda de rester et j'acceptais. Elle s'endormit en me tenant la main et je suis descendu mettre un peu d'ordre dans la maison qu'elle avait plus ou moins dévasté ...
Encore une bouchée machinalement absorbée en pensant à cette nuit horrible ... A cette bouteille ouverte sur la table basse et à cette odeur qu'elle diffusait dans l'air ... Tentation, addiction, 3 mois d'abstinence ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Gilliane M. Ashcroft

❝Stay out, stay clear but stay close❞


Inscrit(e) depuis le : 07/03/2015
Messages : 1637
Multicomptes : Liv Caldwell
Ressemble à : Anne Hathaway
Crédits : BlueOrchid + tumblr
Âge : 35 ~ Statut civil : Veuve
Profession/études : Musicienne et chanteuse
Quartier : Brooklyn
Capacité : Psychométrie

MessageSujet: Re: How does your past impact my present life ? (Alex&Gill) Lun 28 Mar 2016 - 16:01


On ne peut pas dire que l'enfance de Gilliane ait été ce qu'on considère habituellement comme une enfance normale. Outre le don qui l'avait faite passer pour folle pendant un certain temps auprès d'un entourage restreint, ses jeux, la plupart du temps solitaires, se résumaient à se balader dans la grande demeure de ses parents à la recherche de nouveaux trésors qu'ils avaient bien pu dénicher, factices ou non. Son développement social se faisait principalement à l'école avec quelques camarades de classe dont elle se laissait au final, assez vite. Sa relation avec ses géniteurs se tissait au mieux, quelques jours par mois et le reste du temps, la petite fille se contentait de baby-sitter, de nounous et de rares amis de la famille pour subvenir à ses besoins. A priori, rien de bien folichon mais Gilliane n'en gardait pas de mauvais souvenirs. Elle se raccrochait toujours aux quelques moments de grande joie qu'elle pouvait passer avec ses parents. C'était ainsi. Elle ne saurait pas dire si elle était heureuse, mais elle n'était certainement pas malheureuse.

Elle avait longtemps fermé les yeux sur les activités de ses parents dès lors qu'elle avait été capable de comprendre ce qu'il pouvait bien se passer. Cela faisait partie de leur monde auquel elle n'avait pas grand-chose à voir. Un monde qui ne fut plus aussi hermétique dès l'arrestation de ses parents et le début du procès. Elle avait pris conscience alors de l'ampleur de leur délit mais aussi de l'amour sincère qu'ils lui portaient. Alors elle avait accepté, tant bien que mal, s'efforçant de ne pas garder de rancune. Et elle pensait avoir plutôt bien réussit jusqu'ici. Mais ce que lui décrivait Alexander ce soir remettait complètement en cause toute la sérénité et l'équilibre, même précaire, qu'elle avait atteint lorsqu'elle pensait à ses parents. Elle ne savait pas tout ça, toutes les difficultés très personnelles qu'ils avaient pu avoir. Le procès n'y ayant jamais fait référence. Ou bien lui avait-on une fois de plus, épargné tout ceci ? Après tout, elle n'avait pas été à toutes les audiences non plus.

A chaque phrase prononcée par l'homme, elle avait l'impression qu'on lui rajoutait une chape de plomb de plus sur les épaules. Elle s'enfonçait petit à petit dans son siège, la gorge de plus en plus nouée jusqu'à lui en faire mal. Comment avait-elle pu passer à côté de ça ? Comment avait-elle pu ne pas voir que sa propre mère était aussi malade ? Que le couple que formaient ses parents n'était pas aussi solide qu'il y paraissait ? Elle avait beau repassé ses souvenirs dans son esprit, elle ne voyait pas ce qu'elle avait pu manquer et qui aurait pu lui ouvrir les yeux. Même son don lui aurait été complètement inutile puisqu'elle ne voit rien concernant les personnes qui lui sont chères. Elle se sentait soudainement honteuse et tellement mal qu'elle en échappa un sanglot.

"Je ne le savais pas …" Articula-t-elle en tentant de se contenir. "Je ne savais pas que ma mère avait connu ça … Je m'attendais à une histoire d'infidélité banale. Mais je ne m'attendais pas à …" Sa voix s'étranglait, l'empêchant de finir sa phrase. C'était une terrible histoire et cela concernait une des personnes qu'elle aimait le plus au monde. Et au-delà de ce malaise, elle sentait la rancœur qu'elle avait pensé disparue, revenir au galop. Qu'avait-elle été, au final, pour ses parents ? Il y avait donc une seconde maison, des amis, des tracas mais visiblement aussi, des périodes de grâce. Toute une vie dont elle ignorait l'existence et qui semblaient leur prendre bien plus de temps que la vie dans laquelle ils avaient bien daigné mettre leur propre fille.

"Pourquoi me raconter tout ça ?" Demanda-t-elle finalement, reprenant son ton sec, malgré les larmes qui roulaient sur ses joues. Parce qu'elle n'avait posé aucune question qui invitait à en dire autant."Je vous ai posé une question plutôt simple et je me serais contentée d'un oui ou d'un non." C'était elle qui divaguait et qui n'avait pas été claire ? Ou bien c'était lui, qui avait juste besoin de dire certaines choses ? Et quoi de mieux que la fille de ce pauvre couple d'amis pour s'épancher ? "Vous essayez de faire amende honorable ? De trouver le pardon quelque part ? L'alcool ne vous suffit plus ?" Sa voix se faisait plus sifflante et son regard rougis était à présent rivé sur lui. Elle y allait fort, s'en rendait compte, mais s'en moquait.

_________________
Little by little you have to live it all in all your life

We the people fight for our existence, We don't claim to be perfect but we're free, We dream our, Dreams alone with no resistance, Faded like the stars we wish to be. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: How does your past impact my present life ? (Alex&Gill) Mer 30 Mar 2016 - 12:01


Elle pleurait, autant de rage que de chagrin semblait il. Dans sa voix j'entendais tous les reproches du monde. Bien sur, j'aurais pu répondre simplement par Oui, nous avons été amants mais ce n'était pas aussi simple. Notre rapprochement, notre écart de conduite, nos écarts devrais je dire, devaient être expliqués, surtout à sa fille.
J'aurais pu évidemment vous répondre simplement que oui, nous avons été amants ... Mais cela n'aurait pas été juste envers elle ... Ni envers moi ... Rétorquais je d'une voix rauque , baissant volontairement le ton pour l'inviter à se calmer et réprimer mon irritation.
Ce n'était pas une simple affaire de sexe entre nous, et si votre père n'était pas redevenu un temps l'homme qu'elle avait aimé, nous serions peut être ensembles aujourd'hui, j'aurais peut être eu le courage de passer la porte ce soir là ... Et elle n'aurait pas été inquiétée par la suite lorsque l'avidité de Michael les a fait plonger ... Je ne regardais plus Gilliane, le nez plongé dans mon assiette où je jouais nerveusement avec ce qu'elle contenait du bout de ma fourchette.
Le mal est fait maintenant, je pensais que vous vouliez savoir la vérité, toute la vérité ... Il m'arrive souvent de blesser les gens à être trop honnête avec eux ... Un grand torrent de lassitude m'envahissait, j'aurais voulu la consoler, mais c'était au dessus de mes forces depuis longtemps, cette partie de moi gisait au fond de l'eau et des bouteilles que j'avais bu tout au long de ce surplus de vie qui m'avait été donné. Puis une colère sourde s'insinua à la place en réalisant la portée de ses dernières paroles et ce fut d'un ton acide que je poursuivais, lâchant la fourchette qui claqua contre le bord de l'assiette.
Je ne vous permets pas par contre de nous juger à propos de notre addiction à la bouteille, chacun de nous avait ses raisons pour vouloir sombrer dans l'oubli que procure la boisson, votre mère autant que moi, mais elle voulait s'en sortir pour vous et m'entraîner avec elle, et nous aurions réussi si elle n'avait pas été totalement sous la coupe de votre père. Elle l'aimait et vous aussi, plus qu'elle même, et il en profitait tout en lui étant réellement très attaché. Chacun d'eux avait ses démons, mais ceux de votre père les ont dévorés et je n'y pouvais rien sans risquer de la détruire. Elle avait essayé de le quitter une fois déjà et ça l'avait presque tuée. Il était déjà trop tard quand nous nous sommes rencontrés. Sally m'en avait touché deux mots un soir, sans donner de détails, juste qu'elle avait été obligée de choisir et qu'elle avait choisi sa fille plutôt que son bonheur. Avec des geste contrôlés, je retirais ma serviette de mes cuisses et la posais à côté de mon assiette, puis je sortais quelques billets de ma poche pour les glisser sous mon assiette alors que je me levais, l'esprit emplit d'une colère amère contre Gilliane, Michael et moi même.
J'ai fait une erreur de jugement et je vous prie d'accepter mes excuses, Gilliane ... Et sans rien ajouter je sortais de l'établissement, chopant au passage mon vestiaire en saluant la serveuse. Une fois dehors, j'allumais une cigarette puis enfonçais mes mains dans mes poches en prenant la direction du Nord. Marcher me ferait peut être du bien, mais j'en doutais ... Revivre quelques instants cette période m'avait plongé dans un état cérébral quasi cataleptique, je marchais comme un automate vers la bouche de métro que j'avais en ligne de mire avec une irrépressible envie d'aller m'asseoir sur un banc, LE banc, à Central Parc, besoin de regarder la surface de l'eau noire, d'y être attiré et d'y plonger pour y connaître enfin la paix au milieu des miens ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Gilliane M. Ashcroft

❝Stay out, stay clear but stay close❞


Inscrit(e) depuis le : 07/03/2015
Messages : 1637
Multicomptes : Liv Caldwell
Ressemble à : Anne Hathaway
Crédits : BlueOrchid + tumblr
Âge : 35 ~ Statut civil : Veuve
Profession/études : Musicienne et chanteuse
Quartier : Brooklyn
Capacité : Psychométrie

MessageSujet: Re: How does your past impact my present life ? (Alex&Gill) Dim 3 Avr 2016 - 19:58


A l'écouter, elle avait l'impression que tous les malheurs de sa mère et les siens étaient dû au comportement de son père. Elle avait juste l'impression qu'il l'accablait de tous ses maux et de toute la tournure qu'avait prise sa vie par la suite. Et ça aussi, ça l'agaçait. Gilliane savait très bien que son père n'avait pas été parfait. Mais il semblerait que sa mère non plus et qu'Alexander ne soit pas non plus tout blanc dans cette histoire. Alors elle refusait d'entendre que son père était la cause de ce drame familial dont elle prenait connaissance presque dix bonnes années en retard. La jeune femme ne put réprimer un rire sarcastique à l'aveu de l'homme concernant son honnêteté. « Ce n'est plus de l'honnêteté à ce niveau-là, c'est de l'acharnement ! » Contre elle. Et contre son père. La jeune femme avait juste envie de taper violemment du poing sur la table pour le faire cesser tout de suite.

Mais la réaction d'Alexander quant à ses sous-entendus sur son alcoolisme l'en empêcha. La jeune femme ne dit rien, sachant parfaitement que ce retour de flamme était mérité. Et il en rajouta une couche avec de nouvelles informations sur le couple complètement décadent que ses parents formaient. Ce qui pour effet de l'achever finalement, complètement. Son regard se fixa de nouveau sur son assiette alors qu'elle avait l'impression d'être une gamine qui se fait engueuler. Elle ne le regarda pas sortir du pub, complètement figée. Et lorsqu'elle sut qu'il était maintenant loin, elle se laissa aller à pleurer, s'accrochant à sa chaise en espérant que cette sensation de dégringolade se stoppe.

Elle n'avait pas voulu ça. Elle n'avait pas voulu que ça se passe aussi péniblement. Elle était juste venue confirmer quelque chose qu'elle soupçonnait déjà. Quelque chose pour laquelle elle s'était préparée et qui ne la laisserait pas dans cet état aussi lamentable. Pourquoi dès qu'il s'agissait de sa famille, tout devenait très compliqué ? Pourquoi ça tournait toujours au drame ? Au final, sa venue à New-York n'était peut-être pas uniquement la fuite de sa vie avec Tom. Mais de sa vie entière, de son enfance solitaire, du procès éprouvant de ses parents. Et peut-être de l'obligation qu'elle avait envers sa mère dont elle n'avait pas pris pleinement conscience mais que son inconscient avait peut-être bel et bien compris. Ses sanglots s'interrompirent lorsque la serveuse, toute gênée vint lui demander si tout allait bien. Gilliane ne répondit rien, se contentant de lui adresser un sourire sans joie en essuyant de ses mains gantées ses joues. Elle lui glissa un joli pourboire et quitta l'établissement se rendant compte qu'elle n'avait même pas eu l'occasion d'aborder la raison principale qui l'avait poussé à venir voir Alexander. Un vrai fiasco.

_________________
Little by little you have to live it all in all your life

We the people fight for our existence, We don't claim to be perfect but we're free, We dream our, Dreams alone with no resistance, Faded like the stars we wish to be. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
How does your past impact my present life ? (Alex&Gill)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORE THAN HUMANS :: New York City :: The bronx-
Sauter vers: