AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez|

Nobody said it was easy - Eyron&Gill

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Gilliane M. Ashcroft

❝Stay out, stay clear but stay close❞


Inscrit(e) depuis le : 07/03/2015
Messages : 1637
Multicomptes : Liv Caldwell
Ressemble à : Anne Hathaway
Crédits : BlueOrchid + tumblr
Âge : 35 ~ Statut civil : Veuve
Profession/études : Musicienne et chanteuse
Quartier : Brooklyn
Capacité : Psychométrie

MessageSujet: Nobody said it was easy - Eyron&Gill Lun 25 Avr 2016 - 22:03


Les nuits de Gilliane étaient courtes, ces derniers temps. Il y avait bien trop de choses qui lui occupaient l'esprit pour que Morphée réussisse à y trouver une place. Et pourtant, elle aurait bien voulu se perdre dans les méandres du sommeil pour oublier ne serait-ce qu'un instant les dernières semaines qu'elle avait vécues. Elle s'en était sortie pas trop mal depuis qu'elle était arrivée à New York. Sans pour autant tourner complètement la page de son ancienne vie à Seattle, elle avait senti qu'elle avait repris du poil de la bête, elle avait eu l'envie de s'en sortir, de faire de la musique plus que jamais et de sourire, de s'intéresser de nouveau aux autres et de faire son trou dans la grosse pomme. Seule toujours, une relation au-delà de l'amitié ne lui était pas du tout envisageable. Et à vrai dire, elle n'y pensait même plus. Mais elle n'était pas complètement isolée. Un compromis dans lequel elle avait trouvé un équilibre.

Mais ironiquement, le passé la rattrapait. Des membres de la famille qui sortaient de nulle part, semblaient vouloir lui remettre les pieds sur terre violemment. Et ils y parvenaient tellement bien qu'elle avait à présent l'impression de s'enliser dans des sables mouvants. Les découvertes concernant la vie conjugale de ses parents avait été plus perturbant qu'elle ne l'aurait cru. Une demi-sœur qui semblait sur le point de péter les plombs. Et à côté de ça, la soirée caritative au Hyatt, qui avait pourtant si bien commencé avait fini dans un bain de sang et la panique. Une panique qui avait affolé le don de Gilliane qui avait dû se réfugier dans une salle adjacente pour échapper aux images qui l'assaillaient. Des images qui dans le contexte, n'avaient pas été des plus tendres et qui venaient parfois encore la hanter.

Et elle ne parvenait pas à trouver de solution pour se sortir de cet état d'angoisse dans lequel cet enchainement d'évènements avaient fini par la mettre. Elle se sentait affreusement seule, ne sachant pas vers qui se tourner, les sujets restant très personnels et délicats. Après plusieurs semaines à tourner en rond, Gilliane n'en pouvait plus et tenta dans un surprenant sursaut de se bouger les fesses. Elle contacta donc de nouveau le dernier homme auquel elle aurait pensé, Eyron. Parce qu'il fallait qu'elle règle ce qui la tracassait dans l'ordre et le sort de Jersey lui semblait être le plus simple, dans l'immédiat. Elle avait promis à sa sœur que l'entrevue qu'elles avaient eue toutes les deux resterait entre elles. Mais le fait est que certaines choses devaient être dites. Et Eyron lui semblait être le mieux placé pour l'entendre. C'est ainsi qu'elle se retrouva à l'attendre sur un banc dans l'allée principale de Prospect Park, en plein Brooklyn.

_________________
Little by little you have to live it all in all your life

We the people fight for our existence, We don't claim to be perfect but we're free, We dream our, Dreams alone with no resistance, Faded like the stars we wish to be. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eyron B. Mitchell

That others may live


Inscrit(e) depuis le : 02/03/2013
Messages : 14249
Multicomptes : Ezia Sainte-Croix
Ressemble à : Harvey N. Haydon
Crédits : blueorchid (avatar)
Âge : 31 ~ Statut civil : Père de Calia, née le 04/02/2015.
Profession/études : Propriétaire de l'Underground. Bassiste, Auteur & Compositeur
Quartier : Un loft à Brooklyn
Capacité : Téléportation

MessageSujet: Re: Nobody said it was easy - Eyron&Gill Dim 15 Mai 2016 - 14:50

Être surpris, c'était un euphémisme. Je ne m'attendais pas à recevoir un message de Gilliane pour un rendez-vous au parc. Au début, j'ai hésité à accepter. Non seulement parce que je devais passer au club mais aussi parce que je m'occupais de Calia aujourd'hui. Jersey devait voir quelqu'un. Et à vrai dire, je n'avais même pas posé de questions. Elle était quelque part, c'est tout ce que je savais. Donc quand Gil avait envoyé ce message, j'ai cru au début qu'elle voulait des nouvelles de sa demi-soeur. Parce qu'on ne pouvait pas dire que mes relations avec la jeune femme étaient au beau fixe. Pas depuis que je m'étais introduit chez elle pour lui demander si elle avait des informations sur Jersey. Elle m'avait clairement fait comprendre qu'elle ne m'appréciait pas du tout. Je pouvais comprendre sa réaction. Après tout, j'étais entré dans son espace personnel. Et avec le pouvoir qu'elle possédait, cela avait du pas mal la chambouler. Mais à ce moment-là, je n'avais trouvé que cette solution et je ne connaissais pas du tout son don. Bref, j'étais assez surpris du message. Cela faisait des semaines que je n'avais pas de nouvelles d'elle. Mais j'avais fini par accepter. Après tout, c'était à ce moment-là que je promenais Calia. Je pouvais joindre l'agréable à l'utile. Et puis j'étais curieux de connaître la raison de cette reprise de contact. Je me posais des questions. J'étais quasiment certain que cela avait un rapport avec Jersey. Sinon pourquoi m'appeler. Je n'étais pas psychologue ou autre. J'étais même loin de tout ça. Parce que je n'étais pas très doué pour parler de moi. Alors je me demandais sincèrement comment tout ça allait se passer. Le matin, j'avais passé un peu de temps au club pour faire la gestion des stocks mais aussi pour faire un peu de compta. J'étais plongé dans la paperasse pendant quelques heures avant de revenir au loft. Je songeais depuis quelques temps à ouvrir un club. J'avais trouvé un bon emplacement à Manhattan. Mais j'y réfléchissais encore. Je n'avais pas envie de faire d'erreur et de perdre l'Underground dans l'opération. Donc pour l'instant, ce n'était qu'un projet. Mais comme ma vie était un véritable capharnaüm, je restais sur mes gardes. Je savais très bien que tout pouvait changer du jour au lendemain.

Gardant la main de Calia dans la mienne, je marchais dans le parc. Cela faisait bien une petite heure que nous étions ici, à nous promener. Maintenant que Calia marchait, elle adorait les balades. Au bout d'un moment, je prenais la direction de l'endroit du rendez-vous. Je ne mettais pas longtemps à apercevoir Gilliane, assise sur un banc. Je m'avançais vers elle. J'aurais préféré la voir sans Calia mais pour  l'instant, je ne pouvais pas faire autrement. Sa babysitter était occupée et je devais la garder encore un peu avec moi avant qu'elle ne vienne la chercher. Pour l'instant, elle allait rester un peu avec moi, enfin avec nous. Il y avait un petit parc avec des enfants et Calia les avait remarqué. Je la gardais toutefois un peu avec moi avant de m'approcher de Gil. Je la saluais tandis que Calia posait ses yeux sur elle. « J'espère que ça ne te dérange pas qu'elle soit avec nous. Sa babysitter est encore en cours. » Je prenais ensuite Calia sur moi, la faisant s'asseoir sur moi avant de lui donner sa gourde pour qu'elle puisse boire un peu. Elle était habillée d'un legging gris et d'une petite tunique blanche à dentelle. Aux pieds, elle avait des petites sandales blanches. Il faisait vraiment très bon aujourd'hui. Alors il était inutile de la couvrir trop. D'ailleurs j'avais moi-même opté pour un bermuda et un polo. Alors que Calia buvait tranquillement, je relevais mes lunettes de soleil pour les mettre sur le crane. « J'avoue que j'ai été surpris par ton message. » Et comment. J'attendais qu'elle m'explique ce qui m'avait amené jusqu'à elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Gilliane M. Ashcroft

❝Stay out, stay clear but stay close❞


Inscrit(e) depuis le : 07/03/2015
Messages : 1637
Multicomptes : Liv Caldwell
Ressemble à : Anne Hathaway
Crédits : BlueOrchid + tumblr
Âge : 35 ~ Statut civil : Veuve
Profession/études : Musicienne et chanteuse
Quartier : Brooklyn
Capacité : Psychométrie

MessageSujet: Re: Nobody said it was easy - Eyron&Gill Dim 22 Mai 2016 - 19:58


Le soleil et la douceur de l'air lui faisait presque regretter d'avoir donné rendez-vous à Eyron, ce jour-là. Gilliane aurait pu en profiter pour essayer de se détendre au lieu de vouloir à tout prix se mêler de quelque chose qui ne la regardait peut-être pas. Encore. Et de se retrouver aussi avec un homme en qui sa confiance restait toute relative. Même si les tranches de vie avec lui que Jersey lui avait laissée entrevoir avait peut-être un peu adoucis son jugement. Et peut-être que de le voir avec sa petite fille au bout de l'allée ne put qu'accentuer un peu plus ce sentiment. La fillette était encore un peu chancelante sur ses jambes mais ses pas restaient tout de même très volontaires. La jeune femme esquissa un sourire malgré elle de voir ce petit bout accroché à la main de son papa. Qui allait trainer qui, bientôt ?

« Non, pas du tout. » Répondit-elle aux premières paroles du jeune homme. La discussion allait certainement être celle de grandes personnes, mais la petite ne comprenait pas encore, n'est-ce pas ? « Et sa mère ? » Demanda-t-elle machinalement avant de se mordre la lèvre. Pour une entrée en matière violente, c'en était une. Mais la question était sortie toute seule, sans que Gilliane réfléchisse une seule seconde à ce qu'elle disait. Une question qui se voulait du même acabit que celle que l'on pause pour faire un commentaire inutile à propos de la météo. « Mais je suppose que ça lui fait plaisir d'être avec son papa. Et le papa à l'air d'apprécié aussi … » Enchaina-t-elle du mieux qu'elle put, en se tortillant un peu sur le banc.

« Je l'ai été aussi, surprise … » Parce qu'elle n'aurait pas cru contacter d'elle-même Eyron pour un rendez-vous en tête à tête. Ou presque.  Elle lui avait fait comprendre qu'elle se tenait prête à aider mais en aucun cas dans son esprit, elle avait souhaité se retrouver de nouveau seule avec lui. Et ce, même avec Calia. Même si quelque part, la petite lui assurait une certaine tranquillité. « Tu ne te doutes pas pourquoi j'ai voulu qu'on se voit ? » Demande-t-elle avec un léger sourire amusé. C'était à priori leur seul point commun. « Comment va Jersey ? » Pareil, ou pire ? Avait-elle évoluée depuis qu'elles s'étaient vues ? « Parce que la dernière fois, elle avait l'air un peu ... Perturbée. » C'était le mot qui lui avait semblé le plus adéquate, sur le moment. « Et avait des idées un peu farfelues dans la tête … ». Gilliane osait à peine dire clairement ce qu'il en était à Eyron. Il faut dire qu'elle avait promis à Jersey de tenir sa langue. Et ce, même si la jeune femme avait toujours su que ce serait difficile.

_________________
Little by little you have to live it all in all your life

We the people fight for our existence, We don't claim to be perfect but we're free, We dream our, Dreams alone with no resistance, Faded like the stars we wish to be. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eyron B. Mitchell

That others may live


Inscrit(e) depuis le : 02/03/2013
Messages : 14249
Multicomptes : Ezia Sainte-Croix
Ressemble à : Harvey N. Haydon
Crédits : blueorchid (avatar)
Âge : 31 ~ Statut civil : Père de Calia, née le 04/02/2015.
Profession/études : Propriétaire de l'Underground. Bassiste, Auteur & Compositeur
Quartier : Un loft à Brooklyn
Capacité : Téléportation

MessageSujet: Re: Nobody said it was easy - Eyron&Gill Mer 8 Juin 2016 - 18:03

Si j'avais su plus tôt que Giliane voulait me parler, j'aurais demandé à Susan de garder Calia, le temps d'une heure ou deux. Histoire d'être tranquille et de savoir que la petite était entre de bonnes mains. Seulement je ne pouvais pas avertir Susan à la dernière minute. Et puis, elle ne cessait de me harceler pour que Jersey et moi venions au ranch pour quelques jours. Je n'avais franchement pas envie d'avoir à nouveau cette discussion avec elle. Et puis, vu que Giliane ne me portait pas dans son cœur, je me doutais que la conversation n'allait pas être très longue. Et tant mieux. Je devais avouer que là non plus, je n'avais pas envie de faire des efforts pour qu'elle arrête de me prendre pour le pire des hommes. Enfin, avec un peu de chance, dans un quart d'heure, Calia et moi serons loin d'ici. Et j'aurais oublié cette discussion. Quoique... si la jeune femme m'avait donné rendez-vous ici, c'était pour une bonne raison sinon elle ne l'aurait pas fait. Et je me doutais qu'il s'agissait de Jersey. Après tout, c'était le seul lien qui nous unissait elle et moi. D'ailleurs, Gil ne mettait pas longtemps à parler de l'absente. A sa question, je haussais un peu les épaules. « J'en sais rien. » Paroles dites le plus naturellement du monde. Je n'allais pas lui mentir. Jersey partait et venait et je ne savais jamais où elle allait ce qu'elle faisait. Parce qu'elle ne me disait rien et que je ne posais aucune question.

Alors que Calia buvait tranquillement sa boisson, je soufflais un peu. « Bien sûr que si, mais le contenu de la conversation m'échappe encore un peu. » Aux dernières nouvelles, Gil avait voulu entrer dans la tête de Jersey. Elle l'avait fait. Mais rien n'avait changé. Peut-être qu'elle voulait la soumettre à une seconde « séance ». Je n'en savais rien. Mais je ne pensais pas que c'était utile de toute façon. Il y avait bien plus important à faire en ce moment. « C'est un peu normal non ? Elle a perdu la mémoire. Elle a récupéré une vie dont elle ne veut pas. Il y a de quoi être perturbé. » Même dans ma position, je savais reconnaître ça. Si la situation avait été inversée, je crois aussi que j'aurais pété les plombs. Aux derniers mots de Gil, je posais mes yeux sur elle. « Il ne faut pas avoir ton pouvoir, pour savoir ce qu'elle a en tête. Je la connais assez malgré ce qu'elle peut penser en ce moment... » Ouais parce qu'elle semblait croire qu'elle était la seule à galéré dans cette histoire, à avoir connu ce genre de douleurs. Ce qui était faux. « Mais qu'est-ce que je peux y faire ? » Demandais-je, quand même résigné. Jersey était têtue. Elle l'avait toujours été. Et elle était un peu comme une enfant. Plus on allait lui dire de ne pas faire ça, plus elle sera tentée de le faire... alors sincèrement, je ne savais pas ce que j'étais censé faire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Gilliane M. Ashcroft

❝Stay out, stay clear but stay close❞


Inscrit(e) depuis le : 07/03/2015
Messages : 1637
Multicomptes : Liv Caldwell
Ressemble à : Anne Hathaway
Crédits : BlueOrchid + tumblr
Âge : 35 ~ Statut civil : Veuve
Profession/études : Musicienne et chanteuse
Quartier : Brooklyn
Capacité : Psychométrie

MessageSujet: Re: Nobody said it was easy - Eyron&Gill Dim 26 Juin 2016 - 20:30


Gilliane se contenta de sourire face à l'étonnement d'Eyron. Un sourire un peu gêné. Peut-être aussi un peu désolé. A vrai dire, mis à part leur première rencontre, la demande de contact était toujours venue d'elle. Une vraie contradiction alors qu'il semblait avoir bien compris que leur relation n'était pas des plus chaleureuses. Et en plus, elle le dérangeait alors qu'il profitait de sa fille. Il devait déjà bien avoir assez à faire avec sa propre vie pour qu'une belle-sœur non officielle débarque de nulle part et viennent mettre son grain de sel. Un grain de sel que la jeune femme espérait quelque part, être le dernier. Mais d'un autre côté, Eyron lui avait toujours répondu. Une réaction que lui laissait deviné qu'il n'avait pas encore rendu les armes face au cas Jersey.

Il lui assura pourtant qu'il était tout à fait conscient de la position et des idées de sa compagne - l'était-elle encore, d'ailleurs ? Et il ne savait pas comment réagir non plus. Au moins, elle ne trahissait pas complètement Jersey en expliquant au jeune homme ce qu'elle comptait faire. Au final, elle se senti presque honteuse d'avoir douté qu'il n'ait pas compris les intentions de la mère de son enfant. « Je ne lis pas dans la tête des gens … » Instinctivement, elle avait cru bon de mettre ça au clair, même si elle l'avait fait de façon complètement détaché, réfléchissant déjà à comment répondre à la dernière question d'Eyron. « Peut-être qu'il faut la laisser faire … » Déclara-t-elle franchement. « Je ne parle pas de l'aider. Je dis juste qu'il faut peut-être … disons la surveiller. » Gilliane regarda le jeune homme en coin, certaine qu'il allait réagir violement.

Elle se tortilla de nouveau sur son bout de banc et repris. « Je crois que nous sommes bien d'accord pour dire qu'il va être difficile de lui faire oublier ses idées de vengeance.  Alors peut-être que la solution est de faire en sorte qu'elle reste en vie. » Tout simplement. La laisser faire ce qu'elle souhaite et s'assurer que foncer tête baisser ne lui sera pas fatal. « Si j'ai bien compris ce que tu es et ce que tu fais, tu as les moyens matériels et … physique de le faire. »  Il faisait bien partie de cette organisation qui aidait les Originals, non ? Et un Original avait besoin de lui. « Nous n'avons pas réussi à la raisonner. Et pour ma part, c'est tout ce que je peux et sais faire. Mais peut-être que toi … Ou d'autres … »

_________________
Little by little you have to live it all in all your life

We the people fight for our existence, We don't claim to be perfect but we're free, We dream our, Dreams alone with no resistance, Faded like the stars we wish to be. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eyron B. Mitchell

That others may live


Inscrit(e) depuis le : 02/03/2013
Messages : 14249
Multicomptes : Ezia Sainte-Croix
Ressemble à : Harvey N. Haydon
Crédits : blueorchid (avatar)
Âge : 31 ~ Statut civil : Père de Calia, née le 04/02/2015.
Profession/études : Propriétaire de l'Underground. Bassiste, Auteur & Compositeur
Quartier : Un loft à Brooklyn
Capacité : Téléportation

MessageSujet: Re: Nobody said it was easy - Eyron&Gill Jeu 14 Juil 2016 - 18:43

Malgré leurs différentes, il y avait une personne qui nous liait tous les deux : Jersey. Enfin non maintenant, il y avait Calia. Et c'était pour ça que je me trouvais là. Alors qu'on ne pouvait pas dire que nous avions des atomes crochus. En même temps, vu la façon dont nous nous étions rencontrés, je pouvais la comprendre. Il n'empêche que nous étions tous les deux inquiets pour Jersey. Gil avait compris que la jeune femme partait sur la mauvaise pente. Je le reconnaissais aussi. Mais comme je lui disais, je ne voyais pas ce que je pouvais faire. Aux paroles de Gil, je posais à nouveau mes yeux sur elle. « J'ai pensé à ça également. Mais je ne peux pas impliqué les Shadows dans cette histoire. Nous manquons déjà tellement de recrues. Je ne peux pas leur demander ça. » Non ce n'était vraiment pas le moment. Même s'il aurait pu demander cette surveillance. Parce qu'il était un Shadow depuis longtemps, parce qu'on avait confiance en lui. Et qu'il savait ce qu'il faisait. « C'est triste à dire mais Jersey est un cas parmi un millier. » Et encore... Des histoires encore plus difficiles. Jersey était en vie. Elle avait encore son pouvoir. Elle avait de quoi refaire sa vie. Ce qui n'était pas le cas de tout le monde. « Mais j'ai demandé à un ami de mettre une puce sur son téléphone. Je peux savoir où elle est. » Mais je n'avais pas encore utilisé le traceur. C'était vraiment en dernier recours... Je n'avais pas envie de la fliquer. Après tout, comme je venais de le dire, sa réaction était normale. Elle avait besoin de trouver des réponses, besoin d'utiliser cette mauvaise énergie qui la consumait chaque jour.

Calia remuait ses mes genoux. Elle venait de finir sa boisson et les enfants qui étaient devant nous, attirait son attention. Elle me fit comprendre qu'elle voulait mettre les pieds par terre. Ce que je faisais. Je la tenais par la main. Puis je me levais du banc pour la mener vers les enfants. Calia avait envie de se sociabiliser un peu. Cela lui arrivait souvent ces derniers temps. Et comme il y avait quelques enfants de son âge, je pouvais la laisser un instant avec eux. Je le posais dans l'herbe après avoir demandé à deux mères qui étaient là, si cela ne les dérangeait pas d'avoir une compagnie pour leurs enfants. Puis après avoir jeté un œil à ma princesse, je retournais m'asseoir sur le banc tout proche. Je l'observais un instant alors que je m'étais à nouveau posé près de Gillian. « Une amie nous a proposé de passer quelques temps loin de New York. Je crois que ce serait bien que j'accepte son offre... Elle sait pour Jersey, pour nous en général. Je sais que Jersey se plaisait bien là bas. Alors peut-être que cela va lui faire du bien. » Je n'en savais rien. Je l'espérais simplement. « On ne peut pas la surveiller sans cesse. Il faut qu'elle puisse se rendre compte par elle-même que sa vengeance ne mènera à rien. On doit lui laisser son libre arbitre. Elle sait, au fond d'elle, ce qui est bon pour elle. En tout cas je l'espère. Je sais qu'elle a perdu la mémoire. Mais je veux croire que quelque part au fond d'elle, il y a encore la femme que j'ai connu. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Gilliane M. Ashcroft

❝Stay out, stay clear but stay close❞


Inscrit(e) depuis le : 07/03/2015
Messages : 1637
Multicomptes : Liv Caldwell
Ressemble à : Anne Hathaway
Crédits : BlueOrchid + tumblr
Âge : 35 ~ Statut civil : Veuve
Profession/études : Musicienne et chanteuse
Quartier : Brooklyn
Capacité : Psychométrie

MessageSujet: Re: Nobody said it was easy - Eyron&Gill Mar 19 Juil 2016 - 22:01


La réponse d'Eyron laissa pendant un instant Gilliane sans voix. Il était d'un fatalisme tellement affligeant qu'elle se surprit à vouloir lui donner une claque pour le réveiller. La jeune femme le quitta un instant des yeux pour se raccrocher à quelque chose qui puisse la calmer, alors qu'elle sentait l'agacement l'envahir peu à peu. Comment pouvait-il parler de la mère de son enfant ainsi ? C'était la femme avec qui il avait eu un enfant, cette jolie petite bouille qu'il semblait adorer. C'était la femme avec qui il avait passé de jolis moments et qui lui avaient redonné le sourire et un espoir pour l'avenir. A quoi servaient les Shadows, alors ? N'existaient-ils pas pour aider les Orginals ? Ils les protégeaient juste de l'Unit, alors ? Une mission qui s’avérait du coup plutôt restreinte qui en plus, avait montré quelques failles au gala de charité de New-York.

Mais malgré ce qu'il venait de lui dire, de l'entendre avouer qu'il n'était pas non plus resté complètement inactif la rassura un peu. Savoir où la localiser, c'était bien. Encore fallait-il savoir quoi en faire, de cette information. « Ca ne te dis pas ce qu'elle est en train de fabriquer … » Râla-t-elle finalement, bien qu'elle concédait que c'était déjà pas mal le coup de la traque au téléphone. En revanche, l'aide sembla venir d'une personne plutôt éloignée de New-York et de tout ce qui pouvait s'y tramer. Et ça, la jeune femme ne pouvait qu'acquiescer. Un changement d'air, un changement d'entourage. Ça lui paraissait plutôt positif.

« Je sais … » Bien sûre qu’elle se rendait compte que traquer sa sœur n’était pas une bonne chose. Ça ferait perdre du temps à trop de monde. En plus de risquer un retournement de situation du côté de Jersey qui n’était certainement pas souhaitable. « N’abandonne pas, Eyron … » Lâcha-t-elle le regard posé sur la petite Calia qui arrachait avec un certain entrain des touffes d’herbes autour d’elle. « Parce que je ne suis pas sûre qu’elle ait beaucoup de monde à qui se raccrocher. » Elle, c’était peut-être à la fois Jersey. Et à la fois leur petite fille.

« Et parce que Jersey n’est pas un cas parmi d’autre, Eyron. Et je suis assez choquée que tu la vois ainsi. Et quand bien même, c’en était un, c’est un Original qui a besoin d’aide. C’est votre mission, non ? » Une réaction un peu tardive, mais qui lui permettait de répondre de manière plus calme aux paroles du jeune homme, quelques minutes plus tôt. Et qui lui permettait de glisser vers un autre sujet qui l’intriguait. « C’est bien ça ? Vous nous aidez ? Parce que … l’attentat au Gala de New-York, il s’agissait de gens comme nous … » L’afflux de flash qui lui avait fait perdre pied pendant un instant le lui avait laissé croire, en tout cas.

_________________
Little by little you have to live it all in all your life

We the people fight for our existence, We don't claim to be perfect but we're free, We dream our, Dreams alone with no resistance, Faded like the stars we wish to be. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eyron B. Mitchell

That others may live


Inscrit(e) depuis le : 02/03/2013
Messages : 14249
Multicomptes : Ezia Sainte-Croix
Ressemble à : Harvey N. Haydon
Crédits : blueorchid (avatar)
Âge : 31 ~ Statut civil : Père de Calia, née le 04/02/2015.
Profession/études : Propriétaire de l'Underground. Bassiste, Auteur & Compositeur
Quartier : Un loft à Brooklyn
Capacité : Téléportation

MessageSujet: Re: Nobody said it was easy - Eyron&Gill Mar 9 Aoû 2016 - 23:35

Les yeux d'Eyron restaient rivés sur Calia qui s'amusait avec d'autres enfants. Le père avait toujours un peu d'appréhension à la laisser avec d'autres personnes, enfants ou non. Il était d'un naturel méfiant et vu sa position et celle de son ex compagne, il y avait de quoi l'être. Mais parfois, il essayait de laisser du leste et de donner à Calia la liberté dont elle avait droit. Elle était à un âge où elle avait envie d'aller vers les autres, besoin d'interaction avec des enfants de son âge. Alors Eyron essayait de la laisser avec eux pour qu'elle s'amuse un peu. Même s'il n'était pas totalement rassuré. Il gardait toute son attention sur sa petite fille, sans toutefois oublier la présence de son interlocutrice. Cette dernière lui avait fait part de ses craintes quant à Jersey. Il la comprenait même s'il n'avait pas la même approche que Gillian concernant son ex compagne. « Et je n'ai pas envie de le savoir. Jersey a tout perdu. Je crois que lui laisser son libre-arbitre est la moindre des choses. » Il n'allait pas la surveiller vingt-quatre heures sur vingt-quatre, même s'il le pourrait s'il le décidait. Mais Jersey n'avait pas besoin de ça. « Tu ne crois pas qu'elle en a déjà assez d'avoir tout le monde sur son dos. Pour elle, nous ne sommes que des étrangers. Des étrangers là pour lui rappelaient qu'elle n'est plus la femme qu'ils avaient tous connus. Tu ne penses pas qu'elle se sent assez mal. Et qu'elle a peut-être envie d'un peu de solitude. De rester seule ? » En tout cas, c'était ce que le Shadow pensait. Voilà pourquoi il ne l'obligeait pas à lui dire où elle allait. Elle avait le droit de sortir comme elle voulait. Si elle avait envie de lui dire où elle partait, d'accord. Sinon il n'allait pas lui passer un interrogatoire. Gillian semblait enfin le comprendre. Cela ne voulait pas dire qu'Eyron restait assis à ne rien faire. Il avait prévu un petit séjour loin de New York. Histoire que Jersey puisse découvrir autre chose que ces buildings et tout le stress que cela représentait. Puis à la nouvelle phrase de la musicienne, il reporta son attention sur elle. Puis il jeta un regard à Calia qui semblait bien s'amuser. « Je ne suis pas du genre à abandonner quelqu'un... Surtout pas un membre de ma famille. » Famille, de sang mais aussi famille d'attache, famille de liens construits au fil du temps. « Si tu t'inquiètes autant pour elle, pourquoi ne pas passer au loft ? » Après tout, elle était sa sœur. Et elle semblait vraiment « à cran » à cause de cette histoire. Peut-être qu'Eyron pouvait être plus « serein » parce qu'il la côtoyait tous les jours. Il voyait quand elle allait bien ou quand cela n'était pas le cas. « Et ne t'inquiète pas pour elle, elle a des gens qui l'aiment autour d'elle. » Que ce soit Calia ou Jersey. « Elles ont tous les deux des personnes sur lesquelles elles peuvent compter. » Mais cela ne semblait pas convaincre la musicienne qui revenait sur ses jugements tout fait. « Je n'ai jamais dit qu'elle était un cas parmi d'autre. » Elle sous-entendait des choses qui étaient fausses. « Non. Là c'est juste une femme qui a besoin de temps, besoin qu'on lui fasse confiance. C'est bien différent. Notre condition d'Original ne définit pas ce que nous sommes... Et heureusement. » Eyron reposa ses yeux sur Calia. Il n'avait pas hausser la voix. Il semblait que Gillian avait besoin de réponse, de comprendre. Et il essayait de lui faire comprendre que tout n'était pas si simple que ça. Il reporta ensuite ses yeux bleus sur elle à sa question. « Je croyais que tu ne voulais rien savoir de tout ça. » Un léger sourire s'afficha sur ses lèvres alors qu'il voyait Calia les observer et se gratter les yeux. Trop d'énergie dépensée pour la petite. Le Shadow se leva à nouveau du banc. La petite fille s'était dirigée vers lui en tendant les bras quand il fut assez proche. Il la prit contre lui avant de retourner s'asseoir. Calia avait posé sa tête sur son épaule. Il resta un instant silencieux. Parler des Shadows au milieu d'un parc, n'était pas ce qu'il appréciait le plus. « Ça dépend ce que tu entends par « gens comme nous ».
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Gilliane M. Ashcroft

❝Stay out, stay clear but stay close❞


Inscrit(e) depuis le : 07/03/2015
Messages : 1637
Multicomptes : Liv Caldwell
Ressemble à : Anne Hathaway
Crédits : BlueOrchid + tumblr
Âge : 35 ~ Statut civil : Veuve
Profession/études : Musicienne et chanteuse
Quartier : Brooklyn
Capacité : Psychométrie

MessageSujet: Re: Nobody said it was easy - Eyron&Gill Ven 26 Aoû 2016 - 18:07


Gilliane comprit qu’entre Eyron et elle, la vision des choses étaient différentes. L’approche qu’ils avaient du problème de Jersey n’était pas réellement la même et la jeune femme ne savait pas dire qui avait tort ou raison. Peut-être un peu des deux, sans doute. Parce qu’elle comprenait que Jersey avait besoin de temps et d’espace pour se retrouver. Ou trouver qui elle devait être à présent. Mais elle avait du mal avec le fait de la laisser complètement seule faire ses propres choix. Elle n’avait plus de repères dans un monde qui paraissait déjà plus compliqué pour un citoyen lambda. Et elle avait des idées de vengeance qui n’aidaient pas non plus. « L’idée n’est pas de la faire redevenir ce qu’elle était. Au mieux, nous arriverions à faire d’elle un espèce d’ersatz … » Et ça serait déjà compliqué d’arriver à ce résultat qui serait certainement aussi décevant pour la principale intéressée que pour son entourage. « Juste, l’accompagner dans ce qu’elle souhaite devenir et éviter qu’elle fasse des bêtises … » Etre une aide, une béquille sur laquelle elle pourrait s’appuyer et la petite voix qui la guide.

La musicienne ne répondit rien à l’invitation d’Eyron pour venir voir sa sœur chez elle. Là, pour le coup, ça serait vraiment une réelle intrusion. Et ce n’était pas non plus ce qu’elle souhaitait pour elle-même. Eyron avait l’air sûre de lui concernant le sort de Jersey, alors peut-être qu’effectivement, elle devait avoir confiance en lui, mais aussi en sa soeur. De toute façon, elle n’était pas venue ici dans l’intention d’agir elle-même. Elle avait dit ce qu’elle avait à dire et cela avait toujours été son but. « Bien … » C’est tout ce qu’elle lâcha pour signifier qu’elle n’irait pas plus loin dans cette conversation et qu’elle acceptait la vision de l’Original. Elle espérait juste que ça lui permette d’arrêter de ressasser toute cette histoire et que ça lui ferait un peu plus de place pour le sommeil.

Il fallait donc à présent passer à autre chose. Pas plus facile à aborder, elle s’attendais de nouveau à se faire houspiller par Eyron qui ne la rata d’ailleurs pas. Mais elle ne put s’empêcher de lui rendre son sourire. « Mais j’ai bien peur de ne pas pouvoir y échapper. Je n’ai pas le don de m’enfermer dans une bulle pour ne rien voir et ne rien entendre. » C’était même carrément le contraire. Elle qui avait jusqu’à présent eu l’impression de s’enfermer dans ses visions du passé avec contentement, les voyait à présent comme des ouvertures vers un monde bien présent, lui dessinant presque un croquis de futur.  « J’y étais, au gala. Et j’ai vu … tu sais … » Elle leva ses mains gantées. « J’ai toujours cru qu’il y avait nous contre eux. Ceux qui ne nous aiment pas beaucoup … Mais ceux qui ont fait ça, ils étaient aussi dotés de capacités. » Elle fit une petite grimace, se rendant compte qu’elle n’était peut-être pas très claire. En même temps, elle n’avait pas forcément le vocabulaire pour l’être ni même la liberté, en plein centre d’un parc public. « C’était qui ? »

_________________
Little by little you have to live it all in all your life

We the people fight for our existence, We don't claim to be perfect but we're free, We dream our, Dreams alone with no resistance, Faded like the stars we wish to be. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Nobody said it was easy - Eyron&Gill
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORE THAN HUMANS :: New York City :: Brooklyn-
Sauter vers: