AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez|

[Début juin 2016] Back in your arms where I'm happy... (Kaleb & Connie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Connie Egern

I don't trust people but you I won't bite


Inscrit(e) depuis le : 15/07/2014
Messages : 14039
Multicomptes : - Yuichiro (pervers blondophile) Nathaniel (gentil papatissier)
Ressemble à : Caleb Landry Jones
Crédits : tumblr & Google
Âge : 24 ~ Statut civil : Lowé contre son baKaleb ♥
Profession/études : Jeune diplômé de Journalisme et Bio
Quartier : Greenwich in Lower Manhattan
Capacité : Polymorphe

MessageSujet: Re: [Début juin 2016] Back in your arms where I'm happy... (Kaleb & Connie) Dim 21 Aoû 2016 - 9:23

Si on avait dit à Connor qu'un jour ce serait lui qui réclamerait ces choses là...En fait on lui avait souvent dit. Personne ne prenait au sérieux un gars qui se disait très moyennement intéressé par le sexe. Le nombre de gens qu'il avait horrifiés... Mais ça n'était pas ça exactement. Les cochonneries avec n'importe qui c'était pas sont truc point final. Du tout. Mais des qu'il se retrouvait à proximité de Kaleb, qu'il sentait ses mains sur lui ou qu'il faisait simplement ce que seul Kaleb savait faire l'air de rien, c'en était fini de lui. Il lui suffisait d'un sourire. Souvent avec le tatoué Connie avait l'impression de ne plus être le même... Ses yeux en disaient long, cachés derrière un rideau de mèches mouillées et rêches de manque de soin. Il esquiva encore les yeux bleus quand il les caressa, quand Kal vint l'embrasser. Il était toujours un peu paumé, un peu comme s'il avait oublié comment ça marchait en fait, avant que les attentions du brun ne réveillent sa fougue habituelle qui suivait la timidité. Il lui avait tellement manqué...son corps et son esprit ne pensait plus qu'à lui et à l'enlacer fort.

Connie n'avait pas menti le moins du monde quand il avait dit à Kaleb que sa situation physique ne changeait rien. Il avait eu un pincement en sentant la blessure fraîche responsable de tout ça, mais le reste il s'en foutait. C'était sa présence qui l'électrisait et le réveillait. Bien sûr il n'avait pas l'habitude d'être si exposé, si investi mais en le serrant contre lui il n'eut aucun recul, aucune hésitation bien au contraire juste l'envie et le besoin si fort d'être toujours plus près de lui. Jusqu'à rester collé une fois le point culminant atteint. Assez près pour lui cogner le crâne. Oui, il était essoufflé et affalé sur lui mais il lui restait assez d'énergie pour ça.

« A ton avis... espèce de gros crétin. »

Il n'y avait pourtant aucune trace de rancoeur ou de colère envers lui. Peut-être un peu d'exasperation. Kal était Kal... Mais il ne comprenait toujours pas à quel point c'était agréable avec lui merde ? Pourtant vu comment il retenait difficilement son nom entre ses dents et... Le reste, y'avait pas trop de quoi douter ! Après Kal ne réalisait déjà pas quand il se montrait beaucoup trop sexy, naturellement. Trop... Quel crétin des Alpes franchement. Connie soupira et frissonna qu'il laisse glisser ses doigts dans son dos. Il aimait ses mains. Il enfonça son nez contre le cou de Kaleb qui sentait si bon. C'était une drogue dont il avait été privé durement.

« J'ai moins froid... Et j'ai la dalle oui. Tu veux... de la pizza.. ?»

Ce qui compliquait la chose c'était qu'il n'avait pas vraiment de quoi la payer. Pas s'il voulait continuer à prendre les transports pour aller poser son book par exemple. Ou se payer...Il ne savait pas trop. Son indépendance, sans doute. Se retrouver à dépendre de quelqu'un c'était la pire chose pour Connie si sauvage et si indépendant. Kal ne pouvait pas comprendre ce besoin, pas autant que lui.

« Mais si tu commandes on est obligés de s'habiller. »

Il ronchonna pour changer de sujet, au cas où Kal aurait compris le malaise. C'était si dur. Les mots d'explication qu'il aurait pu donner restaient coincés eux aussi. Avec ceux qu'il avait voulu étouffer tout ce temps où il s'était retrouvé blessé par Kaleb et son manque de tact. A cause de son ex, mais surtout à cause de lui et son coeur d'artichaut.

« Je suis bien là... »

Il essaya pour commencer. Il ne pouvait plus vraiment espérer partir et c'était terrifiant. Il n'avait nul part d'autre où aller, et il s'ajoutait à cela le fait que ce n'était pas juste un ami à qui il demandait de l'aide et qu'il squattait, c'était... Tellement plus grand et flippant.

« On peut rester encore un peu comme ça ?»

Délayer, c'était tout sauf son genre. Ce qu'il avait la trouille, en fait...

_________________


Firefox in the Snow

❝I'm a fan of ignoring a problem until eventually it just goes away. But you didn't.  
So I'm gonna stick with you for a while. ❞

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kaleb Lowe

❝ I can see you from miles ❞


Inscrit(e) depuis le : 11/03/2014
Messages : 2952
Multicomptes : Drumë Andresson, Kieran Kane & Eden McDougall
Ressemble à : Andy Biersack
Crédits : Cedrick, crackle bones & tumblr
Âge : 31 ~ Statut civil : En amour avec sa petite luciole rousse. (Et non, c'est pas Nora ! )
Profession/études : Batteur (et Batman.... Ouais nan, mais chut.)
Quartier : Queens
Capacité : Sentinelle à Originals

MessageSujet: Re: [Début juin 2016] Back in your arms where I'm happy... (Kaleb & Connie) Mer 7 Sep 2016 - 19:35

Ses doigts glissèrent dans ses cheveux roux. Ils avaient poussé… Depuis l’accident. Il aimait bien cette longueur. Il aimait les entortiller dans ses doigts. C’était si agréable. Il n’arrivait pas vraiment à visualiser la situation dans son ensemble. Mais en s’accrochant à d’infimes détails, peut-être que ça suffirait à dépasser ce qu’ils vivaient. Ils étaient fait pour ça, non ? Pour se lover l’un contre l’autre en s’insultant doucement avec des insultes qui sonnaient plus comme des “je t’aime”. Pas pour se tourner le dos et se hurler dessus. Il ne voulait plus jamais avoir à… à dire des choses si blessantes à Connie. Il n’aurait jamais dû. Qu’est-ce qu’il pouvait être con des fois…

Tant mieux si t’as moins froid…” murmura-t-il doucement, le sourire aux lèvres. “La pizza ça me va… Mais… Faudra que tu récupères mon téléphone pour qu’on commande…

Il ebouriffa un peu ses cheveux, comme pour lui faire comprendre qu’il devait arrêter de gamberger.

Hey, j’suis handicapé, normalement, j’peux faire n’importe quoi, on me dira jamais rien… Mais j’ai pas super envie de montrer ma bite à un livreur, ouais…

Il serra doucement le corps du roux contre lui, l’entourant de ses bras. C’était bien. Il déposa un baiser sur son crâne. Il avait envie de lui. Encore. Mais, il n’en aurait probablement pas la force. C’était nulle d’être si faible. Il se sentait comme un adolescent après sa première fois. Il en voulait plus, mais… Son corps avait déjà trop donné. Il eut un petit soupir. Frustré et heureux à la fois. Joyeux paradoxe.

Je suis bien là aussi… J’ai envie d’être nulle part ailleurs. Tu peux rester là autant que tu veux… Pose pas la question.” finit-il par dire doucement.

Autant là contre lui, que dans son appartement. C’était un cadeau que de l’avoir un peu plus à ses côtés. Mais il savait aussi que c’était égoïste de voir cette situation d’un bon oeil. Il ferait tout pour que Connor trouve un autre endroit si c’était ce qu’il voulait. Seulement, il ne pouvait pas laisser Connie dehors. Il savait ce qui se passe à l’extérieur la nuit. Il ne voulait pas qu’on brise sa luciole.

Son ventre gargouilla à nouveau après de longues minutes. Ok, il fallait vraiment faire un truc. Il dégagea doucement son bras, et se redressa. Il se pencha au bord du lit, récupérant ses vêtements, les enfilant avec plus ou moins de mal. Mais, il y arrivait, c’était déjà ça. Il récupéra son téléphone portable par chance dans sa poche de pantalon, et commanda quelques pizzas. Supplément double fromage. Puis il raccrocha, son regard se tournant vers Connie.

Tu peux prendre le haut de l’armoire… Enfin si tu veux. Disons que ça m’est plus trop utile… Je… Enfin tu es pas obligé de voir ça comme… Enfin… Si tu veux juste un point de chute provisoire, c’est… Tu peux rester autant que tu veux…

_________________

I'll die fighting, inside me there's a fire that burns. My life begins and ends without the faith that we learn. Save me from the darkest places. Save me from myself. I'm a loaded gun, an only son. But I'm nobody's hero. I've come undone. I'm on the run. Yeah, I'm nobody's hero. Nobody's hero.

  (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Connie Egern

I don't trust people but you I won't bite


Inscrit(e) depuis le : 15/07/2014
Messages : 14039
Multicomptes : - Yuichiro (pervers blondophile) Nathaniel (gentil papatissier)
Ressemble à : Caleb Landry Jones
Crédits : tumblr & Google
Âge : 24 ~ Statut civil : Lowé contre son baKaleb ♥
Profession/études : Jeune diplômé de Journalisme et Bio
Quartier : Greenwich in Lower Manhattan
Capacité : Polymorphe

MessageSujet: Re: [Début juin 2016] Back in your arms where I'm happy... (Kaleb & Connie) Jeu 8 Sep 2016 - 23:52

Connie ne savait pas combien de temps il allait pouvoir continuer à nier l'évidence mais hey, dans cette position et dans ces bras là il pouvait donner le change longtemps. Surtout quand la main du brun farfouillait dans ses cheveux en l'apaisant... Très longtemps. Aussi longuement que Kal le serrait en tout cas. Même si quelque chose criait haut et fort que tout n'était pas comme d'habitude. Il suffisait de ne pas adresser ce malaise pour qu'il disparaisse, non ? A part gueuler pour résoudre les problèmes, Connie n'avait jamais tellement essayé se faire ça. En parler normalement. Du coup il préférait éviter. Surtout que l'attitude de Kaleb mettait encore plus en évidence... Ils seraient déjà en train de se taquiner là, normalement, non ? Et Kaleb serait en train d'essayer d'en avoir d'avantage. Et Connie ferait genre il était insupportable et collant et chiant alors qu'il mourrait d'envie lui aussi et qu'il voulait juste le faire chier et se faire prier... Kal n'essayait même pas, il était trop complaisant trop...gentil. Comme s'il prenait des pincettes avec lui et le couvait. Le rouquin n'aimait pas ça...

Il le laissa quitter ses bras après que son ventre ai protesté ouvertement. Il ne voulait rien dire... Mais le sien lui se tordait douloureusement rien qu'à l'idée de manger. Il avait fait comme il pouvait dehors. Au moins cher et... Au plus remplissant. Il préférait donner le change quand Kaleb téléphonait, en constatant en se redressant qu'une vrai douche -et pas l'eau de pluie- ne lui ferait pas de mal non plus. Ses cheveux... Il y avait des endroits où c'était impossible de passer les doigts dedans. Et puis Kal raccrocha et comme pour le reste, Connie éluda.

« Merci... Je sais pas encore, je verrai, j'imagine, j'ai pas grand chose t'facon... »

Il se mordit les lèvres en rangeant une mèche et finit par se glisser hors du lit sans trop croiser son regard.

« J'vais prendre une douche,  je vais éviter de salire tes draps. Je reviens. »

Il dit dans un sourire en coin qui ressemblait à son humour, en demi teinte. Il ne sut pas combien de temps il passa sous l'eau. On aurait dit des heures. Il retenait le poids qu'il avait sur le ventre et failli faire une crise de nerfs en essayant de se démêler ses mèches folles avant d'abandonner, mais au moins il était propre. La sensation de l'eau sur sa peau lui avait tellement manqué alors qu'il avait à peine passé trois quatre jours dehors... La réalisation de ce qu'avait dû être la vie de Kal avant qu'ils se connaissent le frappa durement. Et le livreur sonna. Connie voulait y aller, se rappelant la situation sur deux roues de Kaleb, mais ce dernier le devança, et vu qu'il n'avait qu'une serviette pour se vêtir c'était peut être mieux. Il lui demanda en sortant de la salle de bain fumante s'ils pouvaient manger dans la chambre une fois le type parti.

« Et... Tu voudras bien me couper les cheveux dis ? J'arrive plus à rien avec. »

Il demanda pour changer de sujet. Mais à peine la première bouchée de gras et de fromage dans sa bouche il senti les larmes monter. Il se trouvait pathétique de pleurer pour une putain de pizza mais il avait eu tellement faim, il était tellement crevé, il s'était senti stupidement seul et incapable de demander de l'aide à qui que ce soit... Il fit un geste à Kaleb pour qu'il le laisse, qu'il essaie pas de le consoler en le voyant réagir. Il essuya de gros sanglots en mangeant avant qu'ils ne cessent de secouer ses épaules et de couler sur ses joues. Il fallait que ça sorte, et il ne voulait pas être consolé.

« Désolé... J'ai l'impression... J'ai tout foiré Kal. Mon indépendance c'est du foin... Je suis un putain d'assisté, j'ai même pas tenu six mois avant que tout foire. Jsuis le pire mec que t'as dû avoir... Je crois que je peux tout gérer mais c'est que du flan. »

Ah non putain, pas les larmes encore. Il renifla bruyamment et finit sa pizza en tailleur sur le lit en les réprimant. Etre en colère contre lui même c'était plus facile. Connie inspira un grand coup. Et puis il finit par regarder Kaleb enfin dans les yeux. Dans ses yeux si bleus, si beaux, malgré la pitié qu'il pouvait y lire, ou quoi que ce soit, il les aimait ces yeux. Et tout le reste qui allait avec... Il baissa son regard sur les cuisses du brun et ça lui permit de changer de sujet et de se calmer.

« Tu peux toujours pas bouger...? Tu sens toujours quelque chose au moins ? Genre là... »

Et il posa une main sur celles ci. Sa colère se dissipait, à mesure qu'il se concentrait sur lui. C'était ça. Ses problèmes ne changeaient pas mais la présence de son petit ami avait le mérite de l'apaiser un peu. Il avait un peu changé, depuis qu'ils s'étaient disputés, non ? Depuis qu'il lui avait dit... Et ils s'étaient séparés. Il avait eu la trouille que Kal tourne la page, il n'avait répondu à aucun message, décroché à aucun appel... sa main était un peu crispée.

_________________


Firefox in the Snow

❝I'm a fan of ignoring a problem until eventually it just goes away. But you didn't.  
So I'm gonna stick with you for a while. ❞

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
[Début juin 2016] Back in your arms where I'm happy... (Kaleb & Connie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORE THAN HUMANS :: Outside of New York :: Flashback-
Sauter vers: