AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez|

[20 juin 2016 ] Hold me, wrap me up, unfold me. I am small and needy. (Elias & Eden)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Eden McDougall

❝Bestial Empathy.❞


Inscrit(e) depuis le : 28/05/2014
Messages : 4056
Multicomptes : Drumë (le seul, l'unique), Kaleb (le bisounours, le gentil) & Kieran (Le tonton, le calme)
Ressemble à : Toby Regbo
Crédits : Cedrick (avatar), tumblr (gifs), code sign : Crackle Bones
Âge : 24 ~ Statut civil : Princesse débousolée d'un joueur de ukulélé.
Profession/études : Comédien dans une petite troupe de théâtre.
Quartier : Queens
Capacité : Empathie animale (connexion émotionnelle à double sens).

MessageSujet: [20 juin 2016 ] Hold me, wrap me up, unfold me. I am small and needy. (Elias & Eden) Lun 25 Juil 2016 - 16:51

Cela faisait quelques jours qu’Eden essayait désespérément de contacter Ulysse. Il lui avait pourtant offert un téléphone portable justement pour éviter d’avoir à s’en remettre à sa sacro-sainte perception paranormale des appels de son entourage. Vu comme ça marchait bien… Il avait décidé d’aller le voir à défaut de réussir à le joindre. Il savait où était son nouveau lieu de squat. Il sortit, il allait enfourcher son vélo quand des émotions familières parasitèrent son don. Pluton ? Il se rapprocha et trouva le furet dans un sac. Pluton… La panique de l’animal se transmit à lui. Qu’est-ce que ? Pourquoi l’aurait-on laissé ici ? Il chercha Ulysse du regard, mais il ne vit personne. Il glissa le furet sous sa veste et enfourcha son vélo. Il pédala plus vite que jamais. Il arriva en quelques minutes au squat. Il balança son cycle sur le trottoir, qu’importait si on lui volait. Il courut, ignorant les autres gars du lieu. Quand il arriva vers l’habituel matelas d’Ulysse, il n’y avait que quelques vêtements. Epars. Oubliés. Tout laissait à croire à un départ précipité. Aucune trace de son téléphone. Il retourna vers les autres mecs, tenant quelques vêtements entre ses doigts.

Où est Lys ? Vous l’avez vu ?

Un mec aux pupilles dilatées par la drogue rigola. Les autres suivirent. Et aucun ne réussit à lui donner une quelconque réponse. Il ne fallut pas plus pour que les rats présents tout autour commencent à se montrer agressifs.

OU EST ULYSSE ?” hurla le blond alors que les rats commençaient à griffer et mordre.

Les hommes ne répondirent pas plus, paniqués. Eden sortit. Les larmes ne tardèrent pas à monter à ses yeux. Il récupéra son vélo. Sans savoir où aller. Ni quoi chercher. Il avait peur. Il pédala pour arriver jusqu’à cette cabane dans les bois. Celle qu’ils avaient partagé cette nuit-là. Ulysse n’était pas là. Où était-il ? Il ferma les yeux. Il ne savait plus où chercher. Il avait beau essayer de se connecter avec tous les animaux, pour… chercher Lys.  Il ne savait même pas comment faire. Il s’effondra. Epuisé.

Quand il rouvrit les yeux, il faisait nuit. Il lui fallut de longues secondes pour retrouver ses esprits. Il commençait à pleuvoir, les gouttes d’eau sur son visage le réveillèrent. Ses larmes se mêlèrent à la pluie. Ses cris n’étaient entendus de personne. Ulysse… Où était-il ? Qu’est-ce qu’on lui avait fait ? Est-ce que… Non… L’Unit ne pouvait pas… Il devait… Il devait aller voir quelqu’un qui puisse retrouver.. Son téléphone.. Ou lui… Ou… Savoir ce qui se passait… Elias… Elias saurait… Si Ulysse était parti à cause de lui, il aurait prévenu son frère, non ? Et si… Si l’Unit l’avait repéré alors Elias pourrait l’aider à… à effacer les traces ou… Il remonta sur son vélo. Il l’abandonna à une station de métro. Il se souvenait de l’adresse de son jeune frère. Il frappa avec acharnement à la porte de son appartement. Il tambourinait quand le brun ouvrit la porte.

Elias… Elias… Ulysse… Il a disparu… Je… Aide-moi… Je t’en supplie… Elias…” dit-il d’une voix étranglée, le visage baigné de larmes, ses mains serrées sur la vestes d’Ulysse qu’il avait retrouvé.

_________________

Where are you now ? Another dream. The monster's running wild inside of me. I'm faded, I'm faded. So lost, I'm faded... Under the bright but faded lights. You've set my heart on fire. Where are you now?

   (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elias Acciaro

❝All things come to him who waits. ❞

Inscrit(e) depuis le : 19/09/2015
Messages : 4137
Multicomptes : Nora
Ressemble à : Jackson Rathbone
Crédits : google
Âge : 27 ~ Statut civil : Complètement mordu d'une canadienne effrayée par les caribous
Profession/études : Technicien au Saint George Theater
Quartier : Bronx
Capacité : Technopathe

MessageSujet: Re: [20 juin 2016 ] Hold me, wrap me up, unfold me. I am small and needy. (Elias & Eden) Mer 27 Juil 2016 - 22:01

Même si les vacances à Miami étaient loin derrière lui, depuis Elias était sur un petit nuage. S'éloigner de New York, voir le soleil, décompresser et oublier à la fois le boulot, le QG et ses ennuis personnels lui avaient fait un bien fou. Et puis, surtout, il y avait Ezia. Rien que la mention de son nom, rien que le fait de penser à elle et un sourire radieux s'affichait sur le visage de l'italien. Un sourire qui le quittait quasiment jamais ces derniers temps. D'ailleurs, ça n'avait pas échappé à ses collègues qui se riaient parfois de lui, gentiment mais il s'en moquait. Pour la première fois de sa vie, il était amoureux. Amoureux fou même et loin des craintes qu'il avait ressenties au tout début, il adorait ça;il était vraiment heureux. Surtout quand elle débarquait chez lui, à l'improviste à tout heure du jour ou de la nuit. Et puis, il y avait les escapades qu'ils se faisaient hors de New York, chaque weekend que leurs activités respectives leur laissaient de libre. Ils avaient trouvé un juste équilibre, sans être toujours collés l'un à l'autre et depuis, le jeune homme était plus serein. Même se retrouver face à un verre d'alcool ne lui posait plus de problème. Il n'avait aucune envie de boire, il n'avait plus besoin de ça et plus rien à oublier. Au contraire, il voulait se souvenir de chaque instant. Et si sa relation avec Ulysse n'était pas encore ce qu'il avait espérée, ça s'était apaisé. Au moins arrivaient-ils à discuter plus calmement. Ils avaient mangé quelque fois ensemble et son aîné lui avait même donné son numéro de téléphone, tout fraîchement acquis. Un pas énorme au regard de tout ce qui avait pu se passer avant.

En somme, la vie lui souriait enfin et c'est en sifflotant qu'il était allé se coucher ce soir-là. Le sommeil n'avait pas mis longtemps à le gagner et il dormait à poings fermés quand il entendit frapper à sa porte avec acharnement. Persuadé qu'il s'agissait d'une nouvelle entrée fracassante d'Ezia, il ouvrit la porte avec un grand sourire.

"Amore mio, tu vas réveiller..."

Il s'arrêta net en faisant face à Eden, qui était dans un bien triste état. Les joues baignées de larmes, le teint blafard, et la voix paniquée. Wow, ça ressemblait tellement pas au lumineux McDougall qu'il connaissait qu'il en resta quelques secondes sans voix avant d'inviter le blondinet à entrer. Il le guida sur le canapé et l'invita à s'asseoir, sans un mot. Et seulement là qu'il réalisa ce qu'il venait de dire et qu'il reconnut la veste qu'il tenait dans les mains. Il déglutit avec difficulté avec l'impression qu'une lourde pierre venait de lui tomber dans l'estomac.

"Comment ça, Ulysse a disparu ? Comment ? Depuis quand ?"

C'était vrai que ça faisait plusieurs semaines qu'Elias n'avait pas de nouvelles de son aîné mais ce n'était pas la première fois depuis qu'ils se retrouvaient. Il avait appris à composer avec, comprenant qu'être pot-de-colle n'aurait fait que l'effet inverse de ce qu'il souhaitait. Par contre, de ce qu'il avait compris à demi-mot quand il discutait avec Lys, il ne disparaissait pas comme ça avec Eden. Ils se voyaient régulièrement. Le blondinet semblait même avoir apporté une sorte de stabilité dans la vie de son frère. Sauf que, sans plus de précision de sa part, l'italien avait du mal à comprendre de quoi il retournait. Était-ce une dispute de couple ? Ou quelque chose de plus grave ?

_________________

   
J'ai essayé de noyer mon chagrin dans l’alcool mais depuis le temps... il a appris à nager !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eden McDougall

❝Bestial Empathy.❞


Inscrit(e) depuis le : 28/05/2014
Messages : 4056
Multicomptes : Drumë (le seul, l'unique), Kaleb (le bisounours, le gentil) & Kieran (Le tonton, le calme)
Ressemble à : Toby Regbo
Crédits : Cedrick (avatar), tumblr (gifs), code sign : Crackle Bones
Âge : 24 ~ Statut civil : Princesse débousolée d'un joueur de ukulélé.
Profession/études : Comédien dans une petite troupe de théâtre.
Quartier : Queens
Capacité : Empathie animale (connexion émotionnelle à double sens).

MessageSujet: Re: [20 juin 2016 ] Hold me, wrap me up, unfold me. I am small and needy. (Elias & Eden) Jeu 28 Juil 2016 - 11:37

Elias n’avait pas l’air de s’attendre à le voir vu la surprise sur son visage. Peut-être même de la stupeur. Le blond tremblait, trempé par l’averse, affolé par l’angoisse. Il avait tellement peur. Ulysse ne pouvait pas être parti… Il n’avait pas le droit de l’abandonner… De les abandonner… Il tituba jusqu’au canapé, s’effondrant dessus plus qu’il ne s’y assit. Ses mains s’agrippaient un peu plus à la veste de son amant. Les questions d’Elias, il n’était même pas sûr de réussir à y répondre. Il ne savait pas… Il était un amoureux si pathétique. Ne pas savoir où était son amour. Ne pas savoir ce qui avait pu lui arriver. Rien de cela ne serait arrivé s’il n’avait pas laissé Ulysse dans la rue. Pourquoi ne l’avait-il pas empêché de vivre dans ce squat sinistre ? Pourquoi avait-il accepté de le laisser errer ? Pourquoi…

Je sais pas… Je… Elias…

Il essayait de rassembler ses esprits, mais la seule chose qu’il voyait, c’était le squat vide, son lit en désordre… Il n’arrivait pas à comprendre. Il ne savait pas ce qui se passait.. Il ne comprenait pas. Et… Est-ce que…

Je sais pas… J’essayais… De l’appeler depuis plusieurs jours… Il répondait pas… Je pensais… Qu’il avait plus de batterie… Mais… Il était pas… Au squat… Et… On a déposé… Pluton… Devant chez moi… Alors… J’ai paniqué… Et… Il est nulle part… Il est… Je sais pas où il est… Je… Je comprends pas… Il m’aurait…. Il m’aurait dit… Je…

Il sortit le furet de la poche de sa veste. L’animal était tout aussi tremblant et paniqué que le blond. Eden le caressa tendrement, mais ses doigts eux aussi étaient hésitants, tremblants. Il n’arrivait pas, à le rassurer. Ni se rassurer. Il releva le regard vers Elias, toujours perdu.

Son téléphone… Tu peux… Chercher son téléphone ? 917-227-4012 ? On peut… On peut le retrouver... Pas vrai ? Tu peux...

Ses animaux n’avaient pas pu le retrouver, mais… Elias avait un don plus efficace, un don qui pouvait sauver Ulysse… Ils pouvaient le retrouver… Ils devaient… Ils devaient l’aider. Ils devaient le retrouver… S’il était en danger… Il avait besoin d’eux… Il avait besoin de… De lui ? Au moins un peu.. Il n’avait pas le droit de le laisser seul… Il n’avait pas le droit de l’abandonner… Pas maintenant… Pas maintenant qu’il croyait en eux… Pas depuis qu’il l’aimait à en crever… Il était prêt à crever pour lui… Alors pourquoi… Pourquoi était-il parti ? Est-ce que c’était sa faute ? est-ce qu’il avait fait quelque chose de mal ? Est-ce qu’Ulysse avait trouvé quelqu’un d’autre ? Quelqu’un de mieux que lui ? Quelqu’un qui l’aimait mieux ? Quelqu’un qui savait l’aimer ? Qui savait l’aimer mieux que lui ? Est-ce que quelqu’un était… était capable de l’aimait mieux ? C’était lui qui l’avait fait fuir ?

C’est… C’est ma faute ?...” demanda-t-il perdu.

_________________

Where are you now ? Another dream. The monster's running wild inside of me. I'm faded, I'm faded. So lost, I'm faded... Under the bright but faded lights. You've set my heart on fire. Where are you now?

   (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elias Acciaro

❝All things come to him who waits. ❞

Inscrit(e) depuis le : 19/09/2015
Messages : 4137
Multicomptes : Nora
Ressemble à : Jackson Rathbone
Crédits : google
Âge : 27 ~ Statut civil : Complètement mordu d'une canadienne effrayée par les caribous
Profession/études : Technicien au Saint George Theater
Quartier : Bronx
Capacité : Technopathe

MessageSujet: Re: [20 juin 2016 ] Hold me, wrap me up, unfold me. I am small and needy. (Elias & Eden) Mar 2 Aoû 2016 - 23:32


L'état de panique dans lequel se trouvait le jeune McDougall rendait la situation difficile à appréhender pour Elias. Il était certain d'une seule chose, le jeune homme ne se serait pas mis dans un état pareil pour rien, il s'était donc passé quelque chose de grave. Restait à savoir quoi. Un départ d'Ulysse, le jeune italien ne pouvait s'empêcher d'y penser. Après tout, il avait déjà vécu ça et même si une grande partie de lui espérait qu'ils n'en étaient plus là, que son aîné était suffisamment heureux à New York pour ne pas fuir à nouveau, il ne pouvait rayer cette possibilité aussi facilement qu'il l'aurait souhaité. Il se garda pourtant bien d'en parler à Eden, inutile de rajouter à son stress, et s'installa à côté de lui, lui collant un plaid sur les épaules en le voyant trempé jusqu'aux os.

Ok, donc en récapitulant, son frère avait disparu sans un mot. On ne savait pas depuis combien de temps mais il n'était plus au squat, ne répondait plus au téléphone et s'était séparé de son furet. Étrangement, c'était ce dernier fait qui rassurait un peu Elias parce que du peu qu'il connaissait son frère à présent, il était certain d'une chose : il ne se serait pas séparé de Pluton sans une bonne raison et s'il s'était fait piquer par l'Unit, jamais ils n'auraient retrouvé la bestiole. Où qu'il soit, son aîné devait donc encore être libre de ses mouvements.

"Attends Eden, écoute-moi. Je ne sais pas où est Ulysse mais je suis sûr d'une chose : si tu as trouvé Pluton devant chez toi, c'est qu'il voulait te faire passer un message. Il y tient à son furet, il a donc l'intention de revenir, peu importe ce qui l'a poussé à partir."

Il y avait de l'assurance dans sa voix même s'il ne la ressentait pas intérieurement. Il avait l'impression de vivre son pire cauchemar à nouveau, celui où il se retrouvait de nouveau abandonné. Seulement, avouer ça à Eden n'arrangerait rien. Le blondinet se torturait déjà bien assez sans qu'il en rajoute avec ses propres émotions. Il ne savait pas vraiment pourquoi mais il se sentait dans l'obligation non pas uniquement de l'aider mais aussi de le protéger d'une certaine manière. Peut-être parce qu'il était le petit frère du grand amour de Rick ou tout simplement celui qui rendait Ulysse heureux là où lui en était bien incapable. Peu importe, les faits étaient là et il était bien décidé à se montrer fort pour le rassurer au mieux. Il se releva et fila à la cuisine faire couler du café. S'il devait se mettre sur les traces de Lys, il fallait qu'il ait l'esprit affûté et non pas à moitié endormi comme c'était le cas pour l'heure. Et ça ferait aussi du bien au blond. Il servit donc deux mugs et en posa un devant Eden en souriant.

"Il t'aime. S'il est parti sans un mot, c'est qu'il devait y avoir urgence et qu'il te contactera dès qu'il le pourra. Donc non, ce n'est pas de ta faute."

Si la situation n'avait pas été aussi critique, il aurait certainement ri devant l'ironie du sort. Voilà qu'il était en train de rassurer Eden sur tous les doutes que lui même avait toujours eus. Lui aussi avait été et était toujours persuadé que Lys était parti à cause de lui, parce qu'il n'était pas suffisant, parce qu'il devait être un poids. Il préféra donc ignorer la petite voix mesquine qui s'insinuait en lui et s'installa plutôt devant son ordinateur. Inutile de préciser au plus jeune qu'il avait passé des années à chercher son frère et qu'il n'avait jamais rien trouvé avant que Jersey fasse une enquête sur lui... Si Ulysse ne voulait pas être retrouvé, il avait peu de chance de réussir cette fois-ci. Il se concentra sur le numéro de téléphone et comprit rapidement que celui-ci était éteint depuis un bon moment déjà. Il pouvait au moins localiser la dernière fois qu'il avait été allumé... peut-être que ça les mènerait à une piste ?

"Son téléphone est éteint mais la dernière fois qu'il l'a allumé, c'est pas si loin d'ici que ça. A l'extérieur de la ville. Tu mets un truc sec et on file voir, ok ?."

Il partit alors dans sa chambre dégoter des fringues pour le blond et un blouson. Il pleuvait toujours et ce n'était pas la peine qu'il tombe malade en plus. En attendant, il appela pour avoir un taxi et se tint prêt à les conduire là où il avait capté le signal en espérant qu'ils y trouveraient un mot ou au moins un indice.

HRP:
 

_________________

   
J'ai essayé de noyer mon chagrin dans l’alcool mais depuis le temps... il a appris à nager !


Dernière édition par Elias Acciaro le Ven 5 Aoû 2016 - 23:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eden McDougall

❝Bestial Empathy.❞


Inscrit(e) depuis le : 28/05/2014
Messages : 4056
Multicomptes : Drumë (le seul, l'unique), Kaleb (le bisounours, le gentil) & Kieran (Le tonton, le calme)
Ressemble à : Toby Regbo
Crédits : Cedrick (avatar), tumblr (gifs), code sign : Crackle Bones
Âge : 24 ~ Statut civil : Princesse débousolée d'un joueur de ukulélé.
Profession/études : Comédien dans une petite troupe de théâtre.
Quartier : Queens
Capacité : Empathie animale (connexion émotionnelle à double sens).

MessageSujet: Re: [20 juin 2016 ] Hold me, wrap me up, unfold me. I am small and needy. (Elias & Eden) Ven 5 Aoû 2016 - 16:06

Assis sur ce canapé, Eden ne savait pas… Ne comprenait pas. Il ne comprenait rien. Il avait tellement peur. Il ne voulait pas qu’il soit mort. Il ne devait pas être mort. Il ne pouvait pas. Il ne devait pas. Ulysse ne devait pas mourir. Il n’avait plus le droit. S’ils devaient mourir, c’était ensemble. On n’avait pas le droit de les séparer. Ils n’avaient pas le droit de lui prendre… Lys. Son Lys. Son Ulysse. Pluton était enroulé dans son cou, mais… Mais ils n’arrivaient pas à penser à quoi que ce soit. Ni lui, ni le furet. Ni… Pluton n’était pas rassuré. Quand il l’avait trouvé… Il savait que quelque chose de mauvais été en train de se passer. Le furet… Il sentait ces choses là. Il savait bien que Lys était en danger. Il savait tout ça. Elias pouvait dire ce qu’il voulait, il savait bien qu’Ulysse avait un problème. Il le savait tous les deux. Ils étaient certains qu’Ulysse avait besoin d’eux. D’aide. Pourquoi il était pas venu ? Pourquoi ils étaient pas partis tous les trois ? Il aurait pu… Il n’aurait pas été un poids pour lui… Il aurait pu… Il aurait pu gagner un peu d’argent en jouant aussi… Il était pas si fragile qu’Ulysse le pensait… Il était fragile que sans lui…

Pluton… Pluton ressent pas ça, Elias… Il a peur… Et…

Il eut un hoquet mêlé de sanglot. Il ne savait pas comment lui expliquer. Il ne pouvait pas comprendre ce que Pluton et lui vivaient. Il ne pouvait pas. Alors, qu’eux, ils savaient. Ils savaient que c’était grave. Il savait que Lys venait de les abandonner tous les deux. Ils le craignaient. Ou… Ils l’imaginaient ? Est-ce toutes leurs peurs s’étaient emmêlées au fil des minutes d’angoisse ?

Il serra ses mains tremblantes contre la tasse que le brun ramenait. Mais il n’arrivait pas à croire Elias. Il l’aimait ? Comment pouvait-il en être si sûr ? Ulysse ne lui avait jamais dit. Et… Il baissa la tête, reniflant un peu, essuyant ses joues, essayant d’étouffer ses sanglots. Elias se trompait.... Il n’était pas si indispensable à Lys. C’était lui qui en avait besoin… Pas l’inverse. Ulyssse était indépendant, lui. Il savait vivre seul. Et… Il n’avait besoin de personne.

Elias… Il a pas besoin de moi… Et… Il peut vivre sans moi… Et m’oublier…

Moi, je peux pas… Il espérait juste qu’Elias réussisse à le trouver. Il avait juste besoin de comprendre ce qui se passait. Il devait savoir. Savoir ce que son amant faisait. Savoir si c’était fini entre eux. Savoir s’il allait continuer sa route sans lui. Il soupira en entendant que son téléphone était éteint. Cela ne l’étonnait pas tant que cela. Mais… Il bondit du canapé en entendant qu’il l’avait trouvé. Il était prêt à partir sur le champ. Il se fichait d’être trempé. Seulement Elias n’avait pas l’air de cet avis. Il balança ses vêtements mouillés, sans même se soucier de se changer devant l’autre Accario. Rien n’avait plus d’importance que retrouver Lys. Il laissa ses vêtements aux pieds du canapé, et sortit presque en courant de l’appartement. Il n’était toujours pas à l’aise en voiture, mais… Il n’hésita pas à monter dans le taxi. Il ressemblait à une bête paniqué, son regard allant d’une fenêtre à une autre, s’attardant parfois sur Elias. Il reconnaissait cette route. Et… Ce n’était pas possible. Il descendit de la voiture en premier. Il était déjà venu ici. Il en venait. Ce n’était pas possible. Son regard alla vers Elias.

Ulysse !” cria-t-il désespéré.

Il répéta ce cri. Encore. Et encore. Jusqu’à ce que sa voix se brise dans un sanglot.

Il est pas là… Il est parti… Elias… Il est parti…” sanglota-t-il sans contrôle alors que tous les animaux des environs approchaient en couinant, aboyant, miaulant leur détresse. Ou plutôt celle d’Eden.

_________________

Where are you now ? Another dream. The monster's running wild inside of me. I'm faded, I'm faded. So lost, I'm faded... Under the bright but faded lights. You've set my heart on fire. Where are you now?

   (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elias Acciaro

❝All things come to him who waits. ❞

Inscrit(e) depuis le : 19/09/2015
Messages : 4137
Multicomptes : Nora
Ressemble à : Jackson Rathbone
Crédits : google
Âge : 27 ~ Statut civil : Complètement mordu d'une canadienne effrayée par les caribous
Profession/études : Technicien au Saint George Theater
Quartier : Bronx
Capacité : Technopathe

MessageSujet: Re: [20 juin 2016 ] Hold me, wrap me up, unfold me. I am small and needy. (Elias & Eden) Sam 6 Aoû 2016 - 1:26

Elias se sentait vraiment impuissant devant la détresse d'Eden mais quelque chose lui disait que ce n'était pas seulement la sienne. Le blondinet lui avait expliqué la teneur de son don quand il s'était revu, ce jour-là au Saint George et, de toute évidence, Pluton l'influençait. Ou ils s'influençaient mutuellement, c'était possible. D'une certaine manière, ils se montaient la tête ensemble et ça ne faisait rien pour arranger au stress de la situation. Évidemment, il ne pouvait pas comprendre ce lien qui les unissait mais ce dont il semblait de plus en plus certain, c'était que le don du jeune McDougall l'empêchait de raisonner. Et peut-être se trompait-il sur la complexité des émotions d'un furet mais il avait du mal à concevoir que la bestiole ait pu saisir ce qu'il se passait dans la vie de son maître. Forcément qu'il avait peur, il s'était retrouvé du jour au lendemain abandonné. Il ne devait simplement pas comprendre, ça ne voulait pas dire qu'Ulysse était en réel danger. En tout cas, Elias avait besoin de s'en convaincre pour garder lui-même son calme et ne pas céder à la panique ambiante.

"Il a peur parce qu'il s'est retrouvé tout seul. Ça veut pas dire qu'Ulysse ne compte pas revenir. Je suis vraiment certain qu'il savait ce qu'il faisait en le laissant devant chez toi. C'était sa façon de te laisser un mot."

En tout cas, ça sonnait bien quand il le disait. Et pour finir de tenter de convaincre le blondinet, il ajouta :

"Quand il a quitté New York à l'adolescence, il n'avait rien laissé derrière lui. Et là, c'est bien qu'il ne comptait pas nous revoir, mon père et moi, crois-moi."

De ça aussi, il en était persuadé. Et c'était aussi ça qui lui laissait espérer que, cette fois-ci, c'était différent. Sinon, pourquoi aurait-il laissé derrière lui cet animal qu'il affectionnait tant et qui ne l'embêtait pas, bien au contraire. Ca lui aurait fait une compagnie mais non, il avait préféré le laisser à Eden, son amant qui était connecté aux animaux. Ça paraissait on-ne-peut-plus-clair, aussi dur que cela doit de l'admettre pour lui. Une fois encore, son frère ne s'était pas préoccupé de lui laisser de mot à lui. Avait-il seulement eu une pensée pour lui avant de filer comme il l'avait déjà fait quinze ans plus tôt ? Sûrement que non et Eli devait à nouveau gérer ceux qui restaient en arrière.

"S'il n'avait pas besoin de toi, il te l'aurait dit. Tu le connais, il est pas du genre à s'embarrasser de ce qu'il ne veut pas. S'il est avec toi, ce n'est pas pour rien. Et je ne l'ai jamais vu s'inquiéter pour quelqu'un comme il le fait avec toi."

De ça aussi, Elias était convaincu. Ce n'était pas pour rien qu'il ressentait cette pointe de jalousie quand il repensait à la soirée de gala. Il avait fini par accepter de ne plus être celui qui était important dans la vie de son frère, il se demandait même si ça avait un jour été le cas ou si c'était simplement sa vision de petit garçon qui le lui avait fait croire à l'époque. Le bonheur trouvé avec Ezia l'y avait grandement aidé à accepter. Grâce à elle, il était plus serein, plus en paix avec lui-même. Ça ne rendait pas vraiment plus simple le fait de devoir rassurer Eden mais il essayait de faire son maximum. Ce qui ne semblait pas être suffisant vu la réaction du jeune homme quand ils arrivèrent à la cabane et qu'Ulysse n'y était pas.

Et là, ça devenait plus qu'urgent de calmer le blondinet ou ils allaient bientôt avoir tous les animaux du coin sur le dos. Pour faire discret, c'était pas gagné. Sauf qu'Eli était désemparé, il savait vraiment pas quoi faire. A court d'idées, il finit par prendre le jeune McDougall dans ses bras, tentant de le consoler au mieux malgré le vide qu'il ressentait lui-aussi à l'idée que Lys était de nouveau parti.

"A nous deux, on va le retrouver Eden. Même si je dois y passer toutes mes journées et mes nuits, je te promets que je ferais tout pour. Mais pour le moment, il faut que tu te calmes. Si on attire l'attention avec une émeute d'animaux, on pourra plus rien faire. Et déjà, on va fouiller partout pour retrouver ce téléphone et voir s'il a pas laissé un autre message, d'accord ?"

Restait à espérer que ça fonctionne sinon Elias ne savait pas ce qu'il pourrait bien faire de plus.

_________________

   
J'ai essayé de noyer mon chagrin dans l’alcool mais depuis le temps... il a appris à nager !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eden McDougall

❝Bestial Empathy.❞


Inscrit(e) depuis le : 28/05/2014
Messages : 4056
Multicomptes : Drumë (le seul, l'unique), Kaleb (le bisounours, le gentil) & Kieran (Le tonton, le calme)
Ressemble à : Toby Regbo
Crédits : Cedrick (avatar), tumblr (gifs), code sign : Crackle Bones
Âge : 24 ~ Statut civil : Princesse débousolée d'un joueur de ukulélé.
Profession/études : Comédien dans une petite troupe de théâtre.
Quartier : Queens
Capacité : Empathie animale (connexion émotionnelle à double sens).

MessageSujet: Re: [20 juin 2016 ] Hold me, wrap me up, unfold me. I am small and needy. (Elias & Eden) Sam 13 Aoû 2016 - 20:34

Sa façon de laisser un mot ? Eden voyait plutôt ça comme un adieu. Une façon de lui dire : “occupe toi bien de lui, je peux plus.” et c’était loin d’être un message optimiste. Lys avait réussi à s’occuper de son furet même en étant à la rue. Il ne s’en séparait jamais. Alors… Eden ne voyait pas du tout cela comme un message rassurant. Il trouvait cela plus alarmant qu’aucun signe. Peut-être qu’il se trompait. Mais il n’avait aucun moyen de le savoir. Aucun moyen de déterminer où commençait la paranoïa, et où se finissait la vérité. Il était juste perdu dans sa peine. Aveuglé par la peur. Terriblement aveuglé.

Il écoutait tout ce que le brun disait. Sur l’attachement d’Ulysse, sur sa franchise, sur leur relation. Il écoutait mais il n’arrivait pas à l’entendre. Ces mots restaient à l’extérieur de lui. Il n’arrivait pas à les faire siens. Il avait beau avoir confiance en Lys, confiance en eux, il suffisait d’une fêlure dans cette minuscule couche de confiance pour que toutes ses insécurités l’assaillaient. Et si Elias se trompait ? Si Ulysse n’avait pas besoin de lui ? Si toute leur histoire n’avait été qu’une passade ? Une parenthèse dans sa vie de voyageur, et plutôt que d’affronter les pleurs et les cris, il était parti sans rien dire ? Ou si ça avait eu encore moins de sens que ça pour Lys ? Si tout ça n’avait été qu’un jeu pour lui… Si… La tête lui tournait de se poser tant de questions. Et elles s’entremêlaient à la plus importante : est-ce que Lys allait bien ? C’était ce qui comptait le plus. Pour ne pas dire la seule chose qui comptait. Alors oui, si Ulysse l’abandonnait, il serait dévasté, ravagé, probablement plus jamais le même, mais il préférait être abandonné plutôt que de le savoir mort. De loin.

Et s’apercevoir que la piste qu’avait trouvé Elias était infructueuse, c’était admettre qu’il était peut-être mort. Du moins, c’était une probabilité de le trouver qui s’envolait. Le désespoir se refermait sur lui. C’était comme si un aigle fondait sur lui, enfonçant ses serres dans son âme, le broyant. Les pleurs, les cris n’étaient rien face à ce torrent de glace et de feu en lui. Ces émotions si délétères. Il se laissa presque tomber dans les bras d’Eli. Ses mains se crispant sur son dos, comme un noyé s’accrocherait au première objet flottant. Seulement, Eden perdait pied. Il peinait à respirer. Tout grondait en lui. Il y avait tellement d’âmes qui se joignaient à sa peine. Il se perdait dans toutes ces têtes, dans toutes ces émotions, dans tout. Il entendait à peine Elias.

Se calmer. Comment il était censé faire ? Ulysse… Ulysse avait toujours été son point d’accroche. Quand il perdait le contrôle, il pensait à lui. A eux. C’était une erreur d’avoir compté sur lui jusque dans le contrôle de son don. Là… Il ne pouvait pas penser à lui pour se calmer. Il devait… Trouver autre chose. Il essaya de fermer son esprit. Et… Son frère. L’image de son frère s’imposa comme une évidence. Le point d’ancrage. Le seul qui n’avait jamais failli à sa tâche. En se concentrant, l’odeur du café arriva, la grande main de son frère ébourrifant ses cheveux, sa voix posée qui lui disait que tout allait s’arranger, son sourire discret et son regard attentif. Oui. Tout allait s’arranger. Il devait juste rester fort. Il devait arrêter d’être l’animal blessé. Il devait juste contrôler les émotions dans sa tête. Reprendre pied. Et il fallut de longues minutes pour que les animaux cessent de s’amasser autour d’eux. Puis, ils restèrent comme étourdis avant de détaler aussi vite qu’ils n’étaient venus.

Pardon… Je suis désolé…” murmura le blond toujours agrippé à Elias. “Tu as raison… On doit… faire ça…

Il eut presque du mal à desserrer ses doigts, tant ses nerfs étaient à vif et sa poigne avait été rude sur le tissu. Il se décolla. Il tenait à peine sur ses jambes. Alors, plutôt que de risquer de s’effondrer, et se blesser en se cognant la tête par terre, il alla s’asseoir contre un arbre.

J’ai besoin… D’un peu de temps… Je suis désolé… Je… Je sers vraiment à rien…”souffla-t-il à Elias.

Il appuya sa tête contre l’arbre. Tout était encore humide de l’orage qui avait grondé. Au moins l’humidité de l’écorce le maintenait éveillé. Mais sa vision était un peu trouble. Il aurait tellement voulu qu’Ulysse apparaisse, et qu’il leur rit au nez d’avoir cru qu’il était parti. Son esprit lui faisait la fourberie de projeter cette rêverie entre ces deux arbres, juste là… Son coeur se serra. Il aurait tout donné pour entendre son rire, là. Il était tellement épuisé qu’il n’arrivait même plus à pleurer. Mais après quelques minutes, il se releva. Il devait aider Elias… Même s’il devait finir par chercher à quatre pattes ce foutu téléphone.

_________________

Where are you now ? Another dream. The monster's running wild inside of me. I'm faded, I'm faded. So lost, I'm faded... Under the bright but faded lights. You've set my heart on fire. Where are you now?

   (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elias Acciaro

❝All things come to him who waits. ❞

Inscrit(e) depuis le : 19/09/2015
Messages : 4137
Multicomptes : Nora
Ressemble à : Jackson Rathbone
Crédits : google
Âge : 27 ~ Statut civil : Complètement mordu d'une canadienne effrayée par les caribous
Profession/études : Technicien au Saint George Theater
Quartier : Bronx
Capacité : Technopathe

MessageSujet: Re: [20 juin 2016 ] Hold me, wrap me up, unfold me. I am small and needy. (Elias & Eden) Mer 24 Aoû 2016 - 17:24

La situation devenait vraiment critique avec tous les animaux qui ne cessaient d'affluer vers les deux jeunes hommes. Une nouvelle fois, Elias se sentait impuissant et ne savait pas comment consoler Eden. Le pire, c'est que ça ne le surprenait pas le moins du monde. Après tout, il n'avait pas su aider son père alors qu'il le connaissait nettement mieux que le blondinet alors comment aurait-il pu en être autrement. Les sentiments qui s'agitaient en lui, il ne les connaissait que trop bien aussi : le vide de l'abandon, encore, l'inquiétude, l'incompréhension et la sensation d'être inutile. Tout ça, il l'avait déjà affronté, c'est ce qui l'avait poussé dans l'alcoolisme et même s'il se sentait un peu plus fort aujourd'hui, ça ne l'aidait pas à mieux gérer. Il se contenta donc d'attendre, en silence, les bras toujours serrés autour du jeune McDougall que celui-ci se calme. Les minutes s'égrenèrent, longues et lentes et enfin, il vit les animaux se stopper avant de s'évanouir dans la forêt. Ce n'est qu'à ce moment-là qu'il relâcha son étreinte et s'écarta en se forçant à sourire, espérant ainsi dédramatiser un peu les choses. Il aurait toujours le temps plus tard de lâcher la bride à ses propres pensées. Pour l'heure, il devait se concentrer sur Eden et rien d'autre, même s'il n'avait pas tiré le bon numéro pour être consolé. Il voyait bien que le blond espérait autre chose, c'était malheureusement pas possible dans l'immédiat et Eli avait de gros doutes sur le fait de pouvoir trouver des informations sur l'endroit où se trouvait son frère.

"T'en fais pas, Eden, je comprends parfaitement. Prends le temps qu'il te faut. Mais on ne doit pas perdre espoir, d'accord ? On va le retrouver." dit-il en s'agenouillant devant le jeune homme, appuyé sur le tronc d'un arbre.

Le jeune homme était tellement abattu qu'Elias commençait à ressentir une véritable colère envers son frère. Comment pouvait-il se montrer si égoïste pour laisser tout derrière lui ? Peu importe les raisons, rien ne justifiait à ses yeux une telle fuite ou en tout cas, pas une fuite sans explications. N'avait-il donc pas conscience du mal qu'il faisait en agissant ainsi ? L'italien préférait croire que non sinon la seule autre alternative était que Lys s'en foutait royalement et il avait du mal à admettre s'être autant fourvoyé sur son aîné. Pourtant, sa petite voix intérieure, insidieuse, ne faisait que lui rappeler qu'il ne pouvait pas ignorer ce que cela faisait vu les retrouvailles houleuses qu'ils avaient eue. Dire qu'ils commençaient tout juste à établir un nouveau lien et son aîné envoyait encore tout promener sans se soucier d'autre chose que de lui-même. Ce serait quoi cette fois l'excuse ? S'il en donnait une d'ailleurs... s'il revenait un jour. Mais ça, Eli ne pouvait pas imaginer le contraire. Malgré tout, Lys restait son frère, son seul lien du sang encore vivant vu qu'il ignorait tout de ce qu'était devenue sa mère.

"Ne dis pas de bêtises, voyons ! D'ailleurs, si tu t'en sens capable, tu pourrais peut-être demander à tes petits amis de nous aider dans notre recherche ? Sinon, t'en fais pas, on utilisera la bonne vieille méthode pour mettre la main sur ce téléphone !"

Le technopathe aida ensuite le jeune McDougall à se relever, s'assurant au passage qu'il allait un peu mieux et se mit aussitôt en quête de la moindre information qu'il pourrait glaner sur les lieux. Et à voir la cabane en piteux état qui se trouvait sous ses yeux, c'était pas gagné, loin de là. Il garda pourtant un entrain de façade, conscient que s'il s'effondrait maintenant, ça mettrait certainement à mal les quelques mots de réconfort qu'il avait tenté une minute plus tôt. Il eut vite fait de faire le tour du propriétaire sans rien voir. Pourtant, ce satané téléphone était forcément là et la frustration grandissait en pensant qu'il ne saurait quoi faire d'autres s'ils faisaient chou blanc. Au moins, avec l'appareil dans les mains, il pourrait peut-être avoir quelques informations. Après tout, son frère n'était pas un as de la technologie, il n'avait peut-être pas pensé à tout effacer avant de l'abandonner derrière lui. Mouai, c'était un mince espoir mais ça valait toujours mieux que rien !

"Tu trouves quelque chose ? Tu connaissais cette cabane ?"

Une fois n'était pas coutume, Eli trouvait le silence oppressant et avait donc trouver ce moyen là pour le rompre. Et puis, avec un peu de chance, Eden était déjà venu là avec son frère et penserait à une planque où il aurait glisser l'appareil. C'était toujours mieux que de devoir retourner chaque feuille, chaque planche de bois dans le vain d'espoir de trouver un indice.

_________________

   
J'ai essayé de noyer mon chagrin dans l’alcool mais depuis le temps... il a appris à nager !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eden McDougall

❝Bestial Empathy.❞


Inscrit(e) depuis le : 28/05/2014
Messages : 4056
Multicomptes : Drumë (le seul, l'unique), Kaleb (le bisounours, le gentil) & Kieran (Le tonton, le calme)
Ressemble à : Toby Regbo
Crédits : Cedrick (avatar), tumblr (gifs), code sign : Crackle Bones
Âge : 24 ~ Statut civil : Princesse débousolée d'un joueur de ukulélé.
Profession/études : Comédien dans une petite troupe de théâtre.
Quartier : Queens
Capacité : Empathie animale (connexion émotionnelle à double sens).

MessageSujet: Re: [20 juin 2016 ] Hold me, wrap me up, unfold me. I am small and needy. (Elias & Eden) Mer 24 Aoû 2016 - 21:57

Ne pas perdre espoir. C’était difficile dans cette situation. Il avait du mal à ne pas laisser la peur et l’angoisse prendre le dessous sur tout. Tout ce qu’il pouvait y avoir d’autre dans sa tête. Et il n’y avait pas grand chose pour contre-balancer tout ça. Toute cette incompréhension. Toute cette terrible angoisse. Il resta immobile encore quelques instant après qu’Elias l’ait aidé à se lever. Il acquiesçait sans vraiment croire aux mots d’Elias. Le retrouver. Ils allaient peut-être y arriver. Mais qu’est-ce qui leur disait qu’ils allaient le trouver vivant ? Eden n’arrivait pas à s’empêcher de penser au pire. Il n’avait jamais été optimiste qu’en façade pour les autres. Mais là, c’était impossible de faire semblant. Il n’y croyait pas. Il espérait mais…

Je vais essayer… J’ai jamais… fait ça…” murmura-t-il à Elias concernant les recherches.

Il n’arriverait pas à demander l’aide des animaux du coin. Mais avec le furet, il avait une connexion particulière. Et le petit animal était aussi attaché que lui au grand vagabon. Si un animal pouvait les aider, c’était le furet blotti dans son cou. Il l’attrapa entre ses mains, caressant sa tête, se concentrant sur leurs sentiments, sur Ulysse. Il se souvint avoir pris son écharpe dans son sac, il fouilla pour sortir le vêtement, le faisant sentir au petit carnivore.

Allez… Pluton… Tu peux retrouver quelque chose… Je le sais que tu peux…. Pour Lys…” chuchota-t-il à l’animal.

Puis il le posa par terre. Le suivant à la trace. Il releva la tête à la question de l’autre italien. S’il était déjà venu… Oui. Les images lui revenaient. Le souvenir de cette soirée trop froide qu’ils avaient passé ensemble ici au lieu de risquer de croiser ses colocataires. Les rires. La douceur de son corps contre le sien. Il s’était senti si bien ici. Et maintenant, il se sentait si perdu. Si triste. Si seul. La présence d’Elias ne faisait que lui rappelait qu’ils n’auraient pas dû être là. Pas eux deux. C’était leur cabanne en quelque sorte. Leur repaire. Leur petit coin de paradis. Qui était en train de se transformer en Enfer pour le blond.

Oui… Je suis venu quelques fois… On.. Venait ensemble ici… C’était… Notre endroit… Personne pouvait nous empêcher de nous voir ici… Ou de nous aimer… Je crois… Et… Non… Je trouve rien…

Il finit par se faufiler dans la cabane à la suite du furet. Encourageant à voix basse l’animal. A genou dans la cabane, les souvenirs revenaient. C’était si oppressant de ne pas savoir où était Ulysse. Dire qu’il avait été juste là… Le blond s’assit là où il avait été. Il posa ses mains sur le bois. Ils n’avaient pas gravé leurs initiales au milieu de celles qui y étaient déjà. C’était un peu trop cliché et pourtant, il aurait aimé caresser le bois en se disant qu’ils seraient toujours là. C’était idiot. Les larmes étaient revenues, silencieuses. Et puis Pluton le sortit de sa torpeur en grattant une planche de bois. Il se jeta sur la dite planche, s’écorchant les doigts en tirant dessus, elle lui cassa entre les doigts. Mais… Il y avait un papier, son téléphone. Il se jeta sur le papier. “Je pense à toi.” Le téléphone. Il l’attrapa, et sortit de la cabane, tombant dans la précipitation, s’écorchant dans les gravier au pied de l’échelle. Il se releva, et courut vers Eli, lui tendant le téléphone la gorge serrée sans réussir à parler. L’angoisse nouant sa gorge, son estomac.

_________________

Where are you now ? Another dream. The monster's running wild inside of me. I'm faded, I'm faded. So lost, I'm faded... Under the bright but faded lights. You've set my heart on fire. Where are you now?

   (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elias Acciaro

❝All things come to him who waits. ❞

Inscrit(e) depuis le : 19/09/2015
Messages : 4137
Multicomptes : Nora
Ressemble à : Jackson Rathbone
Crédits : google
Âge : 27 ~ Statut civil : Complètement mordu d'une canadienne effrayée par les caribous
Profession/études : Technicien au Saint George Theater
Quartier : Bronx
Capacité : Technopathe

MessageSujet: Re: [20 juin 2016 ] Hold me, wrap me up, unfold me. I am small and needy. (Elias & Eden) Lun 29 Aoû 2016 - 0:01

Elias sentait bien que ses mots ne faisaient pas mouche mais peut-être était-ce parce qu'il n'arrivait pas à y mettre assez de conviction. Pour lui aussi, ça sonnait creux alors comment ça pouvait être autrement pour Eden ? Le blondinet était toujours prostré dans son désespoir et l'italien dans son impuissance à l'aider. Il se demandait même si sa présence n'empirait pas les choses, ne serait-ce pour sa ressemblance physique d'avec son frère. Il voyait à quel point le jeune McDougall tenait à Ulysse et il ne pouvait s'empêcher d'être peiné pour lui, craignant que son aîné soit de nouveau parti pour longtemps. Après tout, il l'avait déjà fait une première fois et la fuite semblait être son sport favori. Malgré tout, une part de lui, celle de l'enfant naïf qu'il avait été, voulait espérer, faire encore un peu confiance. Et tant pis s'il se pourvoyait à nouveau. En tout cas, en cet instant, ça l'aidait à garder le sourire devant le jeune homme et à fouiller autour de lui pour trouver le satané téléphone, sans succès. Heureusement, Eden se servait d'un allié de taille à voir la frénésie que mit Pluton pour aider à dénicher un indice.

Le technopathe ressortit alors de la cabane, se sentant clairement de trop, comme l'intrus qu'il était. Ce n'était pas sa place et les mots d'Eden ne firent que confirmer son sentiment. C'était leur recoin à eux, leur jardin secret. Il préféra donc continuer ses recherches à l'extérieur, regardant à tout hasard s'il n'y avait pas un trou dans les troncs d'arbres environnant mais non, il n'y avait rien. Il avait l'impression de perdre son temps comme toutes les fois où il avait tenté de retrouver son frère pendant ses longues années d'absence. Il ne savait que trop bien à quel point il serait impossible de savoir où était Ulysse s'il ne le souhaitait pas. Le téléphone était leur seul espoir... avec un peu de chance, il aurait contacté quelqu'un pour arranger son départ. Ce serait une maigre piste mais toujours mieux que rien, ça leur permettrait peut-être de savoir pourquoi à défaut de savoir où.

Et c'est finalement Eden qui mit la main sur le précieux appareil. Il l'entendit arriver rapidement vers lui, l'appareil à la main. Il s'était écorché dans sa précipitation mais quelque chose disait à Elias qu'il ne pourrait pas s'inquiéter de son état avant d'avoir inspecté le téléphone. Il le prit donc et l'examina quelques secondes avant de se concentrer. Sans surprise, il était à court de batterie mais ça n'avait jamais été un problème pour le technopathe. C'était un modèle assez vieux, sans internet ce qui limitait les informations qu'il pouvait trouver. Comme il l'avait prévu, son frère n'avait pas effacé la mémoire et il trouva sms envoyés. A Eden, à Kaleb, à lui aussi mais il ne s'attarda pas dessus. Ce n'était pas là qu'il trouverait des indices. Il vérifia aussi la liste des appels mais rien d'intéressant, jusqu'à ce qu'il trouve un appel à un numéro non enregistré, à peine quelques jours avant la disparition d'Ulysse. Ce n'était peut-être rien mais ça valait le coup de vérifier.

"(212) 265-9700, ça te dit quelque chose comme numéro ?"

Elias n'attendit pas la réponse du jeune homme, il s'empara aussitôt de son propre téléphone et lança une rapide recherche sur le numéro. Il appartenait à une dénommée Sara Gordon, vivant au 21 Natick Street à Staten Island. Il n'avait pas le temps d'enquêter sur elle, pas alors qu'il sentait le regard du blondinet, impatient sur lui, aussi coupa-t-il sa connexion immédiatement. Ses yeux vitreux quand il parlait aux machines, ça devait être frustrant pour Eden, certainement impatient d'en apprendre plus.

"C'est le numéro d'une Sara Gordon qui habite à Staten Island. Tu connais ? Parce que Lys l'a appelé peu de temps avant son départ de New York."

En tout cas, à lui, ça ne lui parlait pas ce nom donc ce n'était pas une de leurs amies d'enfance. Enfin, pas qu'il se souvienne en tout cas. Le mieux était sûrement d'aller la voir pour savoir ce qu'elle savait mais avant, Eli voulait s'assurer qu'Eden n'avait rien après sa chute. Il n'aurait plus manqué que ça, qu'il se blesse !

"Tu t'es pas loupé en tombant. J'suis pas un pro des soins mais on pourrait s'arrêter dans une pharmacie sur le chemin, qu'en dis-tu ? Et après, on ira parler à cette Sara pour voir si elle sait quelque chose, d'acc' ?"

_________________

   
J'ai essayé de noyer mon chagrin dans l’alcool mais depuis le temps... il a appris à nager !
Revenir en haut Aller en bas
[20 juin 2016 ] Hold me, wrap me up, unfold me. I am small and needy. (Elias & Eden)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORE THAN HUMANS :: Outside of New York :: Flashback-
Sauter vers: