AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez|

Boy, we'll find how to make it with the rain [Eden & Ulysse]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Ulysse Acciaro

❝They said I won't find you
But now I'm beside you. ❞


Inscrit(e) depuis le : 17/04/2015
Messages : 7815
Multicomptes : Castiel, Junya & Ydris
Ressemble à : François Arnaud
Crédits : Asp
Âge : 33 ~ Statut civil : Marié à un ukulélé
Profession/études : Chanteur de rue à mi-temps, stalker le reste du temps
Capacité : GPS (Geolocalisation)

MessageSujet: Boy, we'll find how to make it with the rain [Eden & Ulysse] Mar 23 Aoû 2016 - 19:14

Plus de trois mois qu'il avait pris le large. Rarement la route lui avait paru aussi longue et ennuyante. Cette fuite n'avait pas le goût d'aventure qu'avaient eu ses anciennes escapades. Juste un amer arrière-goût de regret, de crainte, de peur d'être découvert, de solitude. D'ailleurs, ce n'était pas un voyage, c'était juste une putain de fuite. C'était aussi la première fois qu'Ulysse prenait la peine de se trimbaler avec de faux papiers. Il était à présent officiellement Gregor Tykwer. Il avait laissé pousser ses cheveux et surtout sa barbe. Et pourtant il n'avait jamais été aussi peu tranquille.

Mais il était temps de rentrer à présent. Plusieurs indics lui avaient affirmé que l'Unit n'était pas à sa recherche. En tout cas, son nom n’apparaissait nulle part, pas plus que son visage. Même si ses craintes n'étaient pas enterrées, il savait qu'objectivement il ne risquait plus grand chose et ses proches non plus. Et ils lui manquaient. Il ne comptait plus le nombre de messages non envoyés qui avaient fini déchirés en pièces dans une poubelle. Plus d'une fois, Ulysse avait voulu appeler Eden pour lui expliquer, pour s'assurer qu'il allait bien, pour savoir s'il avait trouvé le message planqué dans la cabane avec son téléphone. Il n'avait jamais passé le pas. Pas plus qu'il n'avait osé contacter son frère. Il n'y avait qu'à Kaleb qu'il avait envoyé un sobre sms d'un portable emprunté sur la route. Il savait que le tatoué comprendrait. Enfin il l'espérait. Ils lui avaient manqué. Vraiment. Il ne comptait plus le nombre de fois où il s'était pris à souhaiter que le blondinet soit à ses côtés. Ce road-trip, ils auraient dû le faire à deux... Malheureusement, ces connards de hunters en avaient voulu autrement.

Même les rues de New York lui avaient manqué. Pourtant, en se rapprochant des lieux qui lui avaient été familiers quelques mois plus tôt, les angoisses le reprirent. Qu'allaient-ils penser de lui ? Elias ? Eden ? Nathaniel ? Est-ce qu'ils avaient compris pour sa fuite ? Est-ce qu'ils s'étaient simplement dit que c'était dans sa nature et qu'il n'était bon qu'à ça ? Est-ce qu'il les avait déçus, encore ? Probablement... Et lui, qu'est-ce qu'il allait faire à présent ? Il avait tant rêvé de revenir et à présent... il se sentait carrément perdu.

La première nuit, il la passa dans un squatt. Le deuxième jour, il tenta de prendre son courage à deux mains pour aller voir quelqu'un. C'était Eden qu'il souhaitait voir en premier mais... il n'avait pas osé. Il avait laissé une journée de plus filer, noyant ses angoisses dans l'alcool pour espérer les oublier. En vain. Est-ce qu'Eden l'avait cherché ? Est-ce qu'il l'avait oublié ? Rayé de sa vie ? Est-ce qu'il accepterait d'entendre ce qu'il avait à lui dire ? Tant de questions qui se bousculaient dans sa tête... Il fallut deux jours de plus pour qu'il se décide à y aller après avoir essayé de se faire aussi présentable que possible. Son coeur se resserra lorsqu'il aperçut la silhouette du blondinet à l'intérieur de la maison. Il attendit qu'il sorte pour le suivre sur quelques pas avant de l'interpeller. Dans ses mains, un petit palmier. Il avait hésité avec des fleurs mais ça faisait un peu trop cliché. Et puis ça mourrait trop vite, il avait toujours détesté les fleurs. Même s'il n'était pas certain que le palmier serait plus approprié en guise d'excuses...

"Eden..."

Il hâta le pas pour se retrouver à son niveau et le regarder, se forçant à sourire malgré tout le malaise qu'il ressentait en cet instant...

"Salut ! Est-ce que tu... je te dérange ? On peut... se voir une minute ? Ou... je peux repasser si tu préfères, c'est pas...."

Il soupira. Woah. Il n'aurait pas pensé que ça serait si compliqué d'aligner deux mots, là tout de suite. Mais il y avait tellement de choses qu'il voulait dire en même temps et... rarement il s'était senti aussi intimidé. Il ne savait pas ce qu'Eden avait pensé de sa fuite mais... pas difficile d'imaginer que le blondinet lui en avait voulu. Quand au reste...

"Tiens c'est... pour toi. Un ... palmier de... euh... retrouvailles ? Je me suis dit que tu préférerais ça à un bouquet alors... Je l'ai pas déterré dans un parterre de fleurs, t'en fais pas !"


Hésitant et tremblant, il lui tendit l'arbuste, s'attendant à moitié à le recevoir dans la tronche.

_________________
Un petit pas de travers, et toute une vie est à l'envers
Mais qu'est-ce qui a bien pu clocher?
Pourquoi est-ce-que j'ai tant changé?
Pourquoi maintenant et pourquoi moi?
Je croyais le chemin tracé,
Je disais les dés sont jetés;
Je sais maintenant que je ne sais pas...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eden McDougall

❝Bestial Empathy.❞


Inscrit(e) depuis le : 28/05/2014
Messages : 4056
Multicomptes : Drumë (le seul, l'unique), Kaleb (le bisounours, le gentil) & Kieran (Le tonton, le calme)
Ressemble à : Toby Regbo
Crédits : Cedrick (avatar), tumblr (gifs), code sign : Crackle Bones
Âge : 24 ~ Statut civil : Princesse débousolée d'un joueur de ukulélé.
Profession/études : Comédien dans une petite troupe de théâtre.
Quartier : Queens
Capacité : Empathie animale (connexion émotionnelle à double sens).

MessageSujet: Re: Boy, we'll find how to make it with the rain [Eden & Ulysse] Mar 23 Aoû 2016 - 21:53

Septembre. Les jours avaient repris leur cours. Le temps avait repris une allure normale. Peut-être parce que sa vie s’était améliorée. Du moins, tout n’allait plus aussi mal. Il s’était repris en main. Sans doute que la présence de Cecil dans sa vie l’avait aidé. Il avait réussi à… mettre de côté l’absence d’Ulysse. Il n’oubliait pas. Comment aurait-il pu oublier ? Mais y penser tout le temps, ça ne pouvait pas l’aider. Ça ne changeait rien. C’était horrible de constater ça. Seulement, il devait bien réussir à relever la tête ? Il avait besoin d’avancer. Sinon, il aurait sombré. Il ne voulait pas s’enfoncer dans la déprime et la solitude. Chose qu’il avait fait de nombreux jours. Deux mois ou presque à pleurer par intermittence. A se perdre dans des bras d’autres personnes. A fumer des conneries pour oublier. Seulement, en revenant sur terre, c’était pire. Alors… Est-ce qu’il s’en voulait de se perdre dans les câlins de Cecil ? Oui. Beaucoup. Mais c’était moins difficile d’accepter la culpabilité que plutôt que le manque et la solitude. L’abandon était trop difficile à vivre. Il n’avait toujours pas vraiment compris. Il avait cessé de chercher des raisons. Il avait aussi cessé de chercher Lys. Courir après une chimère l’épuisait. Alors… Lâcher prise avait été dur. Seulement il avait bien fallu se rendre à l’évidence que Lys ne réapparaîtrait pas. Pas avant longtemps. Sans doute.

Il s’était préparé à sortir. Il devait retrouver quelques connaissances pour parler d’un projet artistique. Il n’était pas sûr d’y participer vu ses propres projets, mais voir du monde, cela lui faisait du bien. Il avait tenté de se débarasser de Pluton, mais le furet ne voulait vraiment pas quitter ses épaules, s’accrochant à sa peau. Bon. Plutôt que de se faire lacérer le dos, il laissa le furet dans son cou en râlant pour la forme. Son sac jeté sur l’épaule, il sortit de la maison. Castiel bossait, Ian aussi. Il se sentait un peu comme la dilletante de la colocation avec ses contrats aléatoires et ses revenus en dents de scie. Mais il y avait quand même un peu de régularité dans sa vie chaotique. Il partit d’un bon pas. Mais Pluton n’arrêtait pas de bouger dans son dos. Il allait fâcher le furet quand il entendit une voix. Non, pas une voix. SA voix. Il se tourna, et resta figé.

C’était Ulysse ? C’était vraiment lui ? Il avait imaginé son retour tant de fois qu’il avait l’impression de rêver. D’imaginer cette silhouette. Il avait l’impression de juste délirer. Est-ce qu’il devenait fou ? Ou Lys était vraiment revenu ? Mais pourquoi maintenant ? Pourquoi si tard ? Il resta figé, muet, incrédule. Sa bouche entrouverte tremblait légèrement. Pluton sauta de son épaule pour retrouver le grand brun. Il écouta sans vraiment entendre ce que le brun disait. Il sentait tellement d’émotions confuses en lui. Il peinait à garder son don inactif. Il ne voulait pas déclencher la même apocalypse animale que lorsqu’Ulysse avait disparu. Est-ce qu’il le dérangeait ? Il posait réellement cette question après trois mois sans signe de vie… Sans… Sans rien de plus qu’un foutu mot inutile et incompréhensible ? La colère l’emportait presque sur le soulagement et la joie. Il était vraiment trop con ! Et… Ce palmier, c’était ridicule !

Eden fit un pas, récupérant le palmier. Ses mains tremblaient plus encore que celle du brun. Les larmes lui montaient aux yeux. Il posa le pot par terre, avec trop de précaution, trop de calme. Alors qu’il était au bord de l’implosion émotionnelle. Il se releva, son regard croisant celui du brun. Il n’avait pas dit un mot. Il n’arrivait pas à dire quoi que ce soit. Il y avait cette boule d’émotion dans son estomac qui remontait jusqu’à sa gorge. Et… Le poing partit plus vite que ce qu’il aurait cru. Ses entraînements portaient leurs fruit, parce qu’il colla une sacrée droite à son amant. Assez pour le faire reculer d’un pas du moins. Pour Eden, c’était un exploit. Ou la preuve que sa colère était plus violente que tout ce qu’il avait éprouvé jusqu’alors. Et il se recula. Il ne voulait plus encaisser de “retour”. Il avait été trop doux. Il avait trop pardonné. Il avait… Il le regarda et se jeta contre lui, le serrant dans ses bras. Incapable de parler. Il éclata en sanglots. Tout se bousculait dans sa tête. Il avait tellement espéré que le brun soit encore en vie. Prier… Lui, implorer un dieu auquel il n’avait jamais vraiment cru. Et…

T’es… qu’un… gros… con…” cracha-t-il en sanglotant. “J’veux pas… de ton… foutu palmier !

Il se décolla de lui. Il avait… Il avait tout sauf envie que Lys croyait qu’il lui suffirait de revenir pour que tout soit pardonné. C’était tout sauf ça. Il… Il ne voulait pas lui pardonner. Il voulait pas laisser ses sentiments lui faire faire encore d’autres conneries. Il essuya ses larmes, les mains tremblantes. Il recula d’un pas. C’était mieux de pas être trop près de lui. Sinon… Il allait perdre toute lucidité… Déjà que sa raison faisait des siennes présentement. La rage, la colère, la rancoeur, toutes ces émotions se bousculaient dans son regard trempé.

Pourquoi… ? Pourquoi Ulysse ?” cria-t-il presque à la limite de l’hystérie.

_________________

Where are you now ? Another dream. The monster's running wild inside of me. I'm faded, I'm faded. So lost, I'm faded... Under the bright but faded lights. You've set my heart on fire. Where are you now?

   (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ulysse Acciaro

❝They said I won't find you
But now I'm beside you. ❞


Inscrit(e) depuis le : 17/04/2015
Messages : 7815
Multicomptes : Castiel, Junya & Ydris
Ressemble à : François Arnaud
Crédits : Asp
Âge : 33 ~ Statut civil : Marié à un ukulélé
Profession/études : Chanteur de rue à mi-temps, stalker le reste du temps
Capacité : GPS (Geolocalisation)

MessageSujet: Re: Boy, we'll find how to make it with the rain [Eden & Ulysse] Mar 23 Aoû 2016 - 23:47

Le saut de Pluton sur son épaule le fit sursauter. Ulysse ne savait pas ce qu'il était advenu de son furet. Il connaissait suffisamment Eden et lui faisait confiance pour savoir que le petit animal serait en sécurité mais il ne s'imaginait pas qu'il l'aurait avec lui en permanence. Il sourit et frotta son menton contre celui du furet. Avec ses mains prises par le palmier, il ne pouvait pas le grattouiller. Il était content de le retrouver. Il lui avait manqué lui aussi, ce petit compagnon.

Et son regard se reporta vers Eden. Sa réaction, il l'appréhendait vraiment. Depuis des jours. Des mois, en réalité. Il aurait aimé trouver une autre façon de faire les choses. Mais même en croisant son regard, il restait persuadé d'avoir pris la bonne décision. Le blondinet était sain et sauf, quelle que soit la colère qui pouvait gronder en lui. C'était à ses yeux le plus important. Clairement gêné et hésitant, Ulysse tendit le petit palmier à Eden, espérant qu'il lui plairait. Evidemment, il ne comptait pas sur la plante pour tout arranger. C'était juste un geste pour... il ne savait pas trop. C'est ce qui se faisait, non, offrir des trucs ? Pour dire qu'on était désolé. Qu'on regrettait. Que... Il serra les deux en regardant le blondinet poser son cadeau au sol. Au moins, il ne le lui avait pas envoyé à la figure. C'était déjà ça... Pas encore en tout cas. Il restait sur ses gardes. Ce qui ne l'empêcha pas de se prendre un poing en pleine face. Au moins, il s'était préparé. Il n'avait pas laissé partir son poing mais s'était contenté de rattraper le furet qui avait manqué de glisser sous le choc. Et de coller sa main sur son visage. Eden ne l'avait pas raté. Il soupira en le regardant. Le blondinet n'avait toujours pas dit mot. Ce silence devenait long. Vraiment long. Et lui... il ne savait pas quoi dire d'autre. Dire qu'il était désolé ? Evidemment... mais il se doutait bien qu'Eden n'accepterait pas ça pour toute explication. Et il n'avait pas envie que ses mots finissent dans le caniveau avec son palmier... Et... Il eût un léger mouvement de recul lorsqu'Eden se serra contre lui puis ouvrit ses bras pour le serrer en retour, sentant sa gorge se nouer encore plus en entendant ses sanglots. Il ne voulait pas qu'il pleure... Il ne voulait pas... Il n'avait jamais voulu lui faire de mal. Mais... les choses se passaient rarement comme il l'aurait aimé. Il avait eu des années pour le constater.

"Ok... c'est pas grave pour le palmier...c'était juste..."


Termina-t-il d'une voix douce et presque éteinte. Il souffla. Inutile de finir cette phrase-là. Il caressa un instant les cheveux d'Eden avant de le laisser s'écarter de lui. Il ne pouvait pas le retenir contre sa volonté. Même s'il aurait aimé le serrer un peu plus longtemps contre lui.

"Je suis désolé. Je le pense vraiment. Même si... je m'en doute que tu n'as que faire de mes excuses mais je ne voulais pas partir. C'est..."

Il hésita un peu en faisant un pas vers Eden.

"Je peux ?"


Demanda-t-il en le prenant dans ses bras. Il le serra fort, sa main pressant sa tête contre son épaule. S'il avait pu effacer les larmes d'Eden en le tenant contre lui, il l'aurait fait. Mais déjà quelques mois plus tôt, il s'était trouvé presque impuissant face à ses chagrin. Seule sa présence avait permis de l'aider. A présent... il ne savait plus vraiment.

"Tu m'as manqué... t'as pas idée."

Chuchota-t-il, le gardant encore un moment contre lui avait de lui rendre sa liberté. C'était sincère. Il lui avait tellement manqué. Il n'aurait pas cru s'être attaché à ce point... La distance indésirée lui avait permis de se rendre compte de bien des choses.

"Est-ce que... comment... tu vas bien ? Je te dois des explications, je sais.. mais.. est-ce qu'on peut aller dans le parc ? Ou ailleurs... quelque part de calme et discret..."

La boule dans son ventre ne rapetissait pas, au contraire. Il se sentait nerveux comme rarement il l'avait été. Ne pas savoir ce qu'il y avait dans le regard d'Eden, se retrouver confronté à ça après tout ce qu'il avait traversé, c'était éprouvant. Pour l'instant, il espérait simplement que le blondinet serait prêt à l'écouter.

_________________
Un petit pas de travers, et toute une vie est à l'envers
Mais qu'est-ce qui a bien pu clocher?
Pourquoi est-ce-que j'ai tant changé?
Pourquoi maintenant et pourquoi moi?
Je croyais le chemin tracé,
Je disais les dés sont jetés;
Je sais maintenant que je ne sais pas...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eden McDougall

❝Bestial Empathy.❞


Inscrit(e) depuis le : 28/05/2014
Messages : 4056
Multicomptes : Drumë (le seul, l'unique), Kaleb (le bisounours, le gentil) & Kieran (Le tonton, le calme)
Ressemble à : Toby Regbo
Crédits : Cedrick (avatar), tumblr (gifs), code sign : Crackle Bones
Âge : 24 ~ Statut civil : Princesse débousolée d'un joueur de ukulélé.
Profession/études : Comédien dans une petite troupe de théâtre.
Quartier : Queens
Capacité : Empathie animale (connexion émotionnelle à double sens).

MessageSujet: Re: Boy, we'll find how to make it with the rain [Eden & Ulysse] Mer 24 Aoû 2016 - 1:12

Pourquoi il n’arrivait pas à se réjouir juste de voir Ulysse en vie ? Il en savait rien. Il s’était répété que ça lui suffirait tellement de fois. Il avait espéré si fort, pendant un temps qui lui avait paru si long, que le voir revenir au moment où il avait commencé à tourner la page sonnait comme une injustice. Pourquoi maintenant ? Pourquoi si tard ? Pourquoi comme ça ? Il s’était senti trahi dès le début. Mais là… L’amertume se mêlait à cette colère. Il n’avait pas envie d’entendre des excuses. Il ne savait même pas s’il voulait entendre quoi que ce soit en fait. Il était juste terriblement blessé. Il ne comprenait rien. Et ce ton d’excuse que prenait Ulysse l’exaspérait… Il ne savait même pas pourquoi. Mais il n’arriva pas à le repousser. Il n’arriva pas à lui dire qu’il ne voulait pas de son étreinte. Parce qu’une part de lui ne désirait que ça. Depuis des mois. Il resta immobile, crispé, ses mains posées contre son torse, prête à le repousser. Seulement, il n’y arrivait pas.

En fait, il ne trouva la force de se dégager qu’en l’entendant souffler ces mots qu’il n’aurait jamais dû lui dire en cet instant. Eden le poussa, agacé, en colère. Il lui avait manqué ? C’était une blague. Il croyait qu’il pouvait dire ça après… Après ce qu’il leur avait fait ? Après l’avoir abandonné ? Après ce silence oppressant ? Après s’être rendu si indispensable à sa stabilité, il croyait pouvoir partir et revenir comme ça lui chantait ? C’était une foutue blague.

Non. J’en ai pas idée. Effectivement.” rétorqua-t-il froidement.

Il serra les poings. Il aurait eu envie de le frapper jusqu’à ce qu’il ne puisse plus dire ce genre de conneries. Comment pouvait-il ne serait-ce qu’oser lui dire ça ? Alors que tout ça, c’était sa faute. C’était lui qui était parti. C’était lui qui n’avait laissé qu’un mot ridicule. Et un furet qui maintenant n’en avait plus rien à faire de celui qui l’avait sauvé de ce lâche abandon. Bande de cons. Tel maître, tel animal. Ah ça… Eden fulminait.

Si je vais bien ? Oh oui, très bien…” répondit-il d’une voix sarcastique.

Il reprit le palmier, et alla le déposer derrière la clôture de la maison de la colocation. Juste pour qu’Ulysse puisse le récupérer. Il ne comptait pas accepter ce ridicule et inutile cadeau. Parce qu’il ne risquait pas de lui pardonner de si tôt. Il remonta à la hauteur du brun et le dépassa sans un mot. Prenant la direction du parc. Puisque monsieur avait honte de lui en pleine rue. Il avança vite, les poings serré, la mâchoire crispée. Peut-être qu’Ulysse s’attendait à ce qu’il lui saute au cou. Il s’était mis le doigt dans l’oeil jusqu’au coude s’il pensait ça. Il ne leur fallut que quelques minutes pour arriver au parc à la limite entre le Queens et Brooklyn. Celui-là même où Eden avait envoyé sur les roses ce pauvre Cecil par fidélité pour… Ce crétin là, juste à côté de lui. Crétin qu’il ne pouvait s’empêcher d’aimer malgré tout. C’était ça le pire. De sentir que sous cette colère, cette rancoeur, il y avait encore quelque chose. Quelque chose qui ne voudrait jamais mourir quoi qu’il fasse. Il s’arrêta quand ils furent dans un coin isolé du parc. Il n’aimait pas vraiment être là. Il y avait plein de petits animaux ici.

Vas-y. Je t’écoute.” dit-il d’une voix presque autoritaire. “Explique-moi pourquoi t’es parti comme un connard. Pourquoi t’as donné aucune putain de nouvelle en trois mois. Pourquoi tu m’as laissé croire que tu pouvais être mort. Pourquoi tu m’as laissé qu’un foutu papier qui disait que tu pensais à moi. C’est des conneries. T’as pas pensé à moi. T’as pensé à toi en partant. Tu m’as laissé mourir d’angoisse. Tu sais ce que ça fait de pas savoir si la personne que tu aimes est encore en vie ? Toi t’as ton foutu don. Moi j’avais rien. J’ai… Rah.” Il essuya ses larmes. “Donne-moi tes putains d’explications…

Sa voix était montée dans les aigus. Il se sentait si stupide. Si émotif. A nouveau si fragile. Il devait lutter pour contrôler son don. Alors qu’il n’avait envie que d’une chose, laisser toutes ces émotions sortir. Lui hurler dessus. Hurler tout court. Parce qu’il ne se rendait pas compte du mal qu’il lui avait fait. De là où il était tombé en son absence. De toutes les conneries qu’il avait fait. Des risques qu’il avait pris en perdant si souvent le contrôle à cause des crises d’angoisse… Alors il n’avait pas le droit de lui dire qu’il lui avait manqué. Pas après tout ça.

_________________

Where are you now ? Another dream. The monster's running wild inside of me. I'm faded, I'm faded. So lost, I'm faded... Under the bright but faded lights. You've set my heart on fire. Where are you now?

   (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ulysse Acciaro

❝They said I won't find you
But now I'm beside you. ❞


Inscrit(e) depuis le : 17/04/2015
Messages : 7815
Multicomptes : Castiel, Junya & Ydris
Ressemble à : François Arnaud
Crédits : Asp
Âge : 33 ~ Statut civil : Marié à un ukulélé
Profession/études : Chanteur de rue à mi-temps, stalker le reste du temps
Capacité : GPS (Geolocalisation)

MessageSujet: Re: Boy, we'll find how to make it with the rain [Eden & Ulysse] Mer 24 Aoû 2016 - 18:33

La voix froide et distante d'Eden lui donnait l'impression de se heurter à un mur. Comme à son habitude, Ulysse n'avait rien prévu. Il y avait bien quelques phrases qu'il avait tournées encore et encore dans sa tête mais il les avait tant imaginées qu'elles avaient perdu tout leur sens. Il lui faudrait donc improviser pour essayer d'expliquer au mieux au blondinet tout ce qu'il s'était passé. Autant dire que ça n'allait pas être une mince affaire. Surtout qu'Eden ne semblait pas franchement disposé à l'écouter et ... il pouvait comprendre sa colère. Il ne s'attendait pas tellement à autre chose. D'ailleurs, il ne savait même pas à quoi il s'attendait tout court. Il était juste content que ce dernier accepte de lui parler et de l'écouter.

Gardant ses distances, Ulysse suivit Eden jusqu'au parc dans lequel ils s'étaient déjà rendus plusieurs fois. Ils marchèrent un peu, en silence avant qu'Eden ne s'arrête et commence à lui cracher sa haine au visage. Il ravala sa salive, baissant le regard au sol comme un gamin fautif. C'était un peu la sensation qu'il avait, là, tout de suite. D'avoir fait une connerie et de se faire réprimander. Pourtant, Eden se fourrait le doigt dans l'oil. Il n'avait pas pensé qu'à lui-même, au contraire. Ses journées avaient été rythmées par l'inquiétude de vouloir savoir ses proches en vie, en sécurité... Il se mordilla la lèvre. Donc Eden avait trouvé son mot. Il avait espéré que le blondinet en déduirait les raisons de sa fuite, peut-être. En déduirait au moins qu'il était vivant. Peut-être qu'il avait été trop... optimiste. Il avait voulu rester le plus vague possible afin qu'un potentiel agent de l'Unit sur ses traces n'y voie aucun indice. Pour la même raison, il n'avait rien laissé qui puisse éveiller des soupçons sur ce qu'il pensait. Il laissait Eden tirer ses propres conclusions. Et...visiblement, elles n'avaient pas été les bonnes.

Ulysse resta silencieux un moment, se mordillant la lèvre, cherchant ses mots. Il sentit Pluton sauter sur l'épaule du blondinet alors qu'il passait sa main dans ses cheveux, sans trouver de formulation magique.

"Quand j'étais gamin... enfin... jeune et que je suis parti de la maison, j'ai rencontré un mec. Il vivait dans la rue depuis un moment déjà. C'est devenu un compagnon de démerde, pour quelques temps. Et puis ce mec est tombé amoureux de quelqu'un. Un très chouette type. On est devenus amis, lui et moi. On s'est entraidés aussi, beaucoup."


Il marqua une pause, le temps de soupirer et de chercher ses mots. C'était difficile à résumer, tout ça. Il éludait beaucoup de choses pour simplifier et réduire l'histoire de trois vies à quelques mots. Mais il ne voulait pas faire l'impasse sur ce qui l'avait poussé à partir. Il ne pouvait pas faire comme si rien ne s'était passé alors que cette histoire l'avait travaillé jour et nuit...

"Et puis le premier type a été chopé. Il était comme nous. Ils lui ont fait un lavage de cerveau ou quelque chose comme ça... Ils l'ont reprogrammé. Pour qu'il devienne une machine à chasser ses semblables. Il l'a très bien fait. Un peu trop bien. Comme jamais encore il n'avait été investi."

Son regard, jusqu'alors posé sur Eden, dériva vers le sol alors qu'il se mettait à jouer avec une des bretelles de son sac à dos.

"Je ne connais pas l'histoire dans les détails mais je sais qu'il s'est mis à chasser le deuxième, mon ami. Il y a quelques mois... il a ... failli l'avoir. C'est passé proche. Mais c'est lui qui y est resté ce jour là."

Il serra les dents, tentant de se montrer aussi impassible que possible malgré toutes les émotions contradictoires qu'éveillaient ces souvenirs et ces faits-là.

"Mon ami n'est pas pas passé loin mais il est hors de danger aujourd'hui. J'espère en tout cas. Ça s'est passé il y a un peu plus de trois mois. A l'époque, je n'avais pas tous les éléments. J'ai essayé de comprendre. C'est en rôdant par là bas que j'ai été repéré. Ce type.. je ne l'avais pas vu depuis des années mais il savait pour moi. Comme je savais pour lui. Qu'il m'ait balancé ou non, quoi qu'il en soit les signaux se sont fait plus fréquents autour de moi. Ils resserraient leur toile. J'ai essayé de les semer mais ça n'a rien donné. Alors... quand j'ai remarqué qu'ils me suivaient vraiment, j'ai dû me décider."

Il releva le visage vers Eden, crispé, sans vraiment oser le regarder dans les yeux.

"Ces types-là savent faire des liens. Je ne voulais pas qu'ils puissent en faire avec mes proches. Il était hors de question que toi, mon frère, vous soyez ciblés à cause de cette histoire. C'est la raison pour laquelle je n'ai rien dit. Pour qu'ils n'aient rien. Je les ai guettés eux aussi. Ils ont fini par aller ailleurs. Cesser de rôder autour des lieux que j'avais occupés. C'est ce que j'ai attendu pour revenir. "

Conclut-il en le regardant plus franchement.

_________________
Un petit pas de travers, et toute une vie est à l'envers
Mais qu'est-ce qui a bien pu clocher?
Pourquoi est-ce-que j'ai tant changé?
Pourquoi maintenant et pourquoi moi?
Je croyais le chemin tracé,
Je disais les dés sont jetés;
Je sais maintenant que je ne sais pas...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eden McDougall

❝Bestial Empathy.❞


Inscrit(e) depuis le : 28/05/2014
Messages : 4056
Multicomptes : Drumë (le seul, l'unique), Kaleb (le bisounours, le gentil) & Kieran (Le tonton, le calme)
Ressemble à : Toby Regbo
Crédits : Cedrick (avatar), tumblr (gifs), code sign : Crackle Bones
Âge : 24 ~ Statut civil : Princesse débousolée d'un joueur de ukulélé.
Profession/études : Comédien dans une petite troupe de théâtre.
Quartier : Queens
Capacité : Empathie animale (connexion émotionnelle à double sens).

MessageSujet: Re: Boy, we'll find how to make it with the rain [Eden & Ulysse] Mer 24 Aoû 2016 - 19:53

Le silence qui suivit ses reproches permit au blond de respirer. De calmer un peu cette respiration qui s’accélérait trop. De réguler cette angoisse mêlée de colère. Lys était pourtant là, alors pourquoi avait-il encore cette anxiété au fond de lui ? Pourquoi avait-il l’impression que rien ne pourrait plus s’arranger vraiment peut-être ? Parce qu’il avait peur de ce que Lys aurait à lui dire. Il n’en savait rien, mais il n’arrivait pas à se calmer vraiment. Il écouta. Ses sourcils se froncèrent. Il ne comprit pas directement pourquoi Ulysse lui parlait de tout ça. Il s’en fichait. Il voulait juste savoir pourquoi il était parti, pas un historique larmoyant de sa vie de galérien. Mais petit à petit, il fit le lien. Et son ventre se tordit d’angoisse. Alors… C’était l’Unit ? ça avait toujours été ça ? Il avait voulu les protéger ? Eden se sentait si mal d’un coup. D’avoir douté d’Ulysse. D’eux deux. De tout… La culpabilité prit le relais de l’angoisse. Bon sang… Pourquoi… Eden fit un pas vers Lys. Puis un second. Il se sentait si… Stupide. Si égoïste d’avoir… d’avoir douté. De s’être jeté dans les bras d’autres que lui. C’était lui le plus coupable. Comment pourrait-il encore se regarder dans une glace après ça ? Et en même temps… Si Lys avait été… Plus clair. S’il lui avait écrit. S’il avait au moins essayé de le contacter d’une façon ou d’une autre. Peut-être… Peut-être que les choses auraient été différentes. Sans doute oui.

Pluton était revenu sur son épaule. Son don… Il n’arrivait pas bien à le réguler. Il ferma les yeux pour… faire le vide. Penser à Nate. Retrouver un point d’ancrage. Il ne pensait plus à Lys pour se contrôler. Il avait compris que ce n’était pas quelque chose de fiable que leurs sentiments pour reprendre le contrôle. Il rouvrit les yeux, en régulant sa respiration. Tant d’efforts… Son front était humide, il transpirait sous l'effort.

Je suis désolé…” murmura-t-il finalement, s’approchant encore.

Il prit la main d’Ulysse dans la sienne, la serrant doucement. Puis plus fort. Il ne voulait plus qu’il parte. Mais… Il n’était pas sûr de savoir rester à ses côtés maintenant pour autant. C’était le bordel dans sa tête. Vraiment. Beaucoup. Trop.

J’ai… J’ai pensé à ça… Mais… Elias… Il a cherché si tu étais dans leurs données… Ils avaient rien, Lys… Ils avaient rien sur toi… Alors… J’ai cru… Que c’était ma faute. Ou… Quelque chose d’autre… Je… Comprenais pas… Et… J’avais beau cherché, je ne trouvais aucune piste… Aucun indice… Rien…” souffla-t-il perdu. “Pourquoi… tu m’as pas écrit ? Ou… Essayé de me faire comprendre mieux ? J’avais… Perdu espoir… Je pensais jamais te revoir… Je croyais… Que tu pouvais te passer de moi… De nous… D’Elias… De Pluton… Que tu tournais la page… Que… J’en sais rien…

Il eut un soupir. Il se sentait si triste. Il ferma les yeux. Les larmes étaient revenues. Silencieuses. Roulant sur ses joues. Il releva le regard vers Ulysse. C’était lui qui avait tout gâché alors ? En ne comprenant rien ? La colère laissait place à une amertume si persistante. A une haine de lui-même tout aussi persistante.

J’ai… Enfin… J’avais…

Il n’arriva pas à parler. Avouer tout ce qu’il avait fait. Toutes ses erreurs…

Je suis désolé… J’ai… J’ai vu… D’autres hommes… J’avais… Tellement besoin… De...

Il eut un sanglot. Il se sentait si… sale. Répugnant. Faible. Il retira sa main de celle d’Ulysse, baissant la tête, coupable. Si coupable. Il cacha son visage dans ses mains. Il aurait dû croire… Plus en eux. Comment pouvait-on être si peu fiable ?

Pardon… Je… J’aurai pas dû… J’aurai… Je… J’étais tellement seul… J’arrivai pas… A avancer… Sans toi… Je savais plus comment… faire… avec la peur… Et l’angoisse… Et… Je perdai le contrôle… J’avais… Plus rien… Je…

Il n’arriva pas à relever la tête, trop honteux. Il se détestait. Il se haïssait.

Je mérite pas que… que tu reviennes… Je suis désolé…

Les sanglots s’accentuaient. Les animaux approchaient d’eux en couinant, ou en piaillant.

_________________

Where are you now ? Another dream. The monster's running wild inside of me. I'm faded, I'm faded. So lost, I'm faded... Under the bright but faded lights. You've set my heart on fire. Where are you now?

   (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ulysse Acciaro

❝They said I won't find you
But now I'm beside you. ❞


Inscrit(e) depuis le : 17/04/2015
Messages : 7815
Multicomptes : Castiel, Junya & Ydris
Ressemble à : François Arnaud
Crédits : Asp
Âge : 33 ~ Statut civil : Marié à un ukulélé
Profession/études : Chanteur de rue à mi-temps, stalker le reste du temps
Capacité : GPS (Geolocalisation)

MessageSujet: Re: Boy, we'll find how to make it with the rain [Eden & Ulysse] Jeu 25 Aoû 2016 - 16:22

Ses mains tremblaient. Il s'en rendait compte en serrant les lanières de son sac à dos. Il le fit glisser pour fouiller et en sortir un vieux paquet de clopes d'où il en sortit une avant d'en proposer une à Eden. Il regarda le blondinet s'avancer vers lui, le laissa faire avec appréhension, se préparant à moitié à recevoir une autre claque peut-être méritée. Il ne savait pas trop. Quel écho son récit aurait aux oreilles d'Eden. Il ne manqua pas de noter que ce dernier semblait se sentir mal. Lutter. Avec son don, peut-être. Ulysse avait été en bonne place pour savoir que lorsque ses émotions étaient mises à mal, il avait de la peine à maîtriser son don. Ca arrivait à tous. Surtout aux débuts. Il hocha la tête. Lui aussi était désolé. Vraiment. Mais... il ne voulait pas vraiment enfoncer le couteau dans la plaie. Il le laissa lui prendre la main et baissa son regard sur les doigts qui enserraient les siens. Et fronça les sourcils.

"Je sais... je ne suis pas dans leur base, j'ai rencontré des ... hackers, en route, qui me l'ont confirmé mais... tout ne passe pas par leur base, je devais être sûr..."


Et lorsqu'il était parti, il ne l'était pas, vraiment pas. Plus exactement, il n'avait qu'une seule certitude, celle qu'il lui fallait décamper pour protéger tout le monde.

"J'aurais aimé moi aussi... mais... j'avais peur que tout puisse tomber entre de mauvaises mains. C'est pour ça que je suis resté évasif. Je pensais que... enfin... je suis désolé. Et... je t'avais écrit des messages mais... je ne voulais pas qu'on puisse remonter jusqu'à toi ou s'en prendre à toi alors... ils sont pas partis. Mais je n'ai jamais eu l'intention de tourner la page comme ça. Ni de me passer de toi. Je te l'aurais dit si..."


Si quoi ? Il ne savait pas trop. Qu'est-ce qu'Eden avait pu s'imaginer ? Bordel, ça allait bien pourtant entre eux quand il était parti. Pourquoi est-ce qu'il aurait voulu tout envoyer paître d'un coup ? Il était doué pour foutre son bonheur et sa vie en l'air mais quand même...

"Enfin c'est pas ce que je voulais. Vraiment pas. Je vois pas pourquoi j'aurais fait ça... Si j'avais eu le choix... j'aurais aimé que tu soies là, pour voyager mais... c'était trop risqué pour toi."


Il resserra ses doigts sur la main du blondinet et écrasa au sol sa clope trop vite consumée. Sa main s'avança, avec hésitation et se posa sur la joue d'Eden pour essuyer ses larmes. Il ne voulait pas le voir pleurer. Merde, qu'est-ce qu'il fallait de plus ? Il ne voulait pas que... oh. Il arrêta son geste en entendant le blondinet et se raidit un peu. D'autres hommes ? Sa main glissa sur la joue d'Eden et l'autre retomba dans le vide. Il ne s'attendait pas à ça. Peut-être un peu naïvement... Il s'était efforcé de ne fréquenter personne pendant ces quelques mois parce que... il ne savait pas trop, parce que ça lui paraissait bien. Malgré la distance. Mais Eden... n'avait forcément pas les mêmes éléments en main. Il ne pouvait pas vraiment lui reprocher.... Mais...

"On s'en fout du mérite."


Grogna-t-il un peu. Il regarda du coin de l'oeil quelques écureuils descendre des arbres pour s'amasser autour d'eux. Il ne savait pas trop quoi faire. Est-ce qu'Eden voulait qu'il le prenne dans ses bras et le réconforte ? Essaye en tout cas ? Est-ce qu'il voulait qu'il parte ? Est-ce que... Et ces autres hommes, qu'est-ce que...

"Je suis désolé moi aussi... Je voulais te protéger et pas... je n'ai jamais voulu... Je pensais que... "

Il soupira. Il ne savait pas ce qu'Eden cachait derrière cette histoire de mérite. Ni s'il y avait autre chose. Et très honnêtement, il ne savait pas quoi faire de tout ça. Ni ce qu'Eden en attendait ?

"Je ne veux pas... te faire du mal. J'ai jamais voulu mais... je crois que je suis doué pour foirer ce que je veux et ce qui me tient à cœur. Et beaucoup moins pour ... arranger. Tu veux que... je te laisse ? Ou... je peux rester, je repars plus, je suis là maintenant et ... j'aimerais bien rester mais... c'est comme tu veux, je t'ai... déjà imposé suffisamment de trucs, je crois."


Il le regarda à nouveau. Il ne voulait pas lui imposer quoi que ça soit à nouveau. Ni lui faire plus de mal qu'il ne l'avait déjà fait. Mais honnêtement, il était surtout paumé. Il ne s'attendait pas à ça et il ne savait vraiment pas quoi faire avec ce qu'Eden lui disait.

_________________
Un petit pas de travers, et toute une vie est à l'envers
Mais qu'est-ce qui a bien pu clocher?
Pourquoi est-ce-que j'ai tant changé?
Pourquoi maintenant et pourquoi moi?
Je croyais le chemin tracé,
Je disais les dés sont jetés;
Je sais maintenant que je ne sais pas...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eden McDougall

❝Bestial Empathy.❞


Inscrit(e) depuis le : 28/05/2014
Messages : 4056
Multicomptes : Drumë (le seul, l'unique), Kaleb (le bisounours, le gentil) & Kieran (Le tonton, le calme)
Ressemble à : Toby Regbo
Crédits : Cedrick (avatar), tumblr (gifs), code sign : Crackle Bones
Âge : 24 ~ Statut civil : Princesse débousolée d'un joueur de ukulélé.
Profession/études : Comédien dans une petite troupe de théâtre.
Quartier : Queens
Capacité : Empathie animale (connexion émotionnelle à double sens).

MessageSujet: Re: Boy, we'll find how to make it with the rain [Eden & Ulysse] Mer 31 Aoû 2016 - 22:41

Eden savait bien qu’il allait décevoir son amant en lui disant la vérité mais… Comment aurait-il pu lui cacher ? Il n’aurait pas pu. Parce qu’il y avait Cecil… Les autres, il aurait pu arrêter de les voir, faire profil bas et esquiver. Mais pas Cecil. Il ne savait même pas quoi penser de la situation. Il se sentait juste stupide de s’être cru si optionnel dans la vie du brun. Il s’était fait du mal en pensant ça, et maintenant, ça en faisait à Ulysse. Et… C’était si difficile à démêler. Tout ça. Toute cette situation. Tous ces problèmes qu’ils avaient créés. Ensemble. Parce qu’il se sentait coupable, mais… Il ne se sentait pas le seul responsable non plus. Il ne voulait pas complètement se flageller… Il était juste perdu. Revoir Lys. Devoir lui dire tout ça, c’était un peu… trop. Surtout sans s’y être préparé.

Les écureuils se massaient autour d’eux, déjà une petite dizaine qui couinaient en choeur, épuisant un peu plus le blond. Il voulait juste pouvoir faire le vide dans sa tête pour penser. Pour s’entendre penser une seconde. Pour essayer de faire le tri dans les émotions qui se bousculaient. Pour… Il ne savait plus. Mais En entendant Lys, il paniqua. Le laisser ? Non ! C’était hors de question. Il saisit la main de Lys par réflexe, pour l’en empêcher. Il n’eut pas le temps de contrôler sa panique que les écureuils bondissaient sur Lys, s’accrochant à son pantalon. Leur furie surprit le blond. Il lâcha la main de Lys pour essayer d’attraper les animaux. Pourquoi ne faisait-il que des catastrophes ? Il n’arrivait même plus à voir très clair entre les larmes, la fatigue, tout ça. Il réussit à avoir un rongeur. Avant de s’écrouler par terre, en sueur. Ce qui neutralisa son don. Un mal pour un bien sans doute. Il avait le souffle faible, le regard à peine ouvert, mais il ne voulait pas perdre connaissance.

Non… Me laisse plus…” murmura-t-il au brun sans réussir à se relever.

Il resta là, dans l’herbe, allongé. Il avait juste envie que le brun s’allonge à côté de lui, et le serre contre lui. Qu’ils oublient ces trois derniers mois comme par magie. Qu’ils ne se soient jamais quittés. Mais… C’était pas possible. Et Eden savait qu’il demandait à Lys de rester sans être sûr de réussir à dire à Cecil de partir. Parce qu’il avait trop peur de perdre Lys à nouveau, d’être seul. De ne plus avoir qui que ce soit pour le rassurer. Il avait besoin de ça.

Reste… Pars plus…” gémit-il avec un sanglot.

Il ne supporterait pas que Lys reparte. Il ne pouvait pas imaginer revivre cet abandon encore. Il ne voulait pas souffrir une seconde fois. Sinon, il allait devenir vraiment dingue. Il réussit à s’asseoir, et sa main s’accrocha au haut du brun, maladroitement, et désespérément.

Je suis désolé… Pars pas… Je veux pas…

Il pouvait vivre dans la peur d’un nouveau départ, mais pas dans la peur de ne jamais plus le revoir.

HRP:
 

_________________

Where are you now ? Another dream. The monster's running wild inside of me. I'm faded, I'm faded. So lost, I'm faded... Under the bright but faded lights. You've set my heart on fire. Where are you now?

   (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ulysse Acciaro

❝They said I won't find you
But now I'm beside you. ❞


Inscrit(e) depuis le : 17/04/2015
Messages : 7815
Multicomptes : Castiel, Junya & Ydris
Ressemble à : François Arnaud
Crédits : Asp
Âge : 33 ~ Statut civil : Marié à un ukulélé
Profession/études : Chanteur de rue à mi-temps, stalker le reste du temps
Capacité : GPS (Geolocalisation)

MessageSujet: Re: Boy, we'll find how to make it with the rain [Eden & Ulysse] Jeu 1 Sep 2016 - 22:51

La main venue s'agripper à la sienne le fit sursauter. Ulysse frissonna un peu. Il ne s'était pas attendu à une telle réaction et ... oh. Il ne s'était vraiment pas attendu à... un amas d'écureuils venus lui grimper dessus. Il se secoua un peu, sans oser leur faire vraiment mal. Difficile d'ignorer qu'Eden ressentirait tout ce qu'ils pouvaient ressentir. Il n'ignorait évidemment pas non plus que le plus jeune était à l'origine de ce drôle d'attroupement et que c'était révélateur de ce qui devait se passer dans ses sentiments. Un beau bordel. Il ravala sa salive et soupira. Il n'aurait peut-être pas dû dire ça. Il ne savait pas trop... Clairement, il n'attendait pas une réaction comme ça et... Il s'agenouilla en voyant Eden tomber à terre et l'attrapa par les épaules.

"Hé... qu'est-ce que... hé..."

Il lui sourit, doucement en s'accroupissant à ses côtés. Eden avait l'air paniqué et il n'était pas certain d'être à l'origine de tout ça... en tout cas pas entièrement. Mais il y avait beaucoup de choses qui avaient l'air de lui échapper, là... S'il ne savait pas ça, en revanche il savait avoir l'air rassurant. Essayer en tout cas, tant que possible.

"Je vais pas te laisser. Je suis là.... ça va aller..."

Dit-il d'une voix douce en lui caressant le front, les mèches humides de sueur qui s'étaient collées à sa peau. Il bougea un peu pour s'asseoir et attrapa le blondinet pour installer sa tête sur ses cuisses, un peu plus confortablement. Les écureuils s'éparpillèrent aussi vite qu'ils étaient venus ce qui n'était pas un mal. Son pantalon était lacéré de griffes et ses mollets également.

"Doucement. Ça va aller, t'en fais pas. Je ne vais pas partir, c'était juste..."

Ce que c'était ? Il ne savait pas vraiment en fait. Une proposition ? Une alternative, une volonté de ne pas imposer sa présence à Eden après lui avoir imposé son absence, à ses dépends. C'était juste au cas il ne voulait plus le voir.

"Tu peux me frapper. Tant que tu veux si ça te fait du bien et que ça te permet d'aller mieux. Je te dois bien ça. Mais... je le pensais quand je te l'ai dit. Tu m'as vraiment manqué. Beaucoup. Alors... je suis désolé pour... tout ça et ... l'angoisse, et tout... mais... j'ai pas l'intention de partir à nouveau. Ni de te laisser."

Il aida Eden à se rasseoir et le prit par les épaules, contre lui. Il n'aurait pu être plus sincère. Même s'il ne pouvait regretter sa décision qui avait permis à tous d'être saufs, il regrettait que les choses aient dû prendre cette tournure. Et se sentait totalement désemparé face à Eden. Jamais il n'avait si peu eu l'impression de le comprendre et de savoir quoi faire.

"Est-ce que tu... j'ai envie de t'embrasser, tu veux bien ?"

Demanda-t-il, un sourire taquin aux lèvres. Derrière la façade, il y avait beaucoup trop d'interrogations. Et... il ne voulait plus le brusquer. Ni mal faire les choses. Même si ça le faisait probablement faire les choses encore plus mal.

_________________
Un petit pas de travers, et toute une vie est à l'envers
Mais qu'est-ce qui a bien pu clocher?
Pourquoi est-ce-que j'ai tant changé?
Pourquoi maintenant et pourquoi moi?
Je croyais le chemin tracé,
Je disais les dés sont jetés;
Je sais maintenant que je ne sais pas...

Revenir en haut Aller en bas
Boy, we'll find how to make it with the rain [Eden & Ulysse]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORE THAN HUMANS :: New York City :: Queens-
Sauter vers: